PROJET AUTOBLOG


Sam & Max: Python, Django, Git et du cul

Site original : Sam & Max: Python, Django, Git et du cul

⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

Un tools d’itertour, ou l’inverse 21

samedi 29 octobre 2016 à 22:26

Ah, ça faisait longtemps que je ne vous avais pas fait un petit article bien long. Ca manquait d’opportunité de partager de la musique. Allez hop !

Python est un langage avec un “for” penchant pour l’itération si je puis dire. Et ce n’est que justice qu’il ait donc un module dédié pour les opérations d’itération : itertools.

itertools est un peu impénétrable pour quelqu’un qui n’a pas l’habitude, alors je vais vous faire un petit tour du propriétaire.

Principes de base

Itertools a pour but de manipuler les itérables, et si vous voulez en savoir plus sur le concept d’itérabilité, je vous renvoie à l’article sur les trucmuchables. Pour faire court, les itérables sont tout ce sur quoi on peut appliquer une boucle for.

Le problème, c’est que tous les itérables ne se comportent pas de la même façon. En effet, certains ont une taille définie:

>>> len("abcd")
4
>>> len(range(3))
3

D’autres non:

>>> len(open('/etc/fstab'))
Traceback (most recent call last):
  File "<ipython-input-7-baed595d06b3>", line 1, in <module>
    len(open('/etc/fstab'))
TypeError: object of type '_io.TextIOWrapper' has no len()

Certains, se terminent:

>>> a = list(open('/etc/fstab'))
>>>

D’autres sont infinis:

>>> def infinite_generator():
...     while True:
...         yield 1
...
>>> list(infinite_generator) # bloque la VM jusqu'à crasher sur un MemoryError

Du coup, si vous voulez faire des opérations qui marchent sur tous les itérables, il faut écrire des algos spéciaux dit “paresseux” (en anglais, “lazy”), c’est à dire qui font le travail minimum. Ils se lancent à la dernière minute et ne lisent rien de plus que nécessaire.

Et c’est ce que contient itertools. Les fonctions de ce module marchent sur les fichiers, les générateurs, les sockets réseaux comme les listes, les tuples et les chaînes de caractères.

chain

Combine plusieurs itérables en un seul:

>>> from itertools import chain
>>> generator = chain("abc", range(3), [True, False, None])
>>> generator
<itertools.chain object at 0x7f2ea903d550>
>>> list(generator)
['a', 'b', 'c', 0, 1, 2, True, False, None]

Très utile pour boucler sur des itérables hétérogènes comme si c’était une seule et même structure. Chaîner des fichiers, des générateurs, etc.

islice

Comme la syntaxe de slicing [::]:

>>> carres_de_nombres_pairs = [x * x  for x in range(100) if x % 2 == 0]
>>> carres_de_nombres_pairs[3:11]
[36, 64, 100, 144, 196, 256, 324, 400]

Mais marche sur tous les itérables, même sur les générateurs:

>>> carres_de_nombres_pairs = (x * x  for x in range(100) if x % 2 == 0)
>>> carres_de_nombres_pairs
<generator object <genexpr> at 0x7f2eab171a98>
>>> from itertools import islice
>>> generator = islice(carres_de_nombres_pairs, 3, 11)
>>> generator
<itertools.islice object at 0x7f2eab1a26d8>
>>> list(generator)
[36, 64, 100, 144, 196, 256, 324, 400]

cycle

Boucler de manière infinie sur un itérable. Quand on arrive à la fin, on revient au début.

>>> generator = cycle('abc')
>>> generator
<itertools.cycle object at 0x7f2eab59a588>
>>> next(generator)
'a'
>>> next(generator)
'b'
>>> next(generator)
'c'
>>> next(generator)
'a'

C’est très pratique, mais assez dangereux donc faites des tests avant de l’utiliser. En effet si l’itérable génère les données à la volée, elles sont stockées dans un buffer, donc ça charge tout en mémoire. De plus, c’est une boucle infinie. Ne castez pas ça avec un tuple ou une liste :)

repeat

Prend n’importe quel élément, et le retourne encore et encore.

>>> generator = repeat("plop") # répète infiniment
>>> next(generator)
'plop'
>>> next(generator)
'plop'
>>> next(generator)
'plop'
>>> generator = repeat("plop", 2) # répète 2 fois
>>> for x in generator:
...     print(x)
...
plop
plop

On ne peut pas passer un callable, mais iter() le fait déjà. La signature normale de cette dernière prend un iterable, mais si on lui passe deux paramètres, un callable et un sentinel, on obtient un générateur qui va appeler le callable jusqu’à ce qu’il retourne une valeur égale au sentinel.

Exemple, vous voulez lire un fichier 50 caractères à la fois. On passe une fonction qui retourne les 50 caractères suivants (le callable) et une chaîne de caractères vide (le sentinel):

>>> f = open('/etc/fstab')
>>>
>>> def read_50_chars():
...     return f.read(50)
...
>>> generator = iter(read_50_chars, '') # lit 50 caractères à la fois jusqu'à tomber sur ''
>>> generator
<callable_iterator object at 0x7f2eab5abef0>
>>> next(generator)
'# /etc/fstab: static file system information.\n#\n# '
>>> next(generator)
"Use 'blkid' to print the universally unique identi"
>>> next(generator)
'fier for a\n# device; this may be used with UUID= a'

iter() est un built-in, pas dans itertools, mais ça aurait été con de pas en parler.

zip_longest

Comme zip(), mais au lieu de s’arrêter quand le premier itérable est fini:

>>> list(zip('abc', range(5)))
[('a', 0), ('b', 1), ('c', 2)]

On remplit les valeurs manquantes:

>>> list(zip_longest('abc', range(5)))
[('a', 0), ('b', 1), ('c', 2), (None, 3), (None, 4)]
>>> list(zip_longest('abc', range(5), fillvalue="Tada !"))
[('a', 0), ('b', 1), ('c', 2), ('Tada !', 3), ('Tada !', 4)]

starmap

Comme map(), mais applique l’opérateur splat sur les arguments avant.

Si map() ressemble (en mieux) à:

def map_en_moins_bien(callable, iterable):
    for x in iterable:
       yield callable(x)

starmap() fait:

def map_en_moins_bien(callable, iterable):
    for x in iterable:
       yield callable(*x)

Exemple:

>>> nombres = [(1, 2), (3, 4), (5, 6)]
>>> def ajouter(a, b):
...     return a + b
...
>>> from itertools import starmap
>>> list(starmap(ajouter, nombres))
[3, 7, 11]

Ces fonctions sont moins utilisées à cause des listes en intension. Mais il y a des trucs rigolos comme:

>>> list(starmap(print, zip(range(3), map(int, "123"))))
0 1
1 2
2 3
[None, None, None]

Ouais, vous allez pas utiliser ça tous les jours :)

filterfalse

Le contraire de filter(), garde les résultats négatifs au lieu des résultats positifs:

>>> list(filter(est_pair, range(10)))
[0, 2, 4, 6, 8]
>>> from itertools import filterfalse
>>> list(filterfalse(est_pair, range(10)))
[1, 3, 5, 7, 9]

Comme précédemment, aujourd’hui on utilise peu ces fonctions car on a les listes en intension. Mais certaines astuces sont sympas comme:

>>> list(filter(bool, [True, False, 1, 0, 'foo', '']))
[True, 1, 'foo']
>>> list(filterfalse(bool, [True, False, 1, 0, 'foo', '']))
[False, 0, '']

groupby

Ah, groupby(), la fonction la moins facile à comprendre. D’abord, personne ne lit la doc, et la doc dit clairement qu’il faut trier les éléments de l’itérable AVANT d’appliquer groupby, sinon les résultats sont incohérents.

Ensuite, groupby() peut prendre un callback pour un usage avancé, et toutes les fonctions qui prennent un callback sont plus dures à comprendre. Mais pour que ça ait du sens, il faut que le tri préalable s’applique sur le même callback. Personne ne pige jamais ça.

Enfin, groupby() ne renvoie pas les éléments directement, mais des objets “groupers”, qui sont eux mêmes des générateurs. Tout est bien fait pour embrouiller le chaland, surtout pour une fonction qu’on utilise pas souvent.

Pour comprendre groupby(), le mieux est de commencer par l’entrée et la sortie. Vous avez un truc comme ça:

>>> noms = ['Zebulon', 'Léo', 'Alice', 'Bob', 'Anaïs', 'Adam', 'Bernardo', 'Io']

Et vous voulez les grouper par un critère, un peu comme un GROUP BY en SQL. Ca peut être n’importe quoi:

Prenons un exemple simple, et groupons les par le nombre de lettres qu’ils contiennent. Ca donnerait quelque chose comme ça:

[(2, ('Io',)),
 (3, ('Léo', 'Bob')),
 (4, ('Adam',)),
 (5, ('Alice', 'Anaïs')),
 (7, ('Zebulon',)),
 (8, ('Bernardo',))]

Pour obtenir ce résultat avec groupby(), il faut d’abord trier l’itérable (ici notre liste) par nombre de lettres:

>>> noms.sort(key=len)
>>> noms
['Io', 'Léo', 'Bob', 'Adam', 'Alice', 'Anaïs', 'Zebulon', 'Bernardo']

Si vous ne vous souvenez plus comment fonctionne le tri en Python, particulièrement le paramètre key, allez vite lire l’article dédié du lien précédent. En effet le mécanisme est le même pour groupby() donc il faut comprendre ce fonctionnement de toute manière.

Ensuite on applique groupby(), avec la même fonction key:

>>> noms = groupby(noms, key=len)
>>> noms
<itertools.groupby object at 0x7f19c4461778>

A ce stade, on a un générateur qu’on peut parcourir, mais il ne contient pas le résultat tel que je vous l’ai montré. A la place, il yield des paires (group, grouper):

>>> next(noms)
(2, <itertools._grouper object at 0x7f19c48c0080>)

Le premier élément, le groupe, est ce que votre fonction key retourne, c’est à dire ce sur quoi vous vouliez grouper. Ici la taille du mot.

En second, un objet grouper, qui est un générateur yieldant les mots qui correspondent à ce groupe.

Donc pour vraiment voir le contenu de tout ça, il faut se taper une double boucle imbriquée:

>>> from itertools import groupby
>>> for groupe, groupeur in groupby(noms, key=len):
...     print(groupe, ":")
...     for mot in groupeur:
...         print('-', mot)
2 :
- Io
3 :
- Léo
- Bob
4 :
- Adam
5 :
- Alice
- Anaïs
7 :
- Zebulon
8 :
- Bernardo

La raison de ce manque d’intuitivité, c’est que théoriquement groupby() peut travailler de manière paresseuse et donc les groupeurs sont des générateurs qui traitent l’arrivée des données au fur et à mesure. Mais c’est rare d’avoir des données lazy qui arrivent déjà pré-ordonnées. Ensuite ça suppose que vous voulez lire ces données au fur et à mesure, mais généralement le jeu de données groupées n’est pas suffisamment grand pour que ça soit un vrai problème et on caste directement le groupe en tuple ou en liste.

Dans la pratique donc, groupby() fait parti de ces fonctions un peu overkill, car un usage typique ne bénéficiera pas du côté paresseux. En tout cas ça ne m’est jamais arrivé.

dropwhile

dropwhile() prend un callable et un itérable. Le callable est appelé sur chaque élément, et tant qu’il retourne quelque chose de vrai, l’élément est ignoré. C’est un peu tordu car ça demande d’écrire sa fonction de filtre à l’inverse de ce qu’on veut.

Par exemple, si vous voulez commencer à lire un fichier à partir de la première ligne qui commence par un commentaire, il faut que votre fonction retourne True… si la ligne ligne ne commence PAS par un commentaire.

>>> def ne_commence_pas_par_un_commentaire(element):
...     return not element.startswith('#')
...
>>> generator = dropwhile(ne_commence_pas_par_un_commentaire, open('/etc/fstab'))
>>> generator
<itertools.dropwhile object at 0x7f19c450d688>
>>> next(generator)
'# /etc/fstab: static file system information.\n'

dropwhile veut dire “ignorer tant que”. Donc ici on ignore tant que la ligne ne commence pas par un commentaire.

takewhile

takewhile() est le contraire de dropwhile(), on prend les éléments tant qu’une condition est vraie, et on s’arrête dès que la condition n’est plus vraie. On les utilise souvent en combinaison d’ailleurs, pour slicer les itérables en utilisant des conditions plutôt que des indexes.

Comme pour dropwhile, il faut penser à l’envers. Vous voulez vous arrêter quand un nombre dépasse 10000 ? Alors il faut faire une fonction qui retourne True tant que le nombre ne dépasse PAS 10000. Jusqu’ici j’ai utilisé des fonctions traditionnelles, mais bien entendu, une lambda marche aussi:

>>> nombres = (x * x for x in range(1000000000000))
>>> from itertools import takewhile
>>> generator = takewhile(lambda x: x < 10000, nombres)
>>> next(generator)
0
>>> next(generator)
1
>>> next(generator)
4
>>> list(generator)[-1]
9801

count

count() est une relique du passé, qui fait ce que fait range() maintenant, mais en moins bien. Vous pouvez l’ignorer.

tee

tee() est une fonction très intéressante qui duplique votre itérable en autant de clones que vous le souhaitez. Pour ce faire, tee() garde en mémoire les derniers éléments générés, ce qui fait que si vous lisez les clones les uns après les autres, ça n’a aucun intérêt. Autant caster en liste et lire la liste plusieurs fois.

Non, l’interêt de tee() est si vous lisez les clones en parallèle. Car là, tee() ne garde en mémoire que les éléments qui n’ont pas été lus par le dernier clone utilisé.

Par exemple, ceci est inutile:

>>> from itertools import tee
>>> clone1, clone2, clone3 = tee((x for x in range(100)), 3)
>>> list(clone1)[:3]
[0, 1, 2]
>>> list(clone2)[:3]
[0, 1, 2]

Par contre ceci économise pas mal de mémoire:

>>> clone1, clone2, clone3 = tee((x for x in range(100)), 3)
>>> next(clone1)
0
>>> next(clone2)
0
>>> next(clone3)
0
>>> next(clone1)
1
>>> next(clone2)
1
>>> next(clone3) # la valeur 0 n'est plus en mémoire après ça
1

compress

compress() est une curiosité qui va surtout parler aux data-scientists et matheux, et d’une manière générale aux adeptes de numpy.

Cette fonction prend deux itérables, un avec des valeurs à filtrer, et un avec des valeurs qui indiquent s’il faut filtrer l’élément ou non:

>>> list(compress(['toto', 'tata', 'titi'], [True, False, True]))
['toto', 'titi']

Je n’ai pas trouvé de use case pour cette fonction dans ma vie de tous les jours. Si quelqu’un est inspiré en commentaire, je mettrai l’article à jour.

accumulate

accumulate() est un pur produit de la programmation fonctionnelle. C’est un peu comme un map(), mais au lieu de passer chaque élément au callable, on lui passe l’élément, et le résultat du dernier appel.

Par exemple, vous voulez multiplier tout une liste : [1, 2, 3, 4]

Vous allez faire:

(((1 * 2) * 3) * 4)

C’est typiquement pour ce genre de chose qu’on utiliserait la fonction reduce():

>>> reduce(lambda x, y: x * y, [1, 2, 3, 4])
24

accumulate() fait cela, mais en plus vous yield tous les résultats intermédiaires:

>>> list(accumulate([1, 2, 3, 4], lambda x, y: x * y))
[1, 2, 6, 24]

La signature est inversée par rapport à reduce(), c’est ballot. Dans d’autres langages vous trouverez ce genre de fonction sous le nom fold() ou scan(), mais c’est le même principe.

product

product() prend des itérables, et vous balance toutes les combinaisons des éléments de ces itérables. On s’en sert surtout pour éviter les boucles for imbriquées. Par exemple au lieu de faire:

>>> lettres = "abcd"
>>> chiffres = range(3)
>>> for lettre in lettres:
...     for chiffre in chiffres:
...         print(lettre, chiffre)
...
a 0
a 1
a 2
b 0
b 1
b 2
c 0
c 1
c 2
d 0
d 1
d 2

On va faire:

>>> from itertools import product
>>> for lettre, chiffre in product(lettres, chiffres):
...     print(lettre, chiffre)
...
a 0
a 1
a 2
b 0
b 1
b 2
c 0
c 1
c 2
d 0
d 1
d 2

combinations

Génère tous les combinaisons possibles des éléments d’un itérable:

>>> from itertools import combinations
>>> list(combinations('abcd', 2))
[('a', 'b'), ('a', 'c'), ('a', 'd'), ('b', 'c'), ('b', 'd'), ('c', 'd')]
>>> list(combinations('abcd', 3))
[('a', 'b', 'c'), ('a', 'b', 'd'), ('a', 'c', 'd'), ('b', 'c', 'd')]

combinations_with_replacement

Pareil, mais autorise les doublons:

>>> from itertools import combinations_with_replacement
>>> list(combinations_with_replacement('abcd', 3))
[('a', 'a', 'a'), ('a', 'a', 'b'), ('a', 'a', 'c'), ('a', 'a', 'd'), ('a', 'b', 'b'), ('a', 'b', 'c'), ('a', 'b', 'd'), ('a', 'c', 'c'), ('a', 'c', 'd'), ('a', 'd', 'd'), ('b', 'b', 'b'), ('b', 'b', 'c'), ('b', 'b', 'd'), ('b', 'c', 'c'), ('b', 'c', 'd'), ('b', 'd', 'd'), ('c', 'c', 'c'), ('c', 'c', 'd'), ('c', 'd', 'd'), ('d', 'd', 'd')]

permutations

Comme combinations, mais en générant aussi les mêmes combinaisons dans un ordre différent:

>>> list(permutations('abc', 3))
[('a', 'b', 'c'), ('a', 'c', 'b'), ('b', 'a', 'c'), ('b', 'c', 'a'), ('c', 'a', 'b'), ('c', 'b', 'a')]

Puis-je copier/coller mon brave ? 6

dimanche 23 octobre 2016 à 09:41

Dans 0bin on utilise encore flash pour faire le copier/coller, et je pense qu’on va le virer. Plus de raison de supporter les navigateurs trop vieux et après tout c’est pas grave de se voir refuser un raccourci pour copier/coller : le reste est utilisable.

Pourquoi je vous dis ça ?

Et bien parce que sebsauvage a partagé un snippet pour utiliser l’API du clipboard en JS. Et j’ai donc voulu savoir comment détecter que cette functionalité est implémentée par le navigateur en cours.

Je suis ainsi allé voir les sources de modernizr, et il implémente en fait une combinaisons de 2 techniques.

D’abord, vérifier si l’objet window a un attribut ClipboardEvent. Si oui, c’est réglé. Si non, il crée un div, on check s’il a un attribut paste. Le reste sont les hacks de compatibilité avec les très vieux navs que je ne vais pas retranscrire ici.

Donc en gros, avant de faire un copier/coller en JS, vérifiez:

function implementClipboardAPI(){
   try {
     return (!!window.ClipboardEvent || 'onpaste' in document.createElement('div'));
   } catch(e) {
     return false;
   }
}

Script Python qui installe ses dépendances 25

mardi 20 septembre 2016 à 09:50

Quand on a un petit script, on ne veut pas forcément dire aux gens avec lesquels on le partage qu’il faut pip installer toutes les dépendances, ou faire un setup.py complet.

On peut évidemment se tourner vers des solutions de compilation type nuitka, mais si on veut être KISS, on peut juste utiliser pip depuis le code Python:

import pip, sys
 
# On essaye d'importer les dépendances, et si elles sont pas dispos on les installe 
# pour l'utilisateur courant.
def require(*packages):
    for package in packages:
        try:
            if not isinstance(package, str):
                import_name, install_name = package
            else:
                import_name = install_name = package
            __import__(import_name)
        except ImportError:
 
            cmd = ['install', install_name]
            if not hasattr(sys, 'real_prefix'):
                cmd.append('--user')
            pip.main(cmd)
 
require('arrow', 'requests', 'minibelt', ('path', 'path.py'))
 
# Et votre script peut joyeusement utiliser ses dépendances
import arrow
import requests
 
from path import Path
from minibelt import window
 
print(Path('.').realpath())
print(arrow.get(), len(list(window(requests.get('http://sametmax.com')))))

Bien entendu, ça marche que pour les dépendances en pur Python, mais ça fait déjà un paquet de trucs.

N’oubliez pas qu’on reste dans une solution quick and dirty, ne commencez pas à me mettre ça partout.

Mise à jour de l’article sur les middlewares Django

lundi 19 septembre 2016 à 12:04

Ça faisait un bout de temps que je n’avais pas mis à jour un article en Python 3.

Là je fais un Pierre deux couilles puisque les middlewares ont changé avec Django 1.10 et ça me permet de rafraîchir cette notion assez floue du framework.

Allez hop, on va lire l’article.

C’est pas pour tout de suite 10

vendredi 16 septembre 2016 à 09:44

J’ai envie de vous écrire un article sur les types hints, mais le tooling est encore incomplet. On vient juste d’avoir le support de async / await et le typage structurel n’est pas d’actualité. Ennuyeux pour un langage qui aime autant les canards.

J’ai envie de vous écrire un article sur asyncio, mais je ne veux pas faire un article qui survole le sujet comme tout ce qu’il y a sur la toile. Je veux parler de cas concrets, et amener des solutions pour le debuggage, l’architecture, et du code pour les actions les plus communes. Et ça fait des mois que j’y travaille, mais comme vous pouvez le voir y a encore du taff.

J’ai envie de vous parler de la 3.6, mais tout est toujours en beta et la mailing list de Python est en ébullition, difficile de savoir comment ça va se finir, même avec un feature freeze pas loin. Et c’est pas faute de participer. je préfère attendre que ça se soit calmé.

Bref, y a des trucs sympas à écrire, mais des trucs pas prêts.

Du coup j’ai sous le coude des petits trucs comme un petit middleware django, le test coverage, etc.

Je dis ça parce que je me fais en ce moment tout le temps twitter pour que j’écrive sur ces sujets, mais c’est pas encore le bon moment.