PROJET AUTOBLOG


tcit's blog

Site original : tcit's blog

⇐ retour index

My trip to London

mardi 20 août 2013 à 07:30
I could have said I wasn't enough prepared and it could have been a disaster. I could have told people London is just like other capitals, all foggy and grey, with people everywhere walking in all directions.
But that wouldn't be the truth, because London isn't like this, and even if I didn't know how to prepare myself to this adventure, London took me by the hand and brought me in.
Saying that I didn't loose myself would be a lie, but as soon as the border was crossed, English comprehension came back just quickly and naturally. I didn't took the metro line in the wrong direction once again.
There are tho things that literally blow your mind when you're arriving in London, nearby your sleeping place. One of them is good, the other very disturbing. First, the parks. This is definitely the good thing. London parks are just amazing. Most of them are huge, and very well organized. When you understand that they are nearly everywhere, you feel how it can be a pleasure to walk for a few hours in these parks. There are therefore much more runners than you can see in Paris, for example.
Second thing, and this is very disappointing : the noise made by planes landing to and flying over London. There isn't much noise from cars or other sources you could expect in town, but hearing a plane taking off or landing every 5 minutes comes to be very annoying at some point.
However my first night wasn't mainly disturbed by planes but by the loudly snoring of one of my roommates. I'll have to tell him. Because I never heard something like that (or, when I would, I could directly woke up the person to tell her). And the poor young lad who had to left his light on, because he had afraid of the dark, as for what I understood. Oh, but the rest seems to be suitable, I think I will highly recommend this place in the future.
Thomas.

« On te l’avait bien dit »

jeudi 11 juillet 2013 à 19:54

On me l’avait bien dit. Et j’étais toujours d’accord, bien que je pensais me débrouiller sans tenir compte des conseils, croire qu’on était meilleur, que l’on avait pas besoin de prendre ses précautions.

Jusqu’à ce que l’erreur arrive, au final. Elle finit toujours par arriver.

41a90175.gasp

L’erreur vient du fait que j’ai pour habitude de supprimer mes fichiers directement en faisant un MAJ + Suppr, ce qui les supprime purement et simplement sans les faire passer par la case corbeille. Un mauvais réflexe qui me vient du temps où j’utilisais un PC possédant seulement un disque dur de 80 Go, dans un internet déjà bien trop grand. Il n’était alors pas question de laisser croupir des fichiers éternellement dans la corbeille. La suppression directe était donc de rigueur, mais je vérifiais cependant à chaque fois assez attentivement ce que je supprimais.

Jusqu’à aujourd’hui. Je me promenais sur le serveur, voulant supprimer un dossier d’une application web qui ne me plaisait pas. Inattentif, j’ai fait ma suppression dans le mauvais niveau… et voilà tout le contenu de mon hébergement qui part en fumée…
Bon, ce n’était pas non plus la fin du monde, j’avais une sauvegarde (assez vieille) sous la main et j’ai pu récupérer une bonne partie du reste (liens, articles) via le cache de Google et l’agrégateur de flux RSS de Shaarlis mis en place par Ecirtam, merci à lui.

Enfin bon, que cela me serve de leçon pour la suite. Ne plus utiliser MAJ + Suppr. Utiliser la corbeille. Faire des backups. Beaucoup de backups.

Et si Roland Topor avait raison ? « L’erreur, comme le rire, est le propre de l’homme. Mais infiniment plus créatrice.  » Et puis, le papa de Batman a dit que les chutes servent à mieux se relever.

flattr this!

Le pouvoir de pouvoir comprendre

lundi 8 juillet 2013 à 19:51

e01d6432.HackingDans la société de consommation qui nous entoure, le modèle économique nous a menés à utiliser les objets comme « jetables », c’est-à-dire dont la seule et unique fonction est d’être utilisée jusqu’à sa fin de vie matérielle ou son obsolescence, éventuellement prévue par le fabricant.
En fait, nous utilisons nos objets comme de vraies boites noires. Nous savons qu’ils se chargent de faire ce pour quoi ils ont été achetés mais nous ne savons pas comment modifier une de ses fonctions, l’améliorer ou encore le dépanner. Lors d’un dépannage, justement, on nous force à contacter un SAV ou bien directement racheter l’objet, ce qui revient bien souvent au même au final, malheureusement, car les réparateurs disparaissent. En effet, il est toujours moins couteux de faire fabriquer par des enfants en Chine notre matériel puis de l’expédier par cargo plutôt que de former des gens en France à le réparer.

Pourtant nous avons, avec l’internet, une potentielle base de connaissance énorme, qui serait, à l’instar de ce qu’on trouve pour les logiciels, propre à chaque symptôme constaté.
En attendant cet idéal, reprenez vos appareils défectueux ou que vous avez jugé trop vieux que vous alliez envoyer à la décharge, et parez-vous d’un tournevis, d’un multimètre, et puis amusez-vous, tout en comprenant !

Regardez comment tout cela fonctionne lorsque la boite noire est ouverte. Vous n’avez rien à perdre de toute manière¹, alors encore une fois, have fun ! En revanche, vous avez tout à gagner, car ce petit pas mène vers le hack général et vous finirez sans doute dans un hacklab avec des gens géniaux ou dans un article de Korben qui vous présentera comme un génie pour avoir la bonne idée que vous avez concrétisé avec votre savoir faire.

Et si vous avez ouvert votre objet et que vous cherchez des ressources théoriques ou techniques, un moteur de recherche est très utile dans ces cas là, tout comme des sites du style Instructables, HowStuffWorks, etc.

Allez, bon hacking !

¹ Euh, par contre, n’allez pas vous électrocuter avec du 220 volts, ou alors signez-moi une décharge comme quoi je ne suis pas responsable, merci.

Image : Hacking the Badge par johngineer sur Flickr, sous licence Creative Commons BY-NC-ND

flattr this!

Le pouvoir de pouvoir comprendre

lundi 8 juillet 2013 à 17:37
Illustration pour le hacking
Dans la société de consommation qui nous entoure, le modèle économique nous a menés à utiliser les objets comme « jetables », c'est-à-dire dont la seule et unique fonction est d'être utilisée jusqu'à sa fin de vie matérielle ou son obsolescence, éventuellement prévue par le fabricant.
En fait, nous utilisons nos objets comme de vraies boites noires. Nous savons qu'ils se chargent de faire ce pour quoi ils ont été achetés mais nous ne savons pas comment modifier une de ses fonctions, l'améliorer ou encore le dépanner. Lors d'un dépannage, justement, on nous force à contacter un SAV ou bien directement racheter l'objet, ce qui revient bien souvent au même au final, malheureusement, car les réparateurs disparaissent. En effet, il est toujours moins couteux de faire fabriquer par des enfants en Chine notre matériel puis de l'expédier par cargo plutôt que de former des gens en France à le réparer.

Pourtant nous avons, avec l'internet, une potentielle base de connaissance énorme, qui serait, à l'instar de ce qu'on trouve pour les logiciels, propre à chaque symptôme constaté.
En attendant cet idéal, reprenez vos appareils défectueux ou que vous avez jugé trop vieux que vous alliez envoyer à la décharge, et parez-vous d'un tournevis, d'un multimètre, et puis amusez-vous, tout en comprenant !

Regardez comment tout cela fonctionne lorsque la boite noire est ouverte. Vous n'avez rien à perdre de toute manière¹, alors encore une fois, have fun ! En revanche, vous avez tout à gagner, car ce petit pas mène vers le hack général et vous finirez sans doute dans un hacklab avec des gens géniaux ou dans un article de Korben qui vous présentera comme un génie pour avoir la bonne idée que vous avez concrétisé avec votre savoir faire.

Et si vous avez ouvert votre objet et que vous cherchez des ressources théoriques ou techniques, un moteur de recherche est très utile dans ces cas là, tout comme des sites du style Instructables, HowStuffWorks, etc.

Allez, bon hacking !

¹ Euh, par contre, n'allez pas vous électrocuter avec du 220 volts, ou alors signez-moi une décharge comme quoi je ne suis pas responsable, merci.

Image : Hacking the Badge par johngineer sur Flickr, sous licence Creative Commons BY-NC-ND

Le pouvoir de pouvoir comprendre

lundi 8 juillet 2013 à 15:37
Illustration pour le hacking
Dans la société de consommation qui nous entoure, le modèle économique nous a menés à utiliser les objets comme « jetables », c'est-à-dire dont la seule et unique fonction est d'être utilisée jusqu'à sa fin de vie matérielle ou son obsolescence, éventuellement prévue par le fabricant.
En fait, nous utilisons nos objets comme de vraies boites noires. Nous savons qu'ils se chargent de faire ce pour quoi ils ont été achetés mais nous ne savons pas comment modifier une de ses fonctions, l'améliorer ou encore le dépanner. Lors d'un dépannage, justement, on nous force à contacter un SAV ou bien directement racheter l'objet, ce qui revient bien souvent au même au final, malheureusement, car les réparateurs disparaissent. En effet, il est toujours moins couteux de faire fabriquer par des enfants en Chine notre matériel puis de l'expédier par cargo plutôt que de former des gens en France à le réparer.

Pourtant nous avons, avec l'internet, une potentielle base de connaissance énorme, qui serait, à l'instar de ce qu'on trouve pour les logiciels, propre à chaque symptôme constaté.
En attendant cet idéal, reprenez vos appareils défectueux ou que vous avez jugé trop vieux que vous alliez envoyer à la décharge, et parez-vous d'un tournevis, d'un multimètre, et puis amusez-vous, tout en comprenant !

Regardez comment tout cela fonctionne lorsque la boite noire est ouverte. Vous n'avez rien à perdre de toute manière¹, alors encore une fois, have fun ! En revanche, vous avez tout à gagner, car ce petit pas mène vers le hack général et vous finirez sans doute dans un hacklab avec des gens géniaux ou dans un article de Korben qui vous présentera comme un génie pour avoir la bonne idée que vous avez concrétisé avec votre savoir faire.

Et si vous avez ouvert votre objet et que vous cherchez des ressources théoriques ou techniques, un moteur de recherche est très utile dans ces cas là, tout comme des sites du style Instructables, HowStuffWorks, etc.

Allez, bon hacking !

¹ Euh, par contre, n'allez pas vous électrocuter avec du 220 volts, ou alors signez-moi une décharge comme quoi je ne suis pas responsable, merci.

Image : Hacking the Badge par johngineer sur Flickr, sous licence Creative Commons BY-NC-ND