PROJET AUTOBLOG


le hollandais volant

Site original : le hollandais volant

⇐ retour index

Pomme toute puissante

mardi 17 novembre 2020 à 17:52

Photo d’une pomme coupée.
Lire :

si Apple a prévu un mécanisme permettant aux applications de se lancer quand il n’y a pas de connexion internet (encore heureux), rien n’a été prévu pour le cas où il y a connexion, mais un problème avec les serveurs eux-mêmes. Les requêtes envoyées ne recevaient pas de réponse, et les applications, après avoir bondi pendant un temps dans le Dock, finissaient par signaler qu’elles avaient rencontré une erreur.
Toutes les applications signées […], doivent demander l’autorisation de démarrer au service notarial distant. Ce qui signifie que l’entreprise Apple non seulement connaît toutes les applications que vous avez installées, mais elle est informée aussi à chaque fois que vous les exécutez.

C’est glauque : à chaque fois que vous lancerez un programme, une requête sera envoyée à Apple pour savoir si cette application a le droit d’être lancée.

Outre le côté « big brother » qui est en lui-même un problème ici, c’est aussi une absurdité technique !

Car il suffit que vous soyez sur un réseau pourri ou un réseau qui filtre les IP d’Apple, ou encore tout simplement si le serveur d’Apple ne répond pas, ben vous ne pouvez plus exécuter ces programmes sur votre machine.

« oué mé sa narivera jamé ! »

Lol : visiblement c’est précisément ce qui s’est passé lors de la migration vers cette version de Mac OS depuis quelques jours. Les systèmes ont planté partout dans le monde car les serveurs d’Apple n’ont pas tenus !

Perso je pense que je vais rire quand les premiers DDoS vont être lancés contre Apple et ses serveurs de vérification.
Il suffit que ces serveurs tombent pour que des centaines de millions de machines Apple refusent de lancer leurs programme.

Oh, vous pourrez toujours vous mettre en hors-ligne, là les programmes se lanceront. Mais un PC sans internet c’est un peu inutile pour travailler, non ?

Mais c’est peut-être ce que Apple veut faire : garder la main sur vos machines et décider qui a le droit de faire quoi. Car techniquement, rien ne leur empêche de cibler un PC Apple en particulier pour lui interdire de lancer telle application en particulier. C’est même rudement simple : juste un nom d’utilisateur et un nom d’un programme à vérifier. En 2 lignes de code c’est fait.

Quand on voit que Google, Facebook ou Microsoft ferment des comptes de gens comme vous et moi (GMail, Adsense, Youtube, Facebook, Outlook, Github…) pour des raisons arbitraires qu’ils ne donnent pas toujours, Apple vient désormais de faire pareil, mais à un niveau encore plus avancé : ce ne sont plus seulement vos fichiers ou vos e-mails qui sont pris en otage : là c’est carrément votre matériel. Votre PC Apple fonctionne, mais il refusera de lancer quoi que ce soit car Apple a dit non.

Des gens ont perdu l’intégralité de leur vie numérique parce que Google ou Microsoft ont décidé de fermer leur compte spécifiquement. Oui, il arrive que des gens soient spécifiquement et individuellement dans le viseur des GAFAM. Pourquoi croyez-vous que certaines chaînes YouTube soient fermés ? Ou certains comptes Facebook ? Ou certains dépôts Github ?

Mais bon : comme d’hab, ça ne va ni alerter ni inquiéter les utilisateurs (99,9 % n’en seront d’ailleurs jamais victime), et les fanboy seront même ravis de se soumettre un peu plus au doigt de Tim Cook.

Mais faudra pas venir pleurer quand vous tomberez dans le 0,1 % qui reste.
Ni quand :


PS : Windows a probablement la même capacité de kill un PC à distance. Android aussi, sur votre téléphone.
Il reste juste les distributions GNU/Linux, qui certes ne sont pas à l’abri des pannes, bugs, hacks, mais qui n’intégreront jamais ce genre de mécanisme : ce n’est pas leur philosophie.  À noter tout de même que les distributions GNU/Linux intègrent une méthode de vérification de la source des programmes, mais cela concerne seulement le téléchargement du programme (dépôts vérifiés par signature GPG), pas son lancement.

image d’en-tête de Nikolai Chernichenko

Confini

mardi 3 novembre 2020 à 13:02

Je crois qu’il faut qu’on arrête de dire qu’on est confiné.

Car on n’est pas confiné.

Étrangement (ou pas, du coup), je n’ai jamais vu autant de monde dans la rue que depuis samedi.

Certains (moi y compris) sont tenus de continuer de travailler. Est-ce que je considère ça comme justifié ? Non. Je ne suis pas confiné non plus.

Perso, la seule chose qui change entre confinement et non-confinement, c’est qu’il n’y a plus de PQ au supermarché : les trous du cul ayant tout pris dans le premier quart-d’heure suivant l’ouverture du magasin.

Ne me parlez pas de télétravail : il n’est pas obligatoire et personne ne le pratique : ceux qui le faisaient durant le premier confinement se sont faits traiter de branleurs, du coup ils ne veulent plus télétravailler. Compréhensible ? Oui. Normal ? Non.
Sans compter ceux qui ne peuvent pas le faire tout simplement (j’en fais partie, pour environ la moitié de mon taf quotidien).

M’enfin même avec ça… En allant au travail, donc, je n’ai jamais vu autant de monde dehors, même à 07 h du matin.

Je vis en montagne, dans un faux-bourg d’une centaine d’habitants au bout d’un chemin. En temps normal, je ne croise personne. Aujourd’hui j’ai croisé deux personnes qui se promenaient, un qui promenait son chien (il a un chien lui maintenant ?) et deux soi-disant « joggeurs ». Le tout sur moins de 2 km.

Sans compter, sur le reste du chemin, tous les autres qui allaient au taf, ceux qui lavaient leur voiture, ceux qui allaient à l’école, à la boulangerie…

Confinement vous dites ? C’est du n’importe quoi.

Le pire c’est qu’on peut rien dire : tout le monde a probablement son attestation, donc tout le monde a le droit.

Car oui, et c’est quand-même magnifique, on nous oblige à rester à la maison, mais en même temps on nous propose un putain de papier totalement ridicule sur laquelle on côche une case — celle que l’on veut ! — et c’est bon, on a le droit de sortir librement.

T’as envie de sortir ? Félicitation !
Choisis une raison :

Mets une croix en bas, et sors.
C’est tout ? C’est tout ! C’est vraiment pas compliqué.

Personne n’ira vérifier : les flics n’ont pas le droit de juger que vos chocolats et douze paquets de farine et ce nouvel écran plat achetés à Carrouf sont bien des courses de première nécessité, ni ne vérifieront que t’es un sportif qui court tous les jours et pas juste aujourd’hui, ni que t’as emprunté le chien du voisin juste pour aller dehors…

Vu ces possibilités de sortie parmi une liste longue comme le bras, faut pas s’étonner que les gens le fassent, clairement, quitte à aller faire les courses six fois par jour (et au passage vider les rayons comme des singes) ou promener le chien toute une matinée, mais faudra pas s’étonner non plus que les chiffres du Covid ne baissent pas assez pour espérer un déconfinement avant Noël.

Me parlez pas de confinement.

Si on était confiné, on se ferait arrêter et mettre en taule dès qu’on franchit le seuil de la porte de chez soi.
Si on était confiné, toutes les entreprises seraient fermées.
Si on était confiné, les commerces seraient fermés et l’Armée serait en train de distribuer du riz aux habitants.
Si on était confiné, on serait chez nous à faire ce qu’on peut, ce qu’on veut, ce qu’on doit faire, tant qu’on sort pas.

Donc non : on n’est pas confiné.

On est semi-confiné à la limite, dans le sens où y a quelques contrôles d’un pauv' papier et qu’on doit être imaginatif sur des justifications qu’on sait parfaitement fantaisistes.

Mais au fond, si t’as envie de te déconfiner tu sors. T’as pas confiné.

France 451

samedi 31 octobre 2020 à 11:39

Plutôt que d'autoriser l'ouverture des petits commerces qui ont désormais tous les équipements (gel, masques, etc.) alors que les grands supermarchés sont eux bien ouvert, la France a fait ça dans les supermarchés :

i
Source et quelques autres images aussi :

France 2020
Fahrenheit 451

Même résultats.

Car je suppose que tous les autres rayons non-vitaux restent, eux, bien ouverts : rayons bricolage, électroménager, multimédia, décoration, auto, jouets, mode...

ÉDIT du lendemain : ah ben voilà, le gouvernement va faire fermer tous les rayons de produits qu’ils auront décrété comme « non-essentiel ». Alors même si je n’adhère pas à cette solution (c’est de l’égalitarisme par le bas), au moins c’est cohérent.

Et n’oubliez pas : il suffira de leur dire ce dont vous avez besoin, ils vous expliqueront comment vous en passer (c’est de Coluche, un peu reformulé).

Spam ton spam

vendredi 30 octobre 2020 à 16:20

Logo du Copyreich.
Lire :

Gee (un collègue blogueur) se fait censurer sur RedBubble, un site qui fait des vêtements et accessoires personnalisés, car une de ses caricatures contient le mot « spam ».

Spam, comme pour les courriels indésirables. Un mot banal, en somme.

C’est qui qui a demandé la suppression ?
C’est juste l’entreprise agroalimentaire Hormel Foods Corporation qui fabrique le jambon épicé « spam » (pour « spiced ham ») :

Du jambon « Spam ».
Donc en 2020 on en est là, niveau #copyreich.

Ah et ça intervient quelques jours après que le guitariste de DragonForce (un groupe de musique) s’est également vu censurer pour avoir joué, sur Twitch… ses propres chansons. Sa maison de disques a dû penser que cela transgressait le droit d’autre là-aussi. Du coup y en a encore qui pense que le droit d’auteur protègent les auteurs et la création ?

M’enfin, Gee dit s’en foutre que RedBubble le censure (ce dernier semble d’ailleurs également se battre les couilles des créateurs vu qu’ils ne lui répondent pas). Tant mieux pour toi, Gee, mais cette histoire m’a quand-même donné envie de troller un peu (on est vendredi, j’ai le droit).

Censurez donc ça, Hormel Foods Corporation :

SPAM
SPAM
SPAM
SPAM
SPAM
SPAM
SPAM
Trollface.

Fr-OSS sous Windows sans installer quoi que ce soit

vendredi 25 septembre 2020 à 14:21

Photo d’un clavier.
Il y a quelques jours je postais une note pour dire que c’était la galère pour écrire français sous Windows.

En fait, non, c’est possible et c’est aussi simple qu’installer un petit programme qui va modifier la disposition du clavier et en faire un clavier Fr-OSS (programme fourni par Microsoft, mais qui n’est pas installé par défaut malheureusement).

Sauf qu’installer un programme n’est pas toujours possible, en particulier dans un environnement où l’on ne peut pas installer tous les programmes que l’on souhaite (par exemple au travail).

Roland (un lecteur) me signale l’existence du programme Portable Keyboard Layout.
C’est un vieux truc (ça date de 2009), mais ça marche encore.

Il n’y a pas besoin d’installer quoi que ce soit, juste de pouvoir exécuter (pas besoin non plus des droits admin) un petit .exe qui va mettre une icône dans la zone de notification.

En ligne, j’ai trouvé les dispositions Colemak et Bépo, mais évidemment pas Fr-OSS.

Du coup je l’ai créé et la voici :

Il suffit de dézipper le fichier, de mettre ça où vous voulez et de lancer l’exécutable pkl.exe qu’il y a dedans (et si besoin ajouter ce .exe à la liste des programmes lancés au démarrage).

C’est tout. L’icône apparaît dans la zone de notification.
Un clic dessus et il se désactive, un nouveau clic dessus et il se réactive.

Pour ma modif, j’ai seulement modifié manuellement le fichier layout.ini et j’ai viré tout le reste. Je n’ai pas fait les images pour aider à afficher la disposition du clavier.

Avec ceci, au moins, vous pouvez taper des Æ, É, À, Ç, «», et ’. Comme sur un clavier Fr-OSS disponible sous Linux, sous le nom « français — alternative ».

La seule différence avec le Fr-OSS sous Linux, ce sont les touches mortes : dans cette version, bien qu’ayant respecté leur position, je l’ai considérablement étendu en reprenant la liste des touches mortes du Bépo (on peut donc taper à peu près n’importe quel diacritique de l’alphabet latin, et il y en a un paquet).


Il subsiste quelques bugs.

Ainsi, si vous activez le verrouillage majuscule (avec CapsLock), les lettres seront en majuscule, mais les lettres sur la ligne numérique (éàçè) resteront en minuscule. Sous le Fr-OSS, en tout cas sous Linux, ces lettres sont en majuscules quand le verrouillage majuscule est activé.
Sous Azerty normal, cela affiche les chiffres (comme avec Shift).

Image d’en-tête de Sergi Kabrera