PROJET AUTOBLOG


le hollandais volant

Site original : le hollandais volant

⇐ retour index

Concernant les terres rares dans les voitures électriques

mardi 7 juin 2022 à 18:20

Je suis tombé sur ce tweet qui traite d’un sujet récurent à propos des voitures électriques : les métaux rares utilisés :

Capture d’écran d’un tweet sur le Lutécium
(tweet)

L’ironie ici, c’est qu’il souligne la pollution engendrée par le lutécium pour dénoncer les EV, quand ce métal est utilisé dans les raffineries pétrolières et que les batteries d’EV contiennent 0 % de terres rares.

C’est savoureux, non ?

Précisons tout de même quelques trucs.

Origine du poste

Son tweet est une capture d’écran d’un petit paragraphe sur le lutécium paru dans un numéro de Charlie Hebdo et dédié à descendre les voitures électriques et paru le 1er Juin 2022.
Cet article est à charge et ce passage est complètement faux (le reste de l’article, je n’ai pas lu).

En effet, l’auteur se trompe ou ment : le lutécium n’est pas utilisé dans les EV, et encore moins dans les batteries des EV. Batteries qui ne contiennent d’ailleurs aucune terre-rare.

Les « terres-rares »

Les terres-rares, ce sont les éléments chimiques de la ligne des lanthanides sur le tableau périodique : la deuxième ligne en partant du bas, qui débute par le lanthane — d’où leur nom :

Le tableau périodique avec la mise en évidence des terres rares.
Les terres rares, en jaune et bleu. (source)

Le néodyme ou le samarium font partie des terres rares. Ces deux éléments, parmi d’autres sont utilisés dans les EV, mais pas dans la batterie comme on l’entend souvent.

Ils sont utilisés dans les moteurs : on les utilise dans les aimants qu’ils renferment. De façon générale, tous les aimants durs en contiennent : donc aussi bien ceux des disques durs d’ordinateur, que certains aimants de hauts parleurs, que les aimants pour ramasser les boules à la pétanque… Les terres rares ne sont donc pas du tout quelque chose de spécifique aux voitures électriques.

Mieux : certaines voitures électriques n’utilisent pas du tout d’aimants dans leurs moteurs.

C’est le cas de la Renault Zoé et Mégane E-Tech, certaines Tesla (tous les Roadsters, certains S, 3, X, Y), l’Audi e-Tron, la BMW iX3, iX, I5, la Smart EQ, la Mercedes EQC… Excusez du peu.

C’est souvent un choix délibéré des constructeurs pour s’en passer, car le principal producteur de néodyme est la Chine, qui limite fortement les exportations pour son propre marché. Aussi, si ces métaux ne sont pas rares, ils ne sont pas communs non plus et restent cher, car la demande est forte.

Le lutécium : 0 % dans les voitures électriques

Si l’on revient au lutécium : c’est le moins commun des lanthanides (excluant le prométhium, qui est sans isotope stable et quasi-innexistant à l’état naturel). Ses applications sont vraiment très limitées, et en aucun cas on ne l’utilise dans les EV.

Une de ses applications est plutôt le craquage d’hydrocarbures dans les raffineries pétrolières. D’où l’ironie initiale qui m’a fait rire : les pétrole, c’est pour les voitures thermiques, pas les EV.

Les voitures thermiques contiennent des éléments encore plus rares que le lutécium

Enfin, le lutécium se trouve à 0,5 ppm (0,5 parties par million) dans la croûte terrestre.

C’est du même ordre de rareté que l’argent (0,1 ppm), que l’on va jusqu’à mettre dans les confiseries (additif E174) ou qu’on tire en l’air pour faire pleuvoir (ensemencement des nuages).

L’argent ne court pas les rues, mais on se permet de l’utiliser pour décorer nos gâteaux d’anniversaires avec, donc bon.

Plus ironique encore : le platine (0,001 ppm) ou le palladium (0,0006 ppm) sont autant sinon plus rares que l’or (0,001 ppm). Ils sont 100 fois plus rare que le lutécium et sont utilisés… dans les voitures thermiques, au sein des pots d’échappements catalytiques… d’où ils sortent et se retrouvent dans la nature et où ils ne font rien de bien.

Et un pot d’échappement, vous pouvez toujours chercher, il n’y a en a pas sur les voitures électriques.
Les voitures à hydrogène en ont un, mais c’est juste un pot, sans catalyseur, donc sans platine ni palladium.

Conclusion

Le lutécium n’a donc rien à faire dans un article sur les EV, et encore moins sur les batteries.

Faut arrêter.


Pour ma part, je suis de façon très attentive les questions liées à la pollution liée aux EV. Et sur ce point de vu là, il n’y a pas besoin de fabuler à propos du lutécium : il y en a bien assez de pollutions bien réelles liées aux voitures électriques dont on pourrait parler avant d’avoir à faire du #FUD.

Car non, je n’ai jamais dit que ça ne polluait pas : la pollution est juste très différente. À la fois des voitures thermiques, et de ce que la majorité des gens pensent, veulent penser, ou que sont poussés à penser par des journaux quelconques dont la rédaction ne fait pas son travail ou a pour ordre de raconter n’importe quoi histoire de plaire au sponsors ou aux réactionnaires de tout bord.

Les sources :


Édit : il semble que cet extrait foireux sont issu d’un numéro de Charlie Hebdo (et ) effectivement destiné à descendre la voiture électrique (Merci Xavier pour l’info).

À propos des « micro-excès » de vitesse

mercredi 25 mai 2022 à 18:46

Un automobiliste verbalisé par une policière.

Une réflexion est en cours au sein du ministère de l’Intérieur afin de ne plus retirer de points sur le permis de conduire des automobilistes coupables de "petits excès de vitesse", a-t-on appris aujourd’hui auprès de la place Beauvau #AFP
source AFP

Pour commencer : un « micro-excès » de vitesse, ça n’existe pas. On parle ici d’un excès de vitesse de moins de 20 km/h au-dessus de la limite autorisée.
Parler de « micro-excès », ça serait comme parler de « petit vol », « maigre homicide » ou « légère fraude ». Juste non : arrêtez de minimiser et assumez vos actes. Vous n’avez plus 12 ans.

Bien.

Maintenant, la première chose à noter sur l’annonce de l’AFP (et avec cette seule info), c’est que ceci ne concerne que le retrait de point. L’infraction, elle, subsisterait bien, tout comme l’amende (en tout cas, j’espère).

Dans tous les cas, je trouve une telle loi regrettable, pour ne pas dire complètement stupide.

Car aujourd’hui, si tu fais un excès de vitesse de moins de 20 km/h (85 retenus au lieu de 80, par exemple), on perd 1 point. Sauf que ce point est automatiquement restitué si l’on ne commet aucune autre infraction au Code de la route durant 6 mois.

Quelqu’un qui commettrait exceptionnellement une infraction d’excès de vitesse, et qui a suffisamment retenu la leçon pour ne pas recommencer pendant 6 mois, ben il récupère son point et ça s’arrête là. C’est comme si rien ne s’était passé, tout va bien.

Par contre, celui qui commet excès sur excès, et qui perd 1 point, puis encore 1 point et ainsi de suite, c’est que la pédagogie ne marche pas. Rappelons qu’on a quand-même 12 points : faire 12 infractions de ce type à la suite, c’est vraiment le faire exprès. Or, c’est bien à ces gens-là que le fait de ne plus retirer de points pour ces excès de vitesse profitera. Ces gens-là, pour peu qu’ils soient friqués, pourront se faire prendre 10 fois par jour pour avec 5 km/h au-dessus de la limite, ça ne les fera pas changer.
Dit autrement : une telle mesure profitera avant tout aux chauffards qui se torchent déjà avec le Code de la route..

Veut-on vraiment d’un système qui encourage ce genre d’individus à jouer avec la loi ? Moi, en tant qu’usager lambda, non, je ne veux pas de ça.

Et puis, bien-sûr, tout ça c’est sans compter que l’on commence à être verbalisable que quand on est au moins à 10 km/h au compteur au-dessus de la limite autorisée : si le compteur affiche 90 km/h pour une limite à 80 km/h, par exemple.

Car si le compteur affiche 90, alors la vitesse réelle est d’environ 85 km/h (ça dépend des voitures : la différence entre vitesse affichée et vitesse réelle peut aller de 1 km/h à 10 km/h, mais généralement c’est autour de 4-5 : faites le test avec une vitesse GPS, qui est la vitesse réelle). Et si la vitesse réelle est de 85, alors la vitesse retenue est inférieure de 5 km/h, de 80 km/h, donc non verbalisable.

Ce qu’il faut comprendre ici, c’est que personne ne peut prétendre sans une gigantesque dose de mauvaise foi qu’il ne savait pas qu’il était au-dessus. Vous n’aurez JAMAIS d’amende pour excès de vitesse si votre compteur affiche 1 ou 2 km/h au-dessus de la limite de vitesse. C’est impossible (ou alors votre compteur est trafiqué).
Et la surveillance du compteur, ça fait partie de l’activité de la conduite : maîtrise du véhicule, respect du Code de la route et adaptation de l’allure à la situation… ça vous parle ? Si vous n’y arrivez pas, vous ne méritez pas votre permis de conduire et n’avez rien à faire sur la route.

(et enfin : si cette mesure passe, dans 3 ans on aura les mêmes pleurnichards qui diront « ouin ouin, j’étais seulement 6 km/h au dessus : j’ai donc perdu mon permis pour 1 km/h au dessus, ouin ouin »)

image d’en-tête de Michael Coghlan

Réseau de recharge EV : France VS Pays-Bas

vendredi 6 mai 2022 à 15:01

Je suis allé récemment aux PB. L’occasion de constater si le réseau de recharge pour EV est meilleur qu’en France ou non.

Résultat, pour la ville d’Arnhem où j’étais et la ville de Clermont-Ferrand qui est la grande ville la plus proche de chez moi, les deux faisant grosso-modo la même taille (environ 150 000 hab) :

Carte réseau de charge PB versus France.
Le niveau de zoom est identique, tout comme les filtres appliqués (je n’ai mis que les bornes Type2 et prise domestique), et à chaque fois c’est grosso-modo ce qui correspond au centre-ville. Mais si l’envie vous prend d’aller voir, vous constaterez que c’est pareil dans tous les quartiers, même si là-bas les villes ne sont pas construites pareil (on a plutôt des pâtés de maisons avec chacun leur mini centre de commerces entourés de logements, au lieu d’avoir un seul hypercentre et uniquement des logements autour).

On notera que le nombre de bornes en panne est identique dans les deux cas : 3. Sauf qu’à Clermont, cela correspond à la moitié des bornes, alors qu’à Arnhem ce nombre est imperceptible dans la masse.

Et c’est loin d’être un cas isolé. Voici un autre exemple, avec Lyon (1,6 Mhab) et Utrecht (0,4 Mhab), et le constat est identique :

Carte réseau de charge PB versus France (2).

Et c’est pareil partout.

Alors, est-ce que c’est parce que les gens achètent des EV que l’on installe des bornes, ou inversement ? Je ne sais pas. Car oui, il y a beaucoup d’EV là-bas, mais encore plus d’hybrides.
Est-ce que c’est parce que même avec une Zoé, on peut traverser le pays tout entier sur une seule charge ? Je pense, oui. Mais ça n’explique, ni n’excuse, pas tout.

Je pense surtout qu’en France personne n’a réellement la volonté ni la motivation de se bouger le cul à changer les choses. Du coup, ça évolue bien trop lentement.

Et c’est la même chose pour les arbres, les points d’eau, les micro-espaces verts, et surtout aussi les pistes cyclables et les trottoirs. Exemple tout con : au lieu d’avoir une route au centre, une bande stationnable et un trottoir de chaque côté, ils font du 2×1 voie séparées par un terre-plein, le stationnement au centre et les piétons ont de l’espace :

Rue aux PB
Pourquoi on n’y a pas pensé ?
Pourquoi on ne fait pas ça ici ?

J’entends souvent l’excuse du « ouais, mais on va pas raser Paris pour reconstruire des pistes cyclables ». Non, c’est sûr, et rassurez-vous : on n’a pas rasé Amsterdam non plus. On l’a juste rendu piéton (pratiquement, hormis quelques axes), et adapté les habitudes.

On a les maires et les élus qu’on mérite, et donc les projets d’urbanisations qui vont avec. Mais je pense que si on veut faire bouger les choses, quel que soit le sujet et dans n’importe quel sens, il faut à un moment donné prendre la responsabilité de foutre un gros coup de pied dans la fourmilière, quitte à se faire détester au début. Mais avec le temps, je pense que l’on pourra se rendre compte que c’est vraiment pour le mieux.

Haussman avait fait quelque chose de grand, il y a 150 ans, à Paris, et cela s’accordait avec les temps d’alors. Je pense qu’on n’arrivera à rien sans un esprit similaire, adapté à la société moderne et à l’avenir, au moins pour les nouvelles constructions.

Pourquoi les écoles sont en centre-ville et pas entre les immeubles d’habitation ?
Pourquoi les parkings n’entourent pas les villes en gardant le centre piéton et cyclable ?
Pourquoi les espaces verts sont l’exception et pas la règle ?

Par exemple, voilà à quoi une ville peut ressembler quand on y pense à faire les choses correctement plutôt que de faire comme on fait depuis des siècles :

i
i
Oui c’est dans la ville ça. C’est un quartier résidentiel, mais l’école est juste à côté (pas visible) et deux rues plus loin y a les petits commerces et commodités. Le centre-ville historique (piéton) est à environ 5 minutes en voiture ou en bus. Je rappelle que c’est la 10ᵉ ville du pays, et les proportions sont environ celles de Clermont, Nîmes, Rennes ou même Metz.
Or, hormis un parc ou deux et quelques places bétonnées, il n’y a pas réellement de tels espaces dans ces villes.

Ces espaces verts ici sont au pied des maisons et au bord de l’eau. Les routes, pour les voitures, elles, sont de l’autre côté des maisons. Ce qui fait qu’il y a un sorti d’énorme espace verduré impossible d’accès aux voitures, donc hyper calme, avec des canaux.
Ça sépare bien les choses et permet aux piétons d’éviter les voitures (et inversement), plutôt que d’avoir tout mélangé et de demander aux voitures, vélos et poussettes de cohabiter (chose qui n’arrivera jamais car c’est juste pas possible).

Et ceci est loin d’être un exemple isolé : pratiquement toutes les constructions de moins de 50 ans sont faites sur ce schéma, qui n’a rien d’une règle absolue, mais dont on retrouve les grandes lignes de façon systématique.

Bref, je tiens à la vie en France : le cours de la vie est différent, moins stressante, tout ça. Mais niveau architecture urbaine, je continue de penser que la France a bien 200 ans de retard. Les constructions récentes ressemblent aux villes anciennes et rien n’est pensé ni au présent, ni à l’avenir.

C’est dommage.

C’est quelque chose qui manque.

D’ING à Boursorama

mercredi 4 mai 2022 à 18:04

ING ferme sa filiale française et les clients sont invités à changer de banque. Ils ont fait un partenariat avec Boursorama, qui ont à quelque chose près les mêmes solutions bancaires.

Ce partenariat inclut également une procédure simplifiée pour migrer d’une banque à l’autre.

Je viens de recevoir le courrier d’ING m’indiquant la marche à suivre. Je dois dire que la procédure est très simple à faire : tout est déjà prérempli et y a pratiquement plus qu’à choisir le type de compte qu’on voudra chez Boursorama et de signer (électroniquement) les documents.

En plus, l’ouverture du compte donne une prime (80 €), l’activation de la mobilité bancaire donne une prime (50 €), et l’ouverture d’un livret A chez Boursorama donne une prime aussi (30 €), ou le LDD (30 €) et un paquet d’autres trucs comme les comptes épargnes ou bourse. Pas mal.

Par contre, le site de Boursorama est un véritable foutoir. Je pensais qu’on avait dépassé l’époque des sites surchargés de boutons, de liens et d’encarts, mais faut croire que non (ou alors ING, Twitter ou Google m’ont habitués à des outils simples et clairs).

Voilà pour vous donner une idée, des captures d’écran des espaces clients chez ING :

i
Ce n’est pas parfait, mais c’est clair.
Il y a l’essentiel, les éléments sont clairements distingués, et à peu près organisés correctement.

Les liens et les autres fonctions sont planqués dans des menus ou en bas de page. C’est ce qu’il faut, c’est à ça que ça sert.

Maintenant la page des comptes chez Boursorama :

i
C’est totalement surchargé. Certains éléments sont redondants et d’autres sont secondaires :

Pour vous donner une idée, voilà l’interface nettoyée, à ma façon :

i
Vous voyez la différence ?

Le menu en haut est plus clair :

L’affichage des différents avoirs est bien plus clair :

Notez que j’ai aussi changé le « boursorama banque » dans la liste des comptes par le numéro de compte.

Au centre, la liste des opérations avec une barre de recherche simplifiée :

J’ai aussi viré le « mes mouvements à venir ». La liste des mouvements à venir est effectivement affiché juste au-dessus.
J’ai en revanche ajouté un lien « Mes moyens de paiement ». Cela comprend alors la gestion de la carte, du chéquier, du RIB, bref, toute la barre des gros boutons ronds sur la droite.

J’ai viré le bouton « votre avis » (dont je vais peut-être me servir pour leur envoyer ma capture d’écran) : ceci doit être envoyé dans les notifs avec 1 ou 2 mois d’utilisation, pas le jour même de l’ouverture du compte !

J’ai viré le tchatbot aussi. Arrêtez avec ça, tout le monde, c’est d’une débilité sans nom et ça n’a jamais aidé personne.

On pourrait aller encore un peu plus loin dans la simplification de l’affichage, mais je pense que c’est déjà pas mal. Je vais en tout cas déjà leur soumettre ça (sans grande illusion).

Exercice de math à destination des sans-honte et de la bourgeoisie

lundi 11 avril 2022 à 19:32

Un mandiant.
Le problème :

Valérie déclare un patrimoine de 9,7 millions d’euros.
Elle décide, comme une grande, de dépenser 5 millions d’euros pour une campagne à la présidentielle, en espérant que la république le lui rembourse si elle fait un score suffisant.

Malheureusement pour Valérie, ça ne sera pas le cas.

Question 1.
Connaissant son patrimoine de départ, et sa dépense, combien lui reste-t-il en patrimoine ?

Question 2.
Si ce dernier est négatif, Valérie est endettée.
Au vu de la réponse à la question précédente, est-ce que Valérie est endettée ?

Question 3.
Sachant que le salaire minimum en France (le Smic) horaire est de 8,37 € net, combien d’heures de travail au Smic peuvent rembourser les 5 M€ de dépenses de Valérie ?
Combien cela représente-t-il d’années de travail (une année travaillée valant 1 607 heures) ?

Question 4.
Le patrimoine restant à Valérie est 9,7−5,0 = 4,7 M€.
Combien d’années de Smic cela constitue-t-il ?

Question 5.
Plutôt que de se contenter de ces siècles de Smic (en équivalence), Valérie décide de demander aux Français qu’elle a déçu de lui donner tout cet argent.
Au vu de la réponse à la question 4, cela vous paraît-il justifié ?

Question 6.
Pensez-vous que si vous ou moi dépensions 50 % de notre propre patrimoine, les plus pauvres se cotiseraient pour nous pour rembourser ça si on le demandait ?
Votre réponse est-elle la même que dans le cas de Valérie ? Pourquoi ? Justifiez.

Questions bonus.

(Les calculatrices non programmables sont autorisées.)

image d’en-tête de Tarek