PROJET AUTOBLOG


le hollandais volant

Site original : le hollandais volant

⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

Les ligatures en typographie

jeudi 15 octobre 2015 à 19:21
ligature S et I Quand on parle de ligatures en typographie, on parle de deux caractères qui sont collés pour n’en former plus qu’un : « oe » devient « œ », par exemple dans « œuf » et dans « cœur ».

Œ est sûrement la ligature la plus connue en français. On trouve ensuite « æ » que l’on retrouve dans ex æquo ou curriculum vitæ et représentant la ligature entre les lettres « a » et « e » ; ou encore le « & », qui représente historiquement la ligature entre un « e » et un « t » (d’où sa signification).

En allemand, on rencontre beaucoup le « ß », (à ne pas confondre avec le « β » (bêta) du grec), et qui représente la ligature entre un « ſ » (s long, utilisé en math pour les intégrales) et d’un « s ».

Le œ, le æ ou le ß sont assez courants, mais connaissez vous les autres ligature, beaucoup plus rares, voire presque disparues de l’usage ?

L’une des lettres qui présente pas mal de ligatures, c’est le « f » : cette lettre a en effet tendance à avoir la partie haute (la hampe) dépasser sur la droite, ce qui fait qu’il recouvre la lettre suivante et qui peut donner un résultat illisible. Par exemple, la hampe du f peut recouvrir le point du i qui le suite, ou heurter la barre du l ou du t, ou même la hampe d’un autre f. Dans certains cas, trois lettres sont ligaturées : par exemple quand on se retrouve avec deux f et un i.
Dans ces cas, les lettres sont ligaturées ainsi : «  », «  », «  », «  »…

L’origine d’une ligature pour deux caractères peut être technique : c’est le cas pour les ligatures avec le « f », pour éviter les collisions entre les lettres lorsque l’on utilisait les caractères en plomb dans l’imprimerie ; étymologique : la ligature représente alors un son unique en deux lettres ligaturées, comme « œ », qui représente un son unique (par exemple dans les mots « cœur » ou « fœtus », mais pas dans le mot « moelleux » qui ne présente donc pas de ligature) ; ou purement esthétique.

Ce dernier cas de ligatures esthétiques sont les plus rares et les moins utilisées, principalement parce qu’elles sont optionnelles. On découvre ainsi qu’il existe des ligatures comme « st » qui devient « st », simplement pour ajouter un peu de style. Elle reflète, parfois, la trace laissée par la plume dans une écriture manuscrite lorsqu’on passait d’une lettre à l’autre sans la lever du papier.

Enfin, dans les ligatures en langue française, on peut noter le statut de la vingt-troisième lettre de l’alphabet : « W » qui, historiquement, est une ligature entre deux « V », d’où son nom de « double V » (ou « double U » en anglais).
Cette ligature a fini par devenir une lettre à part entière.

Dans le même alphabet mais dans d’autres langues, on trouve d’autres ligatures, par exemple le « dz » (dz) en polonais ou le « lj » (lj) en slovaque. Le néerlandais utilise aussi parfois la ligature « ij » : « ij ».

L’alphabet phonétique international, présente d’autres ligatures qui lui sont propres : ȸ (db), ȹ (qp)…

Les autres alphabets disposent également de leur ligatures, apparues pour les mêmes raisons (techniques, étymologiques ou esthétiques).

Ressources :

image de Daniel Ullrich