PROJET AUTOBLOG


Shaarli - Shaarli | Orangina Rouge

Site original : Shaarli - Shaarli | Orangina Rouge

⇐ retour index

WHO | First data on stability and resistance of SARS coronavirus compiled by members of WHO laboratory network

lundi 18 mai 2020 à 18:12

Dans ma recherche à la mise en évidence de l'intérêt de désinfecter son masque grand public confectionné dans un tissu résistant au repassage, je suis tombé sur cette information d'une source sérieuse :

Heat at 56°C kills the SARS coronavirus at around 10000 units per 15 min (quick reduction).

(Attention, cela parle du SARS au sens du virus connu en 2003 ; d'ailleurs l'article date de cette période).

On peut aussi lire sur le site de l'ANSES :

un traitement thermique à 63°C pendant 4 min […] permet de diviser par 10'000 la contamination

Maintenant quid d'une température largement supérieure à 100°C pendant disons 1 minute ? J'ai mesuré (avec un thermomètre de cuisine, style ceux faits pour planter dans les ingrédients pour vérifier la température à cœur) sous mon tissu repassé avec le fer à température maximale (avec 3 points « ⋅⋅⋅ », soit « au moins 220°C ») et la vapeur, en quelques secondes je dépasse les 100°C. Et cela peut être effectué sur l'ensemble du tissu : on peut supposer que la pénétration de la chaleur est assez uniforme et profonde dans les fibres. (Rappel : mon masque est une couche simple de tissu 100% coton de denim/jean/sergé).
Au vu des informations présentes et jusqu'à lecture contradictoire, je reste persuadé qu'un repassage en profondeur sur tout le tissu à température maximale avec vapeur permanente est suffisant pour une réduction significative de la charge virale potentielle d'un masque en tissu « grand public ».


Complément 2020-05-18T18:32 : pour information le principe d'upérisation (utilisé pour le lait UHT) nécessite 150°C pendant moins d'une seconde.
Permalien