PROJET AUTOBLOG


ploum.net

Site original : ploum.net

⇐ retour index

L’attente

lundi 27 juillet 2020 à 16:31

Notre vie n’est plus qu’une attente. L’attente du prochain message, de la prochaine notification, de la prochaine nouvelle, de la prochaine tâche.

En devenant hyperproductifs, nous avons réduit le temps consacré à la pratique. Nous nous concentrons avec une efficacité redoutable pour respecter une échéance. Avant d’attendre.

Nous appelons ça le repos, la consultation de nouvelles, la distraction. C’est en réalité une attente, un entre-deux.

Nous espérions que nos engins connectés puissent meubler nos temps morts, puissent nous rendre productifs lorsque nous étions forcés d’attendre. En réalité, nous attendons désormais de nous connecter. Notre téléphone ne nous occupe plus dans la file. C’est le serveur qui interrompt notre connexion pour nous apporter le café.

Les emails, les chats ont rendu les interactions permanentes. Si au départ, ces outils nous permettaient d’attendre notre prochaine rencontre, aujourd’hui une rencontre est une attente avant de nous replonger dans nos outils.

Le rêve d’une humanité connectée est en passe de se réaliser. Mais cet incroyable espace partagé s’est révélé une gigantesque salle d’attente. Ensemble, nous attendons, qui l’amour, qui la reconnaissance, qui la gloire, qui un renouveau politique.

Nous ne réalisons pas que ceux qui trouvent ou cessent d’attendre s’éclipsent subtilement. Nous attendons. Nous consacrons plus d’énergie à tenter de promouvoir nos réalisations qu’à les accomplir. Nous lisons à toute vitesse pour remporter des challenges de lecture, nous voulons faire rire nos enfants pour en partager la photo. Notre vie est une attente pour nous reconnecter à la salle d’attente, celle où nous dévorons et partageons les conseils pour vivre une vie meilleure.

Et lorsque nous croyons briser le cercle vicieux, lorsque nous pensons nous reconnecter à nous-mêmes plutôt qu’au reste du monde, nous attendons avec impatience ce moment où nous pourrons enfin le partager, le faire exister à travers le regard virtuel des autres en train d’attendre.

Photo by Anthony Tran on Unsplash

Je suis @ploum, ingénieur écrivain. Printeurs, mon dernier roman de science-fiction, est disponible en précommande. Si vous avez apprécié ce texte, n'hésitez pas à me soutenir sur Paypal, en achetant et diffusant mon livre autour de vous et en vous abonnant à mes billets. Votre soutien, même symbolique, compte beaucoup pour moi. Merci !

<style type="text/css">.mailpoet_hp_email_label{display:none!important;}#mailpoet_form_1 .mailpoet_form { } #mailpoet_form_1 .mailpoet_column_with_background { padding: 10px; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_form_column:not(:first-child) { margin-left: 20px; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_paragraph { line-height: 20px; margin-bottom: 20px; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_segment_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_text_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_textarea_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_select_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_radio_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_checkbox_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_list_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_date_label { display: block; font-weight: normal; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_text, #mailpoet_form_1 .mailpoet_textarea, #mailpoet_form_1 .mailpoet_select, #mailpoet_form_1 .mailpoet_date_month, #mailpoet_form_1 .mailpoet_date_day, #mailpoet_form_1 .mailpoet_date_year, #mailpoet_form_1 .mailpoet_date { display: block; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_text, #mailpoet_form_1 .mailpoet_textarea { width: 200px; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_checkbox { } #mailpoet_form_1 .mailpoet_submit { } #mailpoet_form_1 .mailpoet_divider { } #mailpoet_form_1 .mailpoet_message { } #mailpoet_form_1 .mailpoet_form_loading { width: 30px; text-align: center; line-height: normal; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_form_loading > span { width: 5px; height: 5px; background-color: #5b5b5b; }#mailpoet_form_1{border-radius: 0px;text-align: center;}#mailpoet_form_1 form.mailpoet_form {padding: 20px;}#mailpoet_form_1{width: 100%;}#mailpoet_form_1 .mailpoet_paragraph.last {margin-bottom: 0} @media (max-width: 500px) {#mailpoet_form_1 {background-image: none;}} @media (min-width: 500px) {#mailpoet_form_1 .last .mailpoet_paragraph:last-child {margin-bottom: 0}} @media (max-width: 500px) {#mailpoet_form_1 .mailpoet_form_column:last-child .mailpoet_paragraph:last-child {margin-bottom: 0}}

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.

The Story Behind an Open Source Software Un-Maintenance

mardi 7 juillet 2020 à 14:31

How a broken screen kicked me out of developing an Open Source software and how the community revived it 6 years later

When I discovered the FLOSS world, at the dawn of this century, I thought developers were superheroes. Sort of semi-gods that achieved everything I wanted to do with my life like having their face displayed on planet.gnome.org, their name on the Wikipedia page describing their software or launching a free software company sold for millions. (Spoiler: I didn’t achieve the latter.) I was excited like a groupie when I could have a casual chat with Federico Mena Quintero or hang out with Michael Meeks.

I never understood why some successful developers suddenly disappeared and left their software un-maintained. I was shocked that some of them started to contribute to proprietary software. They had everything!

Without surprise, I followed that exact same path myself a few years later, without premeditation. All it took was for my laptop’s screen to break while I was giving a conference about, note the irony, Free Software.

But let’s tell things in order.

Starting a FLOSS project

As a young R&D engineer in my mid-twenties, I quickly discovered the need for an organisational system in order to get things done. Inspired by the Getting Things Done book, I designed my own system but found no software to implement it properly. Most todo software was either too simplistic (useful only for groceries) or too complex (entering a task required to fill tenth of fields in an awful interface). To some extent, this is still the case today. No software managed to be simple and yet powerful, allowing you to take notes with your todos, to have a start date before which it would make no sense to work on the task or to have dependencies between tasks.

I decided to write my own software and convinced my lifelong friend Bertrand to join me. In the summer of 2009, we spent several days in his room drawing mockups on a white board. We wanted to get the UX right before any coding.

Long story short: it looks like we did the right choices and the Getting Things GNOME! (yep, that was the name) quickly became popular. It was regularly cited in multiple Top 10 Ubuntu apps, widely popular in the Ubuntu app store. We even had many non-Linux users trying to port it to Windows because there was no equivalent. For the next four years, I would spend my nights coding, refactoring, developing and creating a community.

The project started to attract lots of contributors and some of them, like Izidor and Parin, became friends. It was a beautiful experience. Last but not least, I switched to a day job which involved managing free software development with a team of rock stars developers. I was literally paid to attend FOSDEM or GUADEC and to work with colleagues I appreciated. And, yes, my head was on planet.gnome and GTG had its own Wikipedia page.

The great stall

Unfortunately, 2014 started with a lay-off at Lanedo, the company I was working for. I started being involved in the local startup scene. I was also giving conferences about Free Software. During one, the screen of my laptop suddenly stopped working. I was able to finish because of the projector, but my laptop was now requiring an external screen.

Being broke and jobless, I bought the cheaper laptop I could find. A Chromebook. With the Chromebook, I started investigating web services.

This is perhaps one of my biggest regrets: not having developed GTG as a webapp. If I had, things would probably have been very different. But I didn’t like web development. And still don’t like it today. In the end, it was not possible to code for GTG on the Chromebook.

After a few months, I landed a job at Elium. My friend and CEO Antoine convinced me to try a company Macbook instead of a Linux laptop. I agreed to do the test and started to dive into the Apple world.

I never found a Todo app that was as good as GTG so I started to try every new shiny (and expensive) thing. I used Evernote, Todoist, Things and many other. I wanted to be productive on my Mac. The Mac App Store helped by showering me in recommendations and new arrivals of fantastic productivity apps.

I didn’t want to acknowledge it but, in fact, I had suddenly abandoned GTG. I didn’t even have a working Linux computer.

I was not worried because there were many very skilled and motivated contributors, the main one being Izidor. What I didn’t imagine at the time was that Izidor went from being a bored student to a full-time Google employee with a real life outside free software.

A Free Software project needs more than developers. There’s a strong need for a « community animator ». Someone who will take decisions, who will communicate and be the heartbeat of the project. It’s a role often forgotten when done by the lead dev. I always was the main animator behind GTG, even at times when I was writing less code than other contributors. Something I didn’t realise at the time.

And while I spent 6 years exploring productivity on a Mac, GTG entered hibernation.

Rebirth

Users were not happy. Especially one : Jeff, who was also a community contributor and is an open source expert. In 2019, he decided to get GTG back from the grave. Spoiler: he managed to do it. He became the heartbeat of GTG while a talented and motivated developer showed up to his call: Diego.

They managed to do an incredible amount of work and to release GTG 0.4. Long live to them! Video of GTG 0.4.

I didn’t write any code but helped as I could with my advice and my explanations of the code. It’s a strange feeling to see your own creation continuing in the hands of others. It makes me proud. Creating a software from scratch is hard. But living to see your software being developed by others is quite an accomplishment. I’m proud of what Diego and Jeff are doing. This is something unique to Open Source and I’m grateful to live it.

What is funny is that, at the same time Jeff called for a reboot of GTG, I went back to Linux, tired of all the bells and whistles of Apple. I was looking for simplicity, minimalism. It was also important for me to listen again to my moral values. I was missing free software.

In hindsight, I realise how foolish my quest of productivity was. I had spent 6 years developing a software to make me more productive. When I realised that and swore to not develop a productivity software anymore,  I spent the next 6 years trying every new productivity gadget in order to find the perfect combo.

It was enough. Instead of trying to find tools to be productive, I decided to simply do what I always wanted to do. Write.

Changing my perspective led me to the awful realisation that people are not using tools because they are useful but because they are trendy. They rationalise afterward why they use the tool but tools are not made to fill real needs. Needs are, instead, created to justify the use of a fun tool. A few years ago, creating a project was all about « let’s create a Slack about the subject ». Last year it was Notions. This year it’s Airtable. When you have a hammer, everything looks like a nail.

After so many years developing and testing every productivity software out there, I can assure you that the best productivity system should, at the very least, not depend on complex app to access your data. By using Markdown files in a very simple and effective folder structure, I’m able to have the most productive system I ever had. A system that could have worked 12 years ago, a system that does not depend on a company or an open source developer. I don’t even need GTG nor GNOME anymore. I’m now working fully in Zettlr on Regolith with a pen and a Moleskine. I’m now able to focus on a couple of big projects at a time.

Jeff would probably say that I evolved from a chaos warrior to a « goldsmith ». At least for the professional part because I can ensure you the parenting part is still fully on the chaos side. Nevertheless, the dedication of Jeff demonstrated that, with GTG, we created a tool which can become an essential part of chaos warrior’s productivity system. A tool which is useful without being trendy, even years after it was designed. A tool that people still want to use. A tool that they can adapt and modernise.

This is something incredible that can only happen with Open Source.

Thanks Bertrand, Izidor, Parin, Jeff, Diego and all the contributors for the ride. I’m sorry to have been one of those « floss maintainers that disappear suddenly » but proud to have been part of this adventure and incredibly happy to see that the story continues. Long live Getting Things GNOME!

Photo by krisna iv on Unsplash.

Je suis @ploum, écrivain électronique. Printeurs, mon dernier roman de science-fiction, est disponible en précommande jusqu'au 24 septembre. Si vous avez apprécié ce texte, n'hésitez pas à me soutenir sur Paypal ou en millibitcoins 34pp7LupBF7rkz797ovgBTbqcLevuze7LF. Vos soutiens réguliers, même symboliques, sont une réelle motivation et reconnaissance. Merci !

<style type="text/css">.mailpoet_hp_email_label{display:none!important;}#mailpoet_form_1 .mailpoet_form { } #mailpoet_form_1 .mailpoet_column_with_background { padding: 10px; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_form_column:not(:first-child) { margin-left: 20px; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_paragraph { line-height: 20px; margin-bottom: 20px; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_segment_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_text_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_textarea_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_select_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_radio_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_checkbox_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_list_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_date_label { display: block; font-weight: normal; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_text, #mailpoet_form_1 .mailpoet_textarea, #mailpoet_form_1 .mailpoet_select, #mailpoet_form_1 .mailpoet_date_month, #mailpoet_form_1 .mailpoet_date_day, #mailpoet_form_1 .mailpoet_date_year, #mailpoet_form_1 .mailpoet_date { display: block; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_text, #mailpoet_form_1 .mailpoet_textarea { width: 200px; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_checkbox { } #mailpoet_form_1 .mailpoet_submit { } #mailpoet_form_1 .mailpoet_divider { } #mailpoet_form_1 .mailpoet_message { } #mailpoet_form_1 .mailpoet_form_loading { width: 30px; text-align: center; line-height: normal; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_form_loading > span { width: 5px; height: 5px; background-color: #5b5b5b; }#mailpoet_form_1{border-radius: 0px;text-align: center;}#mailpoet_form_1 form.mailpoet_form {padding: 20px;}#mailpoet_form_1{width: 100%;}#mailpoet_form_1 .mailpoet_paragraph.last {margin-bottom: 0} @media (max-width: 500px) {#mailpoet_form_1 {background-image: none;}} @media (min-width: 500px) {#mailpoet_form_1 .last .mailpoet_paragraph:last-child {margin-bottom: 0}} @media (max-width: 500px) {#mailpoet_form_1 .mailpoet_form_column:last-child .mailpoet_paragraph:last-child {margin-bottom: 0}}

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.

Une page de pub avant la fin du monde

lundi 6 juillet 2020 à 22:44

La publicité n’est pas si mauvaise. Parfois elle agit. Avec sa propre éthique, il est vrai.

Si elle a lutté durant des décennies pour éviter qu’on interdise la promotion de la cigarette ou de l’alcool, si elle continue à vouloir nous faire acheter des gros SUV en nourrissant nos enfants de canettes et de barres sucrées, elle choisit ses combats.

Numerama rapporte qu’une publicité pour des vélos électriques aurait été censurée, car pouvant induire que l’automobile polluait. La publicité choisit ses combats.

Mais rassurez-vous, votre cerveau l’aura vite oublié.

Car pour lire cet article, Numera vous forcera tout d’abord à visionner une publicité pour un SUV.

La prochaine fois que vous vous demanderez pourquoi on ne fait rien contre le réchauffement climatique, rappelez-vous cette anecdote. Rappelez-vous que tout ce qui touche de près ou de loin à la publicité est coupable. Que même les publicités pour les vélos électriques ne nous sauveront pas ! La publicité, c’est le contraire de l’éducation. C’est transformer nos cerveaux pour les rendre disponibles à des messages simplistes. Le succès des anti-vaccins ou de ceux qui croient que la terre est plate ? Des cerveaux qui ont appris pendant des années à ne surtout pas réfléchir.

La publicité est partout ! Même au bord des circuits de course automobile (alors qu’à la vitesse où ils roulent, ça m’étonnerait que les pilotes aient le temps de les lire).

Tous sont coupables : Les publicitaires, les annonceurs, les.supports, les plateformes et tous ceux qui visionnent la pub sans tenter de s’en protéger activement.

Quoi ? Il ne reste plus grand monde ?

C’est bien là le problème…

Photo by Ploum on Unsplash. Screenshot contribué par Ledub.

Je suis @ploum, écrivain électronique. Printeurs, mon dernier roman de science-fiction, est disponible en précommande jusqu'au 24 septembre. Si vous avez apprécié ce texte, n'hésitez pas à me soutenir sur Paypal ou en millibitcoins 34pp7LupBF7rkz797ovgBTbqcLevuze7LF. Vos soutiens réguliers, même symboliques, sont une réelle motivation et reconnaissance. Merci !

<style type="text/css">.mailpoet_hp_email_label{display:none!important;}#mailpoet_form_1 .mailpoet_form { } #mailpoet_form_1 .mailpoet_column_with_background { padding: 10px; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_form_column:not(:first-child) { margin-left: 20px; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_paragraph { line-height: 20px; margin-bottom: 20px; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_segment_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_text_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_textarea_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_select_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_radio_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_checkbox_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_list_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_date_label { display: block; font-weight: normal; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_text, #mailpoet_form_1 .mailpoet_textarea, #mailpoet_form_1 .mailpoet_select, #mailpoet_form_1 .mailpoet_date_month, #mailpoet_form_1 .mailpoet_date_day, #mailpoet_form_1 .mailpoet_date_year, #mailpoet_form_1 .mailpoet_date { display: block; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_text, #mailpoet_form_1 .mailpoet_textarea { width: 200px; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_checkbox { } #mailpoet_form_1 .mailpoet_submit { } #mailpoet_form_1 .mailpoet_divider { } #mailpoet_form_1 .mailpoet_message { } #mailpoet_form_1 .mailpoet_form_loading { width: 30px; text-align: center; line-height: normal; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_form_loading > span { width: 5px; height: 5px; background-color: #5b5b5b; }#mailpoet_form_1{border-radius: 0px;text-align: center;}#mailpoet_form_1 form.mailpoet_form {padding: 20px;}#mailpoet_form_1{width: 100%;}#mailpoet_form_1 .mailpoet_paragraph.last {margin-bottom: 0} @media (max-width: 500px) {#mailpoet_form_1 {background-image: none;}} @media (min-width: 500px) {#mailpoet_form_1 .last .mailpoet_paragraph:last-child {margin-bottom: 0}} @media (max-width: 500px) {#mailpoet_form_1 .mailpoet_form_column:last-child .mailpoet_paragraph:last-child {margin-bottom: 0}}

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.

Email, mon amour !

mardi 30 juin 2020 à 12:31

Je me suis surpris à envoyer un long email à une personne que je suis depuis plusieurs années sur les réseaux sociaux. J’ai pris le temps de rédiger cet email. De le relire. De le corriger. De l’affiner. J’y exprime une idée simple que j’aurai pu lui envoyer sur Twitter, que ce soit en le mentionnant ou en messagerie privée. Je lui dis, tout simplement, que je ne souhaite plus interagir sur Twitter.

Le fait de prendre du temps, de réfléchir, de me relire m’a procuré un énorme plaisir. J’avais l’impression d’avoir apporté un petit quelque chose au monde, une clarification de mes idées, une main tendue, une piste de réflexion partagée. J’ai construit quelque chose d’intime, où je me révèle.

En tentant de regagner le contrôle de mon cerveau, j’ai retrouvé, sans le vouloir, l’art désuet de la relation épistolaire.

Nous avons oublié l’importance et la facilité de l’email. Nous l’avons oublié, car nous n’en avons pas pris soin. Nous laissons notre boîte aux lettres pourrir sous des milliers de messages non sollicités, nous perfectionnons volontairement l’art de remplir nos boîtes de courriels inutiles, inintéressants, ennuyeux sans plus jamais prendre le temps d’y déposer un courrier utile, écrit, intime.

Nous croyons que le mail est ennuyeux alors que ce sont nos pensées qui sont obscurément désertes. « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire viennent aisément », disait Boileau. Force est de constater que nos cerveaux sont désormais d’infernaux capharnaüms assiégés par d’innombrables tentatives de les remplir encore et encore. Anesthésiés par la quantité d’informations, nous ne trouvons d’échappatoire que dans la consommation.

Souhaitant soigner ma dépendance à Twitter, j’avais décidé de ne plus suivre que quelques comptes sélectionnés dans mon lecteur RSS grâce à l’interface Nitter. En quelques semaines, une froide vérité s’est imposée à moi : rien n’était intéressant. Nous postons du vide, du bruit. Une fois ôtées les fonctionnalités affriolantes, les notifications, les commentaires, le contenu brut s’avère misérable, souffreteux. J’avais pourtant sélectionné les comptes Twitter de personnes particulièrement intéressantes et intelligentes selon mes critères. Las ! Nous nous complaisons tous dans la même fange d’indignation face à une actualité très ciblée, le tout saupoudré d’autocongratulation. Réduite à quelques caractères, même l’idée la plus enrichissante se transforme en bouillie prédigérée conçue pour peupler un hypnotique défilement intinterrompu.

Un soir, alors que je profitais de ma douche pour articuler un concept théorique qui m’occupait l’esprit, j’ai réalisé avec effroi que je pensais en threads Twitter. Mon esprit était en train de diviser mon idée en blocs de 280 caractères. Pour le rendre plus digeste, plus populaire. J’optimisais spontanément certaines phrases pour les rendre plus « retweetables ».

En échange d’un contenu de piètre qualité, Twitter déformait mes pensées au point de transformer mon aquatique méditation vespérale en quête semi-consciente de glorioles et d’approbations immédiates. Le prix payé est inimaginable, exorbitant.

Ayant bloqué tous les sites d’actualité depuis belle lurette, je décidai que Twitter et Mastodon allaient suivre le même régime que Facebook et Linkedin : ne plus suivre personne. Je nourris désormais ma sérendipité d’écrits plus longs grâce à l’ancienne magie vaudoue du RSS.

Libéré, aéré, le cerveau retrouve soudain de la souplesse, de l’amplitude. Au détour d’une blague dans un forum que je suis, je crois deviner qu’un politicien a été mis en prison. L’information m’agresse. Elle occupe une place imméritée dans mon cerveau. Je n’avais pas envie de savoir cet inutile artefact qui sera vite effacé de la conscience publique. Comme un ancien fumeur soudainement allergique à la fumée, mon cerveau ne peut plus supporter les déchets pseudo-informationnels dont nous sommes abreuvés par tous les pores, par tous les écrans, par toutes les conversations.

Une fois débarrassé de cette gangue d’immondices, je me surprends à penser. Mes doigts se surprennent à vouloir écrire plutôt qu’à rafraîchir une page et réagir avec une émotion préfabriquée. Au lieu d’une démonstration publique de mon égotique fierté travestie en succédané de communication, j’ai envie de forger des textes, des histoires, de faire passer une information dans un contexte plus large, de lui donner le temps d’exister dans l’esprit des récipients. Et tant pis si ces derniers sont moins nombreux, moins enclins à m’injecter leurs likes chargés de dopamine.

Devant ma boîte aux lettres, immaculées grâce à une stricte observance des mes règles inbox 0 et de désabonnement, je guetterai la réponse comme un adolescent attend le facteur lui tendant une enveloppe parfumée. Et si elle ne vient pas, ma vie continuera sans que je sois obnubilé par un compteur de vues, de likes ou de partages.

L’outil de communication décentralisé web 5.0, 6.0 et 12000.0 existe déjà. C’est l’email. Nous n’avons tout simplement pas encore vraiment appris à l’utiliser. Nous tentons vainement de le remplacer ou de l’améliorer à grands coups d’interfaces et de fonctionnalités multicolores, car il expose la vacuité de nos interactions. Il met à nu que nous devrions faire un effort, changer notre cerveau et notre volonté. Tant que nous nous évertuerons à produire et consommer le plus de bruit possible en insatiables gloutonneries, tant que nous mesurerons notre succès avec d’autocrates statistiques, aucun système ne nous permettra de communiquer. Parce que ce n’est pas ce que nous cherchons. Parce que nous nous sommes perdus dans l’apparence et la quantité, jetant aux oubliettes l’idée même de qualité. Nous critiquons la faiblesse d’esprit et le court-termisme de nos politiciens sans réaliser que nous moquons notre propre reflet.

Lorsque nous serons assez mûrs pour tout simplement vouloir échanger de l’information de qualité, nous découvrirons que la solution était sous nos yeux. Si simple, si belle, si élégante, si décentralisée.

L’email.

Photo by Matt Artz on Unsplash

Je suis @ploum, écrivain électronique. Printeurs, mon dernier roman de science-fiction, est disponible en précommande jusqu'au 24 septembre. Si vous avez apprécié ce texte, n'hésitez pas à me soutenir sur Paypal ou en millibitcoins 34pp7LupBF7rkz797ovgBTbqcLevuze7LF. Vos soutiens réguliers, même symboliques, sont une réelle motivation et reconnaissance. Merci !

<style type="text/css">.mailpoet_hp_email_label{display:none!important;}#mailpoet_form_1 .mailpoet_form { } #mailpoet_form_1 .mailpoet_column_with_background { padding: 10px; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_form_column:not(:first-child) { margin-left: 20px; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_paragraph { line-height: 20px; margin-bottom: 20px; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_segment_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_text_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_textarea_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_select_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_radio_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_checkbox_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_list_label, #mailpoet_form_1 .mailpoet_date_label { display: block; font-weight: normal; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_text, #mailpoet_form_1 .mailpoet_textarea, #mailpoet_form_1 .mailpoet_select, #mailpoet_form_1 .mailpoet_date_month, #mailpoet_form_1 .mailpoet_date_day, #mailpoet_form_1 .mailpoet_date_year, #mailpoet_form_1 .mailpoet_date { display: block; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_text, #mailpoet_form_1 .mailpoet_textarea { width: 200px; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_checkbox { } #mailpoet_form_1 .mailpoet_submit { } #mailpoet_form_1 .mailpoet_divider { } #mailpoet_form_1 .mailpoet_message { } #mailpoet_form_1 .mailpoet_form_loading { width: 30px; text-align: center; line-height: normal; } #mailpoet_form_1 .mailpoet_form_loading > span { width: 5px; height: 5px; background-color: #5b5b5b; }#mailpoet_form_1{border-radius: 0px;text-align: center;}#mailpoet_form_1 form.mailpoet_form {padding: 20px;}#mailpoet_form_1{width: 100%;}#mailpoet_form_1 .mailpoet_paragraph.last {margin-bottom: 0} @media (max-width: 500px) {#mailpoet_form_1 {background-image: none;}} @media (min-width: 500px) {#mailpoet_form_1 .last .mailpoet_paragraph:last-child {margin-bottom: 0}} @media (max-width: 500px) {#mailpoet_form_1 .mailpoet_form_column:last-child .mailpoet_paragraph:last-child {margin-bottom: 0}}

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.

Rien ne sera jamais plus comme avant…

lundi 16 mars 2020 à 20:53

Il y’aura un avant et un après Coronavirus

Quel moment étrange sommes-nous en train de vivre ? Une brève page d’humanité que nous vivons individuellement, confinés, et à l’échelle de la planète, connectés.

Depuis quelques jours, nous ne sortons plus de chez nous sauf pour prendre l’air, nous balader tout en saluant les passants du plus loin que nous puissions. Nous restons à la maison. Plus de réunion, plus de rendez-vous. Les enfants ne vont plus à l’école. Un week-end comme un autre. Mais un week-end qui va durer des semaines, un mois, peut-être plus.

Plus question d’aller au restaurant. Plus question de caser les enfants chez les grands-parents, plus question de regarder les résultats des courses cyclistes après une journée de boulot. Le temps semble s’être arrêté.

Difficile de penser à autre chose qu’à l’épidémie. Difficile de faire autre chose que de tenter de convaincre ceux qui pensent qu’on en fait trop, de s’inquiéter pour nos parents et, même si les statistiques sont en leur faveur, pour nos enfants. Difficile de ne pas penser à comment gérer les enfants si nous tombons tous les deux malades sans pouvoir faire appel aux grands-parents et si les provisions viennent à manquer.

Mais difficile également de ne pas réaliser que, dans notre position privilégiée, cette situation est un prix bien léger à payer si cela permet de sauver des vies.

À ceux qui parlent de catastrophisme, de paranoïa, je ne peux répondre que « quel est le coût d’avoir tort ? ». Est-il préférable de prendre trop de mesures pour une maladie bénigne ou, au contraire, de sous-estimer un fléau mortel ? Nous ne saurons jamais si nous en avons fait trop, mais nous pourrions regretter toute notre vie de ne pas en avoir fait assez.

Quoi qu’il en soit, la rapidité de réaction de l’humanité me convainc que rien ne sera plus jamais comme avant.

En quelques jours, porter un masque en public, habitude typiquement asiatique, est devenue une norme presque mondiale. Faire du télétravail et des téléconférences se révèle soudainement possible même chez les plus réfractaires. Quelques vieillards cacochymes qui toussent ont enfin réussi là où 20 années de réunions mondiales au sommet ont échoué : réduire la production mondiale de CO2 et de NO2.

Soudainement, les milliers d’avions en permanence dans le ciel ne se révèlent pas si indispensables que ça. Soudainement, les millions de tonnes de gadgets en plastique peuvent rester dans leurs conteneurs quelques mois de plus. Soudainement, nous pouvons vivre sans le nouvel iPhone.

La diminution de la pollution liée à cette quarantaine bientôt mondiale sauvera probablement plus de vies qu’elle ne protégera du Coronavirus.

Lorsque la menace s’éloignera, il faudra tout d’abord se battre avec des gouvernements qui auront du mal à rendre le pouvoir extrême qu’ils auront acquis en quelques semaines. Les luttes pour nos vies privées et pour nos libertés devront, pendant des décennies, affronter l’argument de la pandémie. Les abus seront nombreux, des régimes totalitaires se mettront en place insidieusement, profitant de l’aubaine, se camouflant sous des mesures de santé publique.

Mais même sans cela, nous ne reviendrons jamais à « la normale ».

Pour beaucoup, le télétravail sera désormais démontré comme efficace et faire chaque jour 2h de trajet ne se justifiera plus. Pour d’autres, il sera désormais impossible de camoufler que le monde se porte mieux sans leur creusage de trou, leur bullshit job. Certains métiers trop souvent oubliés seront enfin remis à l’honneur: personnel soignant, éboueurs, livreurs, postiers … On découvrira à quel point se passer d’enseignants, de restaurateurs et de personnel d’entretien est éprouvant. Peut-être aurons-nous appris, contraints et forcés, à vivre avec notre famille, à adopter un horaire et un mode de vie imposé par nos proches plutôt que par un patron obsédé de la pointeuse.

Nous commencerons à réfléchir sérieusement à l’idée de payer les gens un revenu de base pour rester à la maison, nous rendant compte que cela ne va pas détruire le monde, mais au contraire le sauver. Nous réaliserons que lorsque nos enfants nous accuseront de n’avoir rien fait pour le réchauffement climatique et que nous leur répondrons que c’était impossible, ils nous pointeront du doigt en disant : « Pourtant, en 2020, vous l’avez fait pour le Coronavirus ! ».

Nous attendons tous, avachis dans nos salons, le retour à la vie normale. Une vie normale qui ne reviendra plus, qui sera à jamais différente.

Oserons-nous encore un jour nous faire un bisou en nous croisant dans la rue, cette coutume qui parait tellement étrange, voire répugnante, pour certains Asiatiques ? Nous moquerons-nous encore de cette personne qui porte un masque dans la rue ? Serons-nous enfin convaincus que la santé n’est pas un bien et que le secteur ne doit pas être « rentable » ? Pourrons-nous enfin ne plus entendre ces abrutis criminels qui refusent tout vaccin et qui sont les bombes à retardement des prochaines épidémies ?

Car, oui, il y’en aura d’autres. Que ce soit dans un an, deux ans, dix ans ou cent ans. Une épidémie future que nous ne pourrons désormais plus nous empêcher d’attendre. De guetter. En prévision de laquelle nous garderons toujours un stock raisonnable de papier toilette, de masques et de gel désinfectant.

Nous ne pourrons également plus nous empêcher de réaliser que nous vivons avec nos proches, que nous les aimons et que, l’immense majorité du temps de notre vie, nous ne faisons que les croiser dans la cuisine et la salle de bain. Nous réaliserons enfin que ceux à qui nous tenons ne sont pas éternels, que nous les avons appelés plusieurs fois pendant la quarantaine alors que cela faisait peut-être 3 semaines, 6 mois ou 1 an que nous n’avions plus le temps de leur parler.

Ce tableur à compléter pour un client, ce rapport à terminer, cette réunion à organiser. Ces embouteillages journaliers pour s’asseoir face à un écran, cet ulcère évité de justesse. Ce match de foot au sommet à la télé. Ils étaient indispensables et, pourtant, nous avons pu soudainement nous en passer pendant plusieurs semaines. À quelles futilités consacrons-nous notre énergie, notre temps, notre vie ? Il sera désormais impossible de ne plus se poser la question.

Rien ne sera jamais plus comme avant.

Photo by Daniel Tafjord on Unsplash

Je suis @ploum, écrivain électronique. Printeurs, mon dernier roman de science-fiction, est disponible en précommande jusqu'au 24 septembre. Si vous avez apprécié ce texte, n'hésitez pas à me soutenir sur Paypal ou en millibitcoins 34pp7LupBF7rkz797ovgBTbqcLevuze7LF. Vos soutiens réguliers, même symboliques, sont une réelle motivation et reconnaissance. Merci !


Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.