PROJET AUTOBLOG


ploum.net

Site original : ploum.net

⇐ retour index

Changer le monde sans travailler, mon expérience TEDx

vendredi 6 mai 2016 à 11:13
12983878_453108058219789_7381969276494141901_o-2

Il y a quelques semaines à peine, j’ai reçu un coup de téléphone m’invitant à venir donner une présentation TEDx à Liège. Honoré, je me suis aussitôt empressé d’accepter.

Le temps pour la préparation m’était compté mais j’étais à la fois fier et motivé. Sous le titre énigmatique « Changer le monde sans travailler », j’ai décidé de parler du revenu de base.

Grâce à la collaboration active de ma compagne, je produisis un texte dont j’étais assez content, texte que je me suis mis à étudier frénétiquement. Le texte amenait le sujet du revenu de base et possèdait un moment assez confrontant au cours duquel j’accusais explicitement toute personne vivant de près ou de loin de la publicité de contribuer à la surconsommation et au mal-être de la planète. J’espérais oser, malgré l’aspect terrifiant que cela représentait pour moi, attaquer directement le public et l’organisation de la conférence elle-même pour n’être, en fait, qu’un grand panneau publicitaire au service des sponsors.

Le 8 avril, je me suis donc retrouvé un peu stressé dans les coulisses de l’extraordinaire salle philharmonique de Liège, à faire connaissance avec les autres intervenants, tous aussi passionnants les uns que les autres.

Pour l’anecdote, juste avant d’entrer en scène, je discute avec le conférencier Steven Laureys. Son visage me dit quelque chose. Je suis sûr de l’avoir déjà vu.

Et soudain, je comprends : il a écrit plusieurs articles sur la conscience dans le magazine Athéna, articles qui m’ont passionnés et inspirés, entre autres, pour écrire le billet « Qu’est-ce que la conscience ».

Mais à peine ai-je le temps de savourer cette rencontre inattendue qu’il est temps d’entrer en scène et de jouer ma partition.

Jusqu’au moment où…

Un trou de mémoire ! L’impensable !

Vous l’avez vu, non ? Mais si, entre 8:10 et 8:30 !

Durant ce qui me semble être une éternité, je fixe le vide, j’improvise. Puis, je retombe sur mes pattes et continue mon texte.

Horreur. Tout en récitant, je constate que j’ai sauté précisément le moment clé, le moment choc de ma présentation.

Ma compagne, qui était assise au second rang et qui connaissait mieux le texte que moi a hésité de me souffler la suite mais, voyant que je me reprenais très rapidement, pensa que j’avais volontairement adoucit mon texte.

Alors que je quittai la scène, je reçu les félicitations des organisateurs puis du public. Tout le monde semblait content. Ce trou de mémoire n’avait que peu ou prou été perçu. Cette éternité de silence n’avait été, pour le public, qu’une brève pause.

Mais, au fond de moi, je bouillonnais de colère. Ma présentation que j’avais voulu confrontante avait été amputée et, de ce fait, transformée en un réquisitoire certes pertinent mais fade et consensuel.

12970780_453108054886456_1462341225580184376_o

Essayant de faire fi de ma déception, j’allai m’installer dans la salle afin de profiter des autres orateurs dont la diversité brassait tous les styles et tous les goûts. En écoutant le public, je constatai que les plus acclamés étaient également les plus détestés. Chaque membre du public avait sa préférence, sa vision.

Mais, surtout, malgré les nombreux TEDx que j’avais visionné en vidéo, je découvris quelque chose que le web ne m’avait jamais transmis : certains conférenciers faisaient vibrer le public. Ils ne parlaient pas spécialement biens, ils n’étaient pas spécialement les meilleurs. Mais ils s’exprimaient avec leurs tripes, ils s’exposaient, ils partageaient une expérience unique. Ils me transportaient.

Ce que je n’avais pas fait. Ce que je n’avais même jamais imaginé faire.

J’avais abordé l’expérience comme toutes mes conférences : une idée intellectuelle à exposer.

Et je n’avais pas réussi aussi bien que je l’aurais voulu. J’avais fait une erreur.

J’ai adoré l’expérience de ce TEDx Liège. Les organisateurs ont été parfaits, l’ambiance entre les conférenciers était incroyable et j’ai fait des rencontres passionnantes.

Alors, oui, j’ai envie de refaire un TEDx. J’ai envie de revivre cette expérience.

Mais cette fois, j’ai envie de venir m’exposer, me mettre à nu. Je veux parler d’un sujet qui me touche profondément, émotionnellement et non plus d’une théorie intellectuelle.

Le thème s’est immédiatement imposé. J’ai envie de faire un TEDx où j’expliquerai pourquoi je me ressens la publicité comme un étouffement, un contrôle absolu de la créativité humaine et comment j’expérimente le prix libre, en tant que créateur et public, afin de favoriser la création et la liberté artistique.

Alors, merci TEDx Liège pour m’avoir permis de vivre cette expérience !  Et si vous organisez un TEDx et êtes à la recherche d’un orateur qui cherche à s’améliorer, je me porte volontaire !

Merci d'avoir pris le temps de lire ce billet librement payant. Prenez la liberté de me soutenir et suivez-moi sur Tipeee, Twitter et Facebook !

Ce texte est publié sous la licence CC-By BE.

Freiner moins bien pour entretenir l’illusion de la sécurité ?

samedi 30 avril 2016 à 00:54
5237879183_bf2a500f2f_b

Si vous ne vous intéressez pas du tout au cyclisme, vous n’êtes peut-être pas au courant d’un débat qui fait rage actuellement au sein du peloton professionnel : doit-on autoriser les freins à disque sur les vélos de compétition ?

Peut-être que le cyclisme ne vous intéresse pas mais cette anecdote est intéressante à plus d’un titre car elle illustre très bien l’incapacité que nous avons à évaluer rationnellement un danger et l’importance que les médias émotionnels peuvent avoir sur des processus de décision politique.

Au final, elle nous démontre que nous ne recherchons pas la sécurité mais seulement une illusion de celle-ci.

Les freins à disque, kézako ?

Le but d’un frein est de ralentir voire de stopper un véhicule. La plupart du temps, cela se fait en transformant l’énergie cinétique en chaleur.

Sur la plupart des vélos jusqu’il y a quelques années, un frein consistait en deux patins qui venaient pincer la jante. En frottant sur les patins, la jante ralentit tout en chauffant.

Screen Shot 2016-04-30 at 00.43.08

Un frein sur jante, par Bart Heird.

Sont ensuite apparus les freins à disque : le principe est exactement le même mais au lieu d’appliquer le patin sur la jante, on va l’appliquer sur un disque spécialement conçu pour cela fixé au centre de la roue.

15480841850_8572dd8964_z

Un frein à disque, par Jamis Bicycle Canada.

 

Les avantages sont multiples :

Le résultat est qu’un frein à disque fournit un freinage cohérent et constant quelle que soient les conditions météo, la vitesse et le revêtement. Un cycliste équipé de freins à disque dispose d’un contrôle sans commune mesure avec les freins sur jantes.

Le frein à disque en compétition

Les freins à disque ont donc conquis tous les domaines du cyclisme, en commençant par le VTT et le cyclocross. Tous ? Non, pas le cyclisme sur route.

Les raisons ? Tout d’abord, les freins à disque sont plus lourds et moins aérodynamiques, données particulièrement importantes dans cette discipline. Mais les professionnels ont aussi peur qu’un disque puisse causer de vilaines blessures en cas de chutes en peloton où les cyclistes s’empilent les uns sur les autres.

L’union internationale de cyclisme avait néanmoins décidé de les autoriser à titre provisoire afin de tester graduellement en 2015 puis 2016.

Tout semblait bien se passer jusqu’à ce que le cycliste Fran Ventoso se coupe au cours d’une chute sur la célèbre course Paris-Roubaix. Sa blessure est impressionnante et aurait, selon lui, été causée par un disque de frein. Le plus grand conditionnel est de rigueur car le coureur lui-même n’a pas vu qu’il s’agissait d’un disque et qu’aucun coureur équipé de freins à disque n’est tombé ou n’a rapporté avoir été touché dans ce secteur.

Néanmoins, les photos de la blessure ont fait le tour du web et les témoignages comparant les disque à des lames de rasoir ou des trancheuses de boucherie ont rapidement fait le buzz.

La preuve est-elle donc faite que les freins à disque sont dangereux et qu’il faut les bannir ?

Analyser le danger

Comme toujours, l’être humain est prompt à se saisir des anecdotes qui lui conviennent afin de se convaincre. Mais si on analyse rationnellement le problème, on voit émerger une réalité toute différente.

Un vélo est, par nature, composé d’éléments pouvant être particulièrement dangereux : une chaîne, des roues dentées, des rayons de métal très fins sur des roues tournant à haute vitesse. Aucun de ces éléments n’a jamais été considéré comme un problème, ils font partie du cyclisme. Une vidéo sur Facebook semble démontrer que le frein à disque n’est pas particulièrement coupant . Tout au plus peut-on noter les risques de brûlures si on le touche juste après un très long freinage.

Durant la période de tests 2015-2016, le cyclisme de route professionnel a donc connu un et un seul accident impliquant (potentiellement) un frein à disque.

Au cours de la même période, les courses ont connu un nombre importants d’accidents majeurs impliquant des motos ou des voitures faisant partie de l’organisation de la course. Le plus cocasse est certainement celui de Greg Van Avermaet, alors en tête de course et qui sera propulsé dans le fossé par une moto de télévision. Le second de la course, Adam Yates, dépassera Van Avermaet sans le voir et passera la ligne d’arrivée persuadé d’être arrivé deuxième. Mais l’accident le plus dramatique reste la mort du coureur Antoine Demoitié, heurté à la tête par une moto de l’organisation après avoir fait une chute sans gravité.

Une course cycliste, de nos jours, est en effet une débauche de véhicules motorisés tentant de se frayer un passage entre les vélos. Avec des conséquences graves : il ne se passe plus un tour de France sans qu’au moins un coureur soit mis à terre par un véhicule.

Si la sécurité physique des coureurs était réellement un souci, l’utilisation de véhicules lors des courses cyclistes serait sévèrement revue. C’est d’ailleurs ce que demandent beaucoup de coureurs mais sans écho auprès de la fédération ni des médias. Après tout, les motos de la télévision sont la seule motivation des sponsors qui payent les salaires des coureurs…

Les enjeux du débats

Aujourd’hui, une seule blessure statistiquement anecdotique va potentiellement repousser de plusieurs années l’apparition des freins à disque au sein du peloton professionnel pour la simple raison que les photos sont impressionnantes.

Pourtant, il est évident que pour un cycliste isolé, les freins à disque améliorent grandement la sécurité. Ils sont également utilisés avec succès depuis des années au plus haut niveau en VTT et en cyclocross. Le cyclisme sur route est-il une exception ? Les gains évidents de sécurité d’un meilleur freinage ne compensent-ils pas le risque de se couper ?

N’ayant pas l’expérience de la course, je ne peux absolument pas juger.

Tout au plus puis-je remarquer que les coureurs cyclistes ont, pendant des années, lutté contre le port obligatoire du casque, pourtant élément de sécurité aujourd’hui indiscutable. L’opposition a été telle qu’il a été nécessaire d’établir une période de transition durant laquelle les cyclistes pouvaient se débarrasser de leur casque en arrivant sur la dernière montée d’une course.

Ne devrait-on pas également considérer l’exemple qu’ils donnent à une époque où la promotion du cyclisme face à la voiture devient un enjeu sociétal ?

Suite au buzz des photos particulièrement impressionnantes de la blessure de Ventoso, j’ai entendu des particuliers refusant d’acheter un vélo de balade avec freins à disque voire croyant que ceux-ci allaient désormais être interdits sur tous les vélos. Les organisateurs des courses amateurs amicales parlent aussi d’interdir les disques. Interdir une technologie qui pourrait potentiellement éviter des accidents ! Interdire des amateurs, utilisant majoritairement leur vélo dans le traffic quotidien, d’avoir des freins à disque s’ils veulent participer à des « sportives » mi-balades, mi compétition amicales.

La résistance au changement

Vu sous cet angle, les implications et les enjeux de cette histoire sont bien plus importants qu’une vilaine coupure. Mais cela illustre à quel point l’être humain est en permanence en train de lutter contre le changement, quelle que soit la forme qu’il puisse prendre.

Dans la narration des médias sociaux, la proposition suivante paraît logique : « Un cycliste professionnel dans une course très particulière se coupe et pense que sa blessure est due à des freins. Tous les vélos du monde devraient donc désormais utiliser des freins moins efficaces. »

Notre perception du danger est complètement tronquée par les médias (dans ce cas-ci une photo de blessure), par la narration (l’usage d’analogies avec des lames de rasoirs) et complètement irrationnelle (les motos et les voitures étant familières, elles n’apparaissent pas comme dangereuses, l’accident est un cas unique,etc).

Sous de fallacieux prétextes de risques supposés, nous refusons généralement de voir en face les risques que nous courons déjà pour la simple raison que nous voulons nous complaire dans notre confortable immobilisme suranné. Nous exagérons les risques apportés par toute nouveauté. Et nous refusons les innovations qui pourraient nous apporter une réelle sécurité.

Finalement, l’être humain ne cherche absolument pas la sécurité. Il cherche l’illusion de celle-ci. Du coup, nos politiciens ne nous donnent-ils pas exactement ce que nous cherchons ?

Le fait que les vélos freineront désormais moins bien à cause d’une photo sanguinolente sur les réseaux sociaux n’est-elle pas une merveilleuse analogie, un extraordinaire résumé de toute la politique sécuritaire que nous mettons en place ces dernières décennies ?

 

Photo par photographer.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce billet librement payant. Prenez la liberté de me soutenir avec quelques milliBitcoins: 12uAH27PhWepyzZ8kzY9rMAZzwpfsWSxXt, une poignée d'euros, en me suivant sur Tipeee, Twitter, Google+ et Facebook !

Ce texte est publié par Lionel Dricot sous la licence CC-By BE.

Enfoirés d’altruistes !

lundi 25 avril 2016 à 20:54
8488646629_59b959ea94_z

En éternel optimiste, je suis confiant dans le fait que l’immense majorité de l’humanité est bienveillante. Nous ne souhaitons que le bonheur pour nous-mêmes et les autres.

Mais alors, comment expliquer la multiplication des conflits, des guerres, des disputes et des violences ?

Ma réponse est toute simple : parce que nous ne sommes pas assez égoïstes et que nos différentes cultures nous poussent à “penser d’abord aux autres”.

« Et alors ? » me diriez vous avec un air étonné en vous tapant la tempe de l’index. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, avoir des bonnes intentions pour les autres ne fait que paver l’enfer, pour paraphraser le proverbe. La solution ? Soyons égoïstes et arrêtons un peu d’essayer de penser pour les autres !

Petit exemple introductif

Marie a offert une boîte de pralines à Jean. Ils viennent de la manger ensemble. Il n’en reste plus qu’une dans la boîte. Marie en a très envie. Mais elle veut avant tout faire plaisir à Jean.

— Tiens, prends la dernière !

Jean n’a pas du tout envie de la praline car il sait qu’elle est à l’alcool et il a horreur de ça. Cependant, il ne veut pas froisser Marie ni montrer que son refus est purement égoïste.

— Non, merci, je te la laisse.
— J’insiste, tu en as pris moins que moi !
— Vraiment, sans façon !
— Ce serait bête de la jeter !
— Bon, d’accord…

Moralité : Marie et Jean sont tous les deux frustrés mais sont persuadés de s’être frustrés pour le bien de l’autre. Ce qui a eu l’effet inverse !

Peut-on généraliser cet exemple ? Oui, je le pense !

Une hypocrite bienveillance

Le problème d’une société altruiste, c’est qu’il devient virtuellement impossible d’exprimer son propre désir, celui-ci étant perçu comme égoïste. Il devient également impossible de signifier à une personne bien intentionnée que son intention n’a pas eu l’effet escompté.

Il s’ensuit que les altruistes sont, par construction, forcés de vivre leurs propres plaisirs par procuration. Dans notre cas, c’est Marie forçant Jean à manger la praline qu’elle aurait bien voulu avoir.

La praline parait peut-être anecdotique mais remplaçons le chocolat par la morale et nous avons la source même des conflits et du fanatisme. Si un homme pense qu’il n’est pas sain que ses enfants soient exposés à de la pornographie, il va militer pour interdire la pornographie dans toutes la société afin de protéger tous les enfants ! Les opposants du mariage homosexuels militent pour, selon leur propre mot, le bien de tous et de la société. Ils sont donc essentiellement altruistes.

Exemple extrême : les extrémistes religieux ne cherchent jamais qu’à sauver les âmes égarées, quitte à les torturer et les tuer un petit peu en passant. Mais c’est pour leur bien.

L’inévitable frustration

Mais ces enfoirés d’altruistes font encore pire !

En effet, frustrés inconsciemment par le non-assouvissement de leurs désirs, ils en viennent à haïr les égoïstes qui n’ont rien demandé à personne.

Sans le savoir, ils exigent que tout le monde fasse le même sacrifice qu’eux. Ou, au minimum, ils veulent être reconnus pour leur sacrifice.

Certains vont jusqu’à affirmer tirer leur bonheur du bonheur des autres ! Cette rhétorique est paradoxale. Car si la phrase est vraie, alors l’altruiste est en fait profondément égoïste. Comme l’égoïsme n’est pas acceptable pour l’altruiste, il s’en suit que la proposition est hypocrite.

En résumé, les altruistes imposent leur vision du monde aux autres et ne supportent pas ceux qui s’occupent d’eux-mêmes.

Les conflits

Vous m’objecterez que si tout le monde était égoïste, il y aurait encore plus de conflits car, forcément, les envies sont parfois incompatibles.

Mais je pense le contraire. Car tout être humain normalement constitué est capable d’accepter une frustration si celle-ci est consciente et justifiée.
— J’ai envie de la dernière praline.
— Moi aussi.
— Tu en as mangé plus que moi.
— Effectivement, je te la laisse pour cette fois.

L’égoïsme améliore la communication, la transparence. De manière contre-intuitive, il est beaucoup plus facile de faire confiance à un égoïste : il ne cherche pas à nous faire plaisir, il suffit que ses intérêts soient alignés avec les nôtres. La frustration, elle, est verbalisée et rationalisée : « J’avais envie de la dernière praline mais il est juste que Marie aie pu la manger. »

L’égoïsme et la franchise entraîne donc une diminution des incompréhensions. Les conflits restants sont, au moins, clairement identifiés et négociables.

L’harmonie

Mais la véritable raison qui me fait abhorrer les altruistes est bien plus profonde.

Comment voulez-vous apporter de l’harmonie au monde si vous n’êtes pas en harmonie avec vous-mêmes ? Comment voulez-vous écouter les autres si vous n’êtes pas capable de vous écouter ? Comment satisfaire les envies de ceux que vous aimez si vous êtes vous même frustrés ?

L’altruisme est essentiellement morbide.

Vous voulez changer le monde ? Rendre les autres heureux ? Apporter du bonheur à vos proches ?

Charité bien ordonnée commence par soi-même ! Travaillez à être heureux, à votre propre bonheur et arrêtez de penser à la place des autres.

 

Photo par Lorenzoclick.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce billet librement payant. Prenez la liberté de me soutenir avec quelques milliBitcoins: 12uAH27PhWepyzZ8kzY9rMAZzwpfsWSxXt, une poignée d'euros, en me suivant sur Tipeee, Twitter, Google+ et Facebook !

Ce texte est publié par Lionel Dricot sous la licence CC-By BE.

La moitié du monde qui vit dans la peur

jeudi 14 avril 2016 à 23:34
6821525402_0d43290ee2_k

J’aime me balader seul la nuit dans les rues désertes. Couper par un bois obscur. Respirer l’air de la nuit. Je me sens bien.

Peur ?

Je ne connais pas vraiment la peur. J’ai confiance dans mes capacités de défense. J’ai confiance dans ma pointe de vitesse. J’ai surtout confiance dans le fait que m’agresser est un acte très grave, complètement condamné par la société. Les agresseurs sont donc relativement peu nombreux et doivent être vraiment acculés. De plus, une agression éventuelle aurait très peu de chance de laisser des séquelles durables. Même si c’était le cas, je sais que j’aurais le support de l’ensemble de la société, que mon agresseur serait unanimement condamné.

Je suis donc en confiance, j’ai la chance de vivre dans un endroit sûr.

Parce que je suis un homme.

Si je me transforme en femme, le monde est immédiatement différent. Physiquement, j’ai moins de chance d’être plus forte ou plus rapide qu’un éventuel agresseur. Je suis obligée de considérer chaque homme comme un agresseur potentiel. Les regards, les remarques, même les plus gentilles, me rappellent à chaque instant que je suis avant tout une proie sexuelle dans le regard des mâles.

Que ce soit dans un contexte professionnel, intellectuel ou de détente, les premières remarques concerneront toujours mon physique et, implicitement, ma baisabilité. Et si l’on sort des considérations sexuelles, ce sera essentiellement pour parler de mon rôle potentiel d’épouse et de mère.

Des agresseurs potentiels n’ont pas besoin d’être acculés, désespérés pour passer à l’acte avec moi : il suffit qu’ils aient des pulsions sexuelles un peu trop vives.

De plus, je sais que la société les condamne très peu. Si je suis victime d’un viol, les policiers commenceront par me culpabiliser en me demandant pourquoi je me suis promené à tel endroit dans telle tenue. Pourquoi j’étais seule. Victime d’un viol, je suis en partie coupable. Et, pour toujours, impure et détruite à vie au regard des hommes, même les plus bienveillants.

Dans le meilleur des cas, mon agresseur sera puni comme s’il m’avait donné quelques coups. Si on le retrouve.

Je ne suis donc pas en confiance, je vis dans la peur. Que ce soit dans la rue, dans un événement professionnel, une soirée, un concert. Sans aucune gêne, les hommes à faible distance parlent de mon décolleté, des positions sexuelles qu’ils vont essayer avec moi ou une autre, du fait que je suis baisable ou non. Ils ne se cachent même pas, ils n’imaginent pas que je les entends. Ils sont même persuadés d’être gentils et attentionnés en soulignant mes qualités physiques. Et je suis forcée de me sentir flattée de peur d’être perçue comme prude, d’être exclue de leurs cercles et, dans le cas professionnel, de voir se volatiliser les opportunités de carrière.

Une immense majorité d’hommes et de femmes me critiquent, ouvertement ou sans s’en rendre compte car je tente de m’octroyer les mêmes libertés de parole et d’action que les hommes. Ils me trouvent bizarre, dérangeante, choquante. Pour les femmes, je ne suis pas assez féminine, sensible. Un simple gros mot ou une allusion sexuelle prend dans ma bouche une ampleur insoupçonnée. Je n’ai pas le droit de les dire, seulement d’en rire quand elles proviennent d’un homme.

Me plaindre est hors de question : mon audience me soulignera immédiatement la chance que j’ai de vivre dans un pays où les femmes ont déjà tellement de droits, que j’exagère, qu’en Arabie Saoudite, c’est bien pire mais qu’au moins les hommes ont la paix là bas (rires gras). Mais ces droits dont je jouis sont si fragiles… Chaque jour, nous devons lutter pour les faire exister, les matérialiser et la lutte est d’autant plus difficile que la plupart sont persuadés que le combat est terminé, que l’égalité est acquise.

Pire, certains hommes vont jusqu’à se sentir opprimés du fait que je tente de jouir des mêmes droits qu’eux. Il est vrai qu’après des millénaires de privilèges, le retour à l’égalité doit ressembler à de l’oppression.

Aujourd’hui, j’ai peur d’être ce que je suis, j’ai peur de perdre les droits pour lesquels les femmes se sont battues et, malgré tout, je dois cacher cette peur, être belle et forte pour avancer.

Enfin, heureusement, je ne connais pas cette peur. Car je suis un homme.

Mais, souvent, la honte m’étreint à l’idée de vivre dans un monde soi-disant libre où plus de la moitié de la population est forcée de vivre dans la peur de l’autre moitié.

 

Photo par Nicola Albertini.

Merci d'avoir pris le temps de lire ce billet librement payant. Prenez la liberté de me soutenir avec quelques milliBitcoins: 12uAH27PhWepyzZ8kzY9rMAZzwpfsWSxXt, une poignée d'euros, en me suivant sur Tipeee, Twitter, Google+ et Facebook !

Ce texte est publié par Lionel Dricot sous la licence CC-By BE.