PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Quand l’AFP fait du journalisme de données sans mise en contexte…

lundi 11 août 2014 à 12:29

…et que tous les journaux enchaînent le copier/coller.

Attention, voici une flopée de liens. Ne les cliquez pas tous, leur contenu est identique. Seul le titre change, probablement sous l’action d’un stagiaire estival.

Allez, j’exagère un peu, l’article du Huffington Post a ajouté une réaction d’un député à la dépêche AFP d’origine. Et le Nouvel Obs a ajouté un diaporama des 10 députés les plus assidus (selon eux). Vous noterez la recherche dans la reformulation des titres…

Il manque plusieurs choses à ces « articles » (J’ai du mal avec ce nom. « Tas de nombres en vrac » serait plus adapté.)

Méthodologie

C’est bien de publier des chiffres. Ça change de tous ces articles qui ne sont que des éditoriaux basés sur le ressenti d’un auteur. Pour autant, la méthodologie de création de ces chiffres n’est jamais neutre. D’ailleurs, l’association Regards Citoyens reconnaît que les données qu’ils utilisent sont biaisées, mais qu’ils font avec ce qu’on leur donne. Ils font aussi beaucoup pour que les deux chambres de notre Parlement communiquent plus et mieux sur leur activité, big up à ces bénévoles qui font bouger les choses !

Premièrement, les données ne proviennent que du site Internet de l’Assemblée nationale. C’est un impératif pour permettre une génération automatique du site nosdeputes.fr. Les conséquences sont nombreuses. Par exemple, le calendrier des fermetures de l’Assemblée n’est disponible qu’en HTML ou en PDF. Regards Citoyens a donc créé un algorithme qui relève l’activité parlementaire, et en déduit si une semaine était ouverte ou bleue ou fermée.

Deuxièmement, leur catégorisation est issue de choix éditoriaux. Les interventions des députés sont classés en deux types : courtes, et longues lorsqu’elles dépassent 20 mots.

Vous êtes un député qui veut faire monter son score d’interventions longues ? Parsemez votre intervention de propos polémiques, qui vise l’autre camp. Vous provoquerez ainsi des réactions, qui seront notées au compte-rendu. Comme elles s’inséreront dans un discours de plusieurs centaines de mots, chaque partie de votre discours sera considérée comme une intervention longue.

Hop, 3 interventions longues pour le député Myard

Hop, 3 interventions longues pour le député Myard

Troisièmement, l’existence du classement modifie le comportement des députés. Il y a notamment un concours stupide sur le nombre de questions écrites, qui n’existerait pas si les recordmen ne bénéficiaient pas d’une exposition médiatique de ce fait. Le système est à tel point pénible que le président de l’Assemblée nationale va plafonner le nombre de questions qu’un député peut poser ! Cette information relativise beaucoup le « top » des députés questionneurs par écrit, non ?

Quatrièmement, tous les députés ne sont pas égaux. Les travaux à l’Assemblée nationale sont systématiquement présidés par un député. Le président ou un des 6 vice-présidents dans l’hémicycle, un des 9 présidents de commission lors… du travail en commission, merci de suivre. Ces 16 députés sont donc ceux qui introduisent, animent et concluent les débats. Devinez qui on retrouve dans le top des députés qui parlent le plus ?

Les 7 présidents de séance sont ceux qui font le plus d’interventions longues dans l’hémicycle. Ce qui permet de titrer que le recordman est un UMP. Sans expliquer pourquoi…

Prenons le groupe écologiste, tant vanté comme le plus assidu. Ce groupe est aussi recordman du nombre moyen d’interventions longues dans l’hémicycle : 217 par député, quand le deuxième groupe (GDR) atteint péniblement 163, et le troisième (UDI) 120. Les trois autres groupes ne dépassent pas 92. C’est impressionnant, non ? Ben non. L’Assemblée compte deux grands groupes, UMP (199) et PS (290). Les quatre autres sont 30 (UDI), 18 (Ecolo), 17 (RRDP) et 15 (GDR). Devinez lequel des petits est le seul à compter un vice-président dans ses rangs ? Eh oui, ce score moyen de 217 est tiré vers le haut par les 949 interventions longues de Denis Baupin. Sans lui, la moyenne serait de 174. Nettement plus proche des 163 de GDR, non ?

Le contexte, cette valeur ajoutée du journaliste

Il est très facile de reprendre des chiffres sans réfléchir. La reformulation de dépêches AFP sans information contextualisée ne produit pas une information digne de ce nom. Cette course au titre qui fait cliquer, sans proposer de fond ensuite est franchement déplorable et creuse un peu plus la tombe dans laquelle s’enterre toute seule la presse. La meilleure comparaison qui vienne à l’esprit, ce serait d’avoir plusieurs grands restaurants qui serviraient la même bouillie produite en usine.

Pour ne pas tirer davantage sur l’ambulance, je n’aurai qu’une seule chose à dire aux rédacteurs en chef de ces journaux : la prochaine fois que vous vous demanderez comment stopper la chute de vos ventes, réfléchissez à ce que vous apportez réellement à vos lecteurs.

Maison solaire autonome : la rentabilité, une question absurde ?

dimanche 3 août 2014 à 12:05

maxresdefault

Basculer vers l’autonomie énergétique est une démarche qui appelle de nombreuses questions. Ou affirmations. L’une des plus fréquentes est celle de la « rentabilité ». « Si je passe au tout solaire, sans EDF, il me faudra 8 ans pour que ce soit rentable » est une phrase fréquemment entendue ou lue. Certains vont parler de 10 ans, 12 ans avant « rentabilité ». Le calcul effectué est assez simple : additionner sa note EDF sur un an, celle de l’installation solaire, et diviser cette dernière par le montant EDF. Le nombre qui en ressort  est censé correspondre aux années passées à payer EDF jusqu’à atteindre le montant de l’installation solaire. Lorsque l’échéance est atteinte, c’est un seuil où l’on commence à « gagner » de l’argent, ou tout du moins, en économiser. L’électricité deviendrait alors « gratuite ». Pourtant, la démarche de l’autonomie énergétique ne fonctionne pas de cette manière. Particulièrement aujourd’hui.

Une époque particulière

Nous ne vivons pas en 1971, ni en 1979, ou encore en 1985, 99, ou même 2010. Toutes ces dates peuvent correspondre à des périodes bien particulières : celle où l’énergie nucléaire était à son apogée en France, celle de l’après choc pétrolier, des signatures d’accords financiers mondiaux, d’avant la catastrophe de Tchernobyl, d’avant la bulle Internet, du 11 septembre —et plus encore, d’avant la catastrophe de Fukushima. L’énergie électrique nucléaire, le pétrole ou le gaz coûtent de plus en plus cher. Leurs limites ont été atteintes, et surtout, sont connues. La compétition mondiale pour l’énergie s’est transformée en guerre pour l’énergie, avec des morts et beaucoup d’enjeux qui affectent durablement les populations d’un point de vue économique, celles des pays riches comprises, peu habituées  à se priver.

jauge

Le prix de l’essence ou du gasoil ne baissera pas. Tous les indicateurs économiques mondiaux le démontrent : nous sommes définitivement entrés dans une ère du pétrole cher. L’électricité nucléaire suit le même schéma, mais pour d’autres raisons : Fukushima a obligé, à juste titre, à un renforcement de la sécurité du parc nucléaire, avec des investissements très coûteux à la clef. Les centrales sont vieillissantes, et leur démantèlement est lui aussi très onéreux. En construire de nouvelles est une gageure technologique que le chantier de l’EPR de Flamanville souligne clairement, avec un triplement du prix initial de l’ouvrage. Le prix du Kwh domestique a augmenté de 30% en 6 ans. Les projections pour les 5 ans à venir indiquent une augmentation comparable, sinon plus importante. En cause ? La nécessité de rémunérer les actionnaires ou investisseurs, cumulée à un coût de  maintenance et de sécurisation des centrales de plus en plus élevé. Avec des inquiétudes importantes quant à des scénarios de sécheresse trop fortes ou des hivers trop froids qui pourraient mener à des black-out régionaux en France, selon un rapport de RTE en 2013. L’époque est donc très particulière, et questionner l’autonomie individuelle solaire en termes du seul calcul de rentabilité financière semble un peu limité. Ce questionnement serait possible si nous étions à une autre époque, avec une progression normale des prix et des salaires, des enjeux énergétiques moins forts, de prix des infrastructures facilement finançables, d’une géopolitique moins complexe, d’une démographie plus douce, d’une économie mondiale moins agressive. Mais ce n’est pas le cas. Nous ne sommes pas en 1971…

Autonomie électrique : juste pour éviter les factures ?

Croire que l’autonomie électrique d’un habitat est seulement pour son propriétaire une manière d’éviter de payer des factures EDF procède d’une vision très étroite du sujet. Tout comme laisser croire qu’on participe à « sauver la planète » en produisant soi-même son électricité solaire. L’autonomie énergétique est avant toute chose une démarche intellectuelle, politique, philosophique, en lien avec la liberté, et de façon plus générale, les libertés. Comme le logiciel libre empêche qu’une « œuvre codée », collective ou non, ne devienne la propriété d’un petit nombre qui obligerait le reste à « passer par lui » pour en bénéficier, l’autonomie électrique redonne le pouvoir à celui qui la crée.

guerre-energie

Bataille des énergies : le politique garde la main, comme toujours.

Ce pouvoir va au delà du simple fait de ne devoir rien à personne pour allumer des lumières et faire fonctionner des appareils électriques. Il va au delà de ne pas polluer lorsqu’on consomme de l’électricité. Ce pouvoir est celui de ne pas être soumis. Asservi. Pas simplement à une entreprise, mais à un ensemble : un système et des valeurs. La maîtrise technique est un moyen de changer d’état d’esprit, d’appréhender le rapport à la société, à l’Etat, d’une autre manière. Dans un système où l’infantilisation des citoyens est de plus en plus poussée à grands coups de normes,  de règlementations censées protéger chacun de soi-même et des autres, produire son électricité est une voie excessivement libératrice. Qui redonne du sens, et replace l’individu comme adulte.

A l’heure de la « transition énergétique »…

Le DiY peut devenir une mode gentillette, avec de gentils hypster bricolant des « trucs » et des « bidules » aidés d’imprimantes 3D, tout en cherchant à créer un « modèle économique » basé sur le concept. Comme déguiser un Techshop en FabLab ? Ce serait dommage, puisque le DiY n’est avant tout qu’une seule et unique chose : une démarche. Quotidienne. Une façon de penser le monde et une façon de s’y inscrire dans les actes. Comme de se ré-emparer des outils de production. La création d’électricité [solaire ou autre] autonome est donc pleinement reliée au DiY dans le sens où il faut penser le système électrique « par soi-même », le faire produire « par soi-même », le maintenir « par soi-même », le faire évoluer « par soi-même ». Le but n’étant pas d’en retirer des avantages financiers, d’en faire un business. Comme d’habitude.

img_2479

Ceci n’a rien à voir avec du DiY ou du prototypage et a consommé beaucoup de Wh

Le plan de transition énergétique qui vient d’être lancé en pâture aux médias et sera prochainement discuté dans les chambres parlementaires est-il une mascarade ? La classe politique veut-elle changer de modèle énergétique ou simplement montrer sa bonne volonté ? Cette transition voulue permettra-elle de sortir du système ultra centralisé et d’asservissement de la population à l’énergie ? Libre à chacun d’en juger, mais comme à chaque fois, de nombreux indices laissent penser que même si une volonté de « mieux faire » est présente, la finalité ne sera pas d’inciter les citoyens à plus d’autonomie et moins d’asservissement. Ce qui est dommage, car c’est là que se situe l’enjeu de ce siècle.

Et certainement pas dans un « verdissement » supposé ou des « économies d’énergie » forcées ou incitatives.

Article reliés :

DiY : une maison bio-climatique autonome en énergie, why not ?

DiY de maison bioclimatique : autonomie solaire électrique effective

Electricité libre : la transition énergétique, c’est maintenant 

Cadeau bonus pour illustrer cet article, parce que nous sommes sur Reflets, et que même les chose les plus sérieuses méritent aussi d’être traitées avec humour : « The Jean-Jacques Band, le punk des campagnes » .

 

NSA, il est temps de faire le (premier) point

mercredi 30 juillet 2014 à 11:27

1984 c'est maintenant

Les programmes de surveillance ne sont pas une nouveauté… En 1988, le journaliste Duncan Campbel révélait l’existence d’un programme de renseignement, Echelon, dans un article pour The New Statesman qui s’intitulait « Somebody’s listening« . En 1996, c’était le journaliste néo-zélandais Nicky Hager qui publiait « Secret power » sur l’implication de son pays dans le programme. En 1999, suite à une demande du Parlement Européen, Duncan Campbell rend un rapport intitulé « Interception capabilities 2000 » pour le STOA (Science and Technology Options Assessment du Parlement Européen — traduction française disponible sous le titre « surveillance éléctronique planétaire » aux éditions Allia).

Le projet Echelon désignait un système mondial d’interception SIGINT via les satellites, et regroupant les États-Unis (NSA), le Royaume-Uni (GCHQ), le Canada (CSTC), l’Australie (DSD) et la Nouvelle-Zélande (GCSB) dans le cadre du traité UKUSA.

Pour ne pas rester à la traîne, la France a rapidement mis en route un projet similaire, surnommé « frenchelon« .

Plus près de nous, en 2013, Edward Snowden, (ex-)analyste de la CIA et de la NSA décide d’alerter l’ensemble de la planète sur les nouvelles capacités d’écoute et d’interception des États-unis et de ses alliés. Mais vous connaissez cette histoire…

Fin 2013, ne trouvant aucune base de données des différents programmes, La Quadrature du Net commence, grâce à quelques bénévoles, le site nsa-observer.net qui regroupe l’ensemble des programmes de la NSA et du GCHQ provenant des fuites de Snowden.

premier tour d’horizon

Même si l’immense majorité des programmes est sous l’égide de la NSA (National Security Agency) et donc des États-unis, certains programmes viennent d’autres pays (en particulier du Royaume-uni via le GCHQ). La NSA classe ses pays partenaires en 3 grandes familles :

La collecte de données

Les services récupèrent tout ce qu’ils peuvent, c’est à dire dans le désordre :

Tout ce que vous faites avec un navigateur (sans oublier sa version, la langue, les plugins installés…), les flux voix (VoIP, GSM, téléphone fixe…), fax, emails, chats (MSN-like, Jabber…), vidéos (que ce soit en provenance de youtube, de skype,…), photos, fichiers (en transferts, stockés, …), DNI (Digital Network Intelligence), DNR, empreintes des réseaux wifi (cf. VICTORY DANCE en dessous), activités sur les réseaux sociaux, détails des comptes google/yahoo/outlook…), et l’on en passe.

Pour faire simple, tout ce que vous faites laisse forcément des traces quelque part. Et c’est ce qu’ils cherchent, collectent, et parfois stockent. Voici donc la première partie de ce tour d’horizon concernant quelques programmes de la NSA et du GCHQ.

UPSTREAM / TEMPORA / RAMPART-(x)

Aussi connu sous le nom de « ROOM641A« , le programme UPSTREAM a commencé en 2003, a été révélé en 2006 et consiste à la collecte via des « écoutes » sur les câbles de fibres optiques (de manière très simplifiée). Le projet UPSTREAM concerne la collecte sur l’ensemble des fibres optiques trans-océaniques, qui permettent l’acheminement des communications internationales, comme Internet, les appels, les SMS…

UPSTREAM englobe beaucoup de sous-programmes qui correspondent à des régions du monde. Ils collectent différentes données (DNI, DNR, métadonnées, contenu, voix, fax…). Pour plus de détails sur UPSTREAM et ses sous-programmes, le blog electrospaces est une très bonne source d’information.

TEMPORA est l’équivalent d’UPSTREAM pour le Royaume-uni, et RAMPART l’équivalent en coopération via certains pays Européens.

PRISM

PRISM est un accès direct aux serveurs de certaines sociétés américaines : Microsoft (+Skype), Yahoo, Google (+Youtube), Facebook, PalTalk, AOL, Apple…

Ce programme permet de faire des requêtes concernant des personnes ou des groupes précis concernant les emails, les chats/vidéos, les photos, les données stockées (coucou le cloud), de la VoiP, etc. Il suffit de lister les différents services de ses entreprises pour avoir une idée de qu’ils peuvent avoir. PRISM est donc utilisé pour « cibler » quelqu’un en particulier.

MUSCULAR

Ce programme a fait beaucoup parler de lui quand il a été rendu public, et pour cause : il permet l’interception des données entre les datacenters de Google (et de Yahoo) ce qui permet, entre autre, d’éviter les connexion HTTPS clients/serveurs. Google a chiffré ses communications inter-datacenters depuis.

VICTORY DANCE

Coopération entre la CIA et la NSA au Yémen. Ils ont listé les empreintes wifi de presque toutes les grandes villes Yéménites via des drones (si vous ne voyez pas à quoi ça peut servir, cf. XKEYSCORE).

Souvenez-vous de ce que les Google Cars ont fait pendant un bon moment dans le reste du monde et ce que cela a pu devenir depuis…

MYSTIC

MYSTIC est un ensemble de programmes qui collecte des données (le plus souvent provenant des téléphones et/ou des GSM) dans certains pays. On peut ainsi noter ACIDWASH (qui a collecté entre 30 et 40 millions de métadonnées par jour en Afghanistan), DUSKPALLET (qui vise les GSM au Kenya), EVENINGWEASEL (wifi mexicain) et SOMALGET.

SOMALGET permet de « monitorer » les systèmes de télécommunications d’un pays (via des entreprises américaines implantées localement le plus souvent). Ce programme a visé les Bahamas (sans doute pour servir de test avant de passer à plus gros) puis l’Afghanistan où il a collecté et stocké TOUS les appels téléphoniques, aussi bien localement que vers l’international.

Mais que fait-on des données après ?

Voici justement quelques exemples.

ANTICRISIS GIRL

Via des programmes comme UPSTREAM / TEMPORA / RAMPART qui permettent de faire de la collecte passive, il est possible de collecter les adresses IP des personnes se connectant à un site, par exemple au site wikileaks.org ou celles des auteurs de recherches Google ayant permis l’accès au site.

nsaobserver-programsXKEYSCORE

XKEYSCORE consiste en un ensemble d’interfaces et de bases de données qui permettent de sélectionner certaines données collectées via différents moyens (et il y en a beaucoup).

Voici quelques exemples des possibilités de ce programme :

Ne vous leurrez pas, ce dernier exemple est bel et bien réel, je vous laisse voir par vous même :

OPTIC NERVE (GCHQ)

En 2008, ce programme a collecté une photo toutes les 5 secondes provenant de chaque flux vidéos des chat Yahoo (soit environ 1.8 millions d’utilisateurs sur une période de 6 mois). Les documents indiquent qu’il y a un avertissement pour les opérateurs car l’on y trouve entre 8 et 12% de « nudité » (à prendre au sens large).

Pour information, en 2008 déjà, le GCHQ indiquait faire des tests pour de la reconnaissance faciale automatique, ainsi que pour la XBOX360. Nous sommes maintenant en 2014, parions que c’est aussi le cas pour Skype) ainsi que pour Snapchat. N’oubliez pas que la X BOX ONE a une caméra et un micro allumés 24/7, avec de la reconnaissance faciale/vocale par défaut).

Mais ce n’est pas tout, la NSA espionne aussi certains sites pornos.

Et oui ! Et il parait que c’est pour la lutte contre le terrorisme (comme le reste quoi…). Par exemple, pour pouvoir faire pression sur un intégriste musulman parce qu’il a été « vu » en train de regarder du porno.

Une cible ? Que peut-on faire ?

QUANTUM (à lire en écoutant Attack !)

Une fois identifiée, une « cible » devient potentiellement autre chose qu’une simple « cible d’écoutes ». Elle peut devenir une cible d’attaques personnalisées qui feront de ses outils informatiques de véritables passoires.

Pour rediriger une cible vers un serveur FOXACID, la NSA réalise un Man-in-the-Middle (ou Man-on-the-Side) sur une connexion vers des serveurs de sociétés US (Google (Gmail), Yahoo, Linkedin..) grâce à l’emplacement de noeuds (TAO nodes) à des endroits clés sur le réseau (comprendre : « sur les dorsales de certains FAI »). La NSA utilise donc ses noeuds pour permettre des redirections à la volée vers les serveurs FOXACID, qui lanceront eux-mêmes différents types d’attaques selon la cible et les besoins.

Il existe beaucoup de sous-programmes pour QUANTUM, chacun visant quelque chose en particulier, comme QUANTUMBOT pour IRC, QUANTUMINSERT (implantation de malware – utilisé dans le hack de Belgacom), QUANTUMCOOKIE (force les cookies dans le navigateur ciblé), QUANTUMSPIM (messagerie instantanée, comme MSN ou XMPP)…

HUNT SYSADMINS (à lire en écoutant « a bullet in your head« )

ATTENTION : pour faciliter la lecture, la partie technique a été "coupée", 
merci de suivre les liens pour approfondir ! C'est TRÈS intéressant !

Lalecture des posts sur un forum interne d’un opérateur de la NSA qui s’intitule « hunt sysadmins » est édifiante… Cet opérateur raconte que le meilleur moyen d’avoir accès à des informations est de « passer » par les administrateurs systèmes qui ont accès aux serveurs ou au routeurs (possibilité de mettre la main sur la topologie des réseaux, trouver des configurations, obtenir des accès, des emails…).

Il explique ainsi comment la NSA collecte PASSIVEMENT toutes les transmissions via le protocole telnet (programme DISCOROUTE). Oui, telnet le protocole développé en 1968 (dans la RFC 15, c’est dire que c’est vieux !), absolument non sécurisé (aucun chiffrement), et qui est apparemment encore pas mal utilisé pour administrer des routeurs à distance.

Dude! Map all the networks!!!
    (l'opérateur de la NSA en question)

Il explique alors comment identifier un administrateur système, trouver son webmail et/ou son compte Facebook (oui, oui) et de là, utiliser la famille QUANTUM pour réaliser une attaque et avoir un accès à sa machine ET/OU au(x) routeur(s).

Et là, comme tout le monde, tu te dis « Moi j’utilise SSH \o/ »

Sauf qu’il explique AUSSI comment identifier une personne ayant accès à un serveur en SSH.

En clair : on peut deviner qui a vraiment accès à un serveur selon la taille des paquets qui passent et le temps de connexion.

Une fois la source (via l’IP) identifiée, vous pouvez voir (par exemple avec XKEYSCORE) les connexions à des webmails, Facebook (ou n’importe quoi qui peut l’identifier), et là, PAN ! Tu peux le QUANTUM-ifier \o/

Et il termine gentiment sur le pourquoi et comment prendre la main sur un routeur (fort instructif aussi).

ATTENTION : encore une fois, TOUT le document est disponible en ligne, et sa  lecture est obligatoire si vous êtes sysadmins.

INTERDICTION

C’est tout simplement la possibilité pour la NSA d’intercepter un colis (comme l’ordinateur que vous venez de commander en ligne), d’installer ce qu’ils veulent dessus (comme un firmware persistant dans le BIOS, un composant permettant à un appareil de la famille d’ANGRYNEIGHBOR (qui porte toujours aussi bien son nom) de fonctionner…).

Il suffit de jeter un coup d’oeil au catalogue pour avoir une idée de ce qu’ils peuvent faire.

Et pour finir…

« le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. » (Albert Einstein)

Après ce tour d’horizon rapide (il y a plus de 400 programmes sur nsa-observer.net), tout le monde aura compris que cette voie est dangereuse. Il est impossible de prévoir qui décidera de son utilisation demain, ni même aujourd’hui.

Nous ne pouvons pas faire confiance aux gouvernements et encore moins aux entreprises pour assurer notre sécurité et notre vie privée.

Nous pouvons, par contre, nous appuyer sur la société civile (comme l’EFF (eff.org) ou La Quadrature du Net, les lanceurs d’alerte (comme Chelsea Manning ou Edward Snowden) et sur des outils qui ne nous trahiront pas, comme les logiciels libres.

La cryptographie fonctionne ! Et c’est une des nouvelles importantes de ces révélations. Il existe des tutoriaux partout sur le net pour se mettre à chiffrer ses communications. C’est le cas d’OTR pour Jabber (messagerie instantanée), SSL/TLS pour à peu près tout (mails, chat,…), GPG (qui demande un niveau technique un peu supérieur), Tor…  Il est également recommandé de venir à des cryptoparty / café vie privée pour apprendre à s’en servir.

Pour autant une confiance aveugle dans ces outils, surtout pris séparément, n’est pas recommandée. A chaque parade développée par la communauté des internautes, les services de renseignement comme la NSA ou les sociétés privées spécialisées dans la surveillance de masse, développent des contre-parades en quasi temps réel. C’est sans doute à celui qui sera le plus inventif. Gageons que l’intelligence collective du réseau gagnera à la fin…

Situation politique estivale : sous les lobbies, la plage ? #HATVP

dimanche 27 juillet 2014 à 20:33

La HATVP (Haute Autorité pour la transparence de la vie publique) vient de publier les déclarations d’intérêts des  925 parlementaires français, tandis que Manuel Valls interdit des manifestations pro-palestiniennes, soutenu par un François Hollande pro-Netanyahu, qui du côté économique, continue d’ânonner sur « l’inversion de la courbe ». Qu’est-il vraiment en train de passer ? Petit billet coup de gueule en forme de mise au point estivale sur l’orientation politique du gouvernement du « changement maintenant », de la « justice sociale » et…des arrangements opaques.

barbec

Que veulent-ils, que font-ils, qu’espèrent-ils, où vont-ils, nos « gouvernants » en cet été 2014 ? L’opération transparence » forcée par le scandale Cahuzac de 2013 a été menée en plein été 2014, et ce n’est pas pour rien : à l’heure des apéros-barbeuque et de la pétanque, le bon peuple a autre chose faire que de  s’énerver sur l’enrichissement personnel de ses élites. Ce qui est bien pratique.

Traduction autour des saucisses-merguez : « On est pas ici pour se faire c… avec leurs histoires, déjà qu’ils nous emm… toute l’année, alors, là, on en profite, m… quoi ! »

Comme on les comprend. Et puis, de toute manière, que faire ?

Que faire des salaires, dividendes mirobolants de Philippe Briand (parlementaire UMP, ex trésorier de campagne de Sarkozy) actionnaire de 37 entreprises dont une participation de 120 millions d’euros dans une holding ? Des millions de Copé dans un cabinet d’avocats d’affaires alors qu’il était dans le même temps député et maire pour 75 000€ par an ? De Guérini, Sénateur PS, Président du Conseil général des Bouches du Rhône  mais qui siège au conseil de surveillance de la Compagnie nationale du Rhône (CNR) et y touche des jetons de présence pour plus de 24 000€ par an, préside le service départemental d’incendie et des secours pour 15 700€ annuels, tout en étant actionnaire de la Socoma ? 

jean-noel-guerini-

L’opération HATVP (très bien documentée par Mediapart) pourrait démontrer à l’opinion publique l’inverse de ce qui est recherché. Pourrait-elle démontrer que ceux qui dirigent le pays ne sont pas au service du bien commun, mais au service de leurs propres intérêts ? Et par conséquence, au service de groupes d’intérêts privés, de lobbies ? La population pourrait-elle commencer à penser que chacune des décisions des élites politiques est prise en fonction des volontés de groupes d’intérêts privés qui menacent, promettent, achètent ? Comment expliquer le cadeau de 30 milliards de François Hollande, Président socialiste de gauche et du « changement maintenant », au Medef ? Ce cadeau qui ne peut rien amener en termes d’emplois, ce que chacun sait, des spécialistes les plus pointus à Martine, la coiffeuse de Nemours ?

Sous les lobbies, la plage

Le problème des lobbies et des politiques achetés par ceux-ci a déjà largement été traité sur Reflets. On sait ce qu’ont fait les Tony Blair,  Gerhard Schröder, Nicolas Sarkozy, à peine sortis de leurs mandats, et quelles rémunérations les groupes privés leur fournissent. La grande question actuelle, avec l’accélération de l’écroulement social, économique, d’un pays comme la France, et qui devient brûlante, est la suivante : comment les hommes et femmes au pouvoir vont-ils pouvoir continuer à cacher leur compromission avec les lobbies tout en menant une politique qui relèverait, ou tout du moins, soulagerait le pays ?

Les maigres convictions de ces politiques de tous bords sont devenues tellement minces face à leur avidité difficilement camouflée, que chaque discours sonne plus creux que l’ancien. Les effets récessifs de leurs non-décisions accentuent le malaise social : les actionnaires des grands entreprises cotées en Bourse s’enrichissent un peu plus quand le nombre de personnes en dessous du seuil de pauvreté augmente, le livret A est à son plus bas historique, mais les banques n’ont aucune réglementation contraignante de plus qu’en 2009, au plus fort de la crise financière… Etrange, non ?

lobbyiste

« Sous les lobbies la plage » pourrait-être le nouveau slogan de notre époque. L’équipe de François Hollande travaille pour eux, comme l’équipe Sarkozy le faisait, comme une équipe Front national le ferait s’il arrivait au pouvoir. La politique n’est plus entre les mains de ceux qui appellent à ce que « la population les élisent par les urnes ». La politique n’est pas dictée à Paris, ni à Bruxelles. Elle est dictée par des types en costard-cravate qui sirotent des cocktails au bord de piscines de luxe la moitié de l’année et font passer les messages de leurs patrons aux décideurs politiques le reste du temps.

Il reste une chose à faire, une fois les barbeuques éteints, et les domiciles retrouvés pour ceux qui ont eu les moyens de s’extraire de leur quotidien : se prendre en main, et ne plus rien attendre des élites.

Sinon qu’elles appliquent ce que leur soufflent les spin-doctors des multinationales.

Mieux vaut agir en toute liberté que continuer à prendre au sérieux les clowns de la République. Tant qu’ils nous laissent encore un peu de liberté. Parce que quand il n’en restera que très peu, de cette liberté inscrite au fronton des mairies…, ce sera eux… ou nous.

 

La compassion chrétienne façon Opus Dei

vendredi 25 juillet 2014 à 10:49

Cilice

« Avec l’aide de la grâce, le chrétien découvre chez l’autre un enfant de Dieu, un frère de Jésus-Christ », prêche l’Opus Dei sur son site. La compassion, l’amour de l’autre, tout un programme que l’Opus Dei a mis en application de manière très personnelle avec le webmaster d’un site de prévention contre les dérives sectaires et les effets des sectes. En 1999, Prevensectes.com rend compte d’un rapport d’une commission parlementaire belge sur les sectes. Son site pointe vers le rapport qui indique que l’Opus Dei est considéré comme une secte. Mais ce n’est que onze ans plus tard que l’organisation, au détour d’une recherche via Google, découvre la page web. Ni une ni deux, un courrier est envoyé à Xavier Martin Dupont, webmaster : retirez tout de suite ce texte !

Le webmaster s ‘appuie sur le délai de prescription qui est de trois mois et refuse tout net. D’autant que ce rapport est cité par de nombreux autres sites. Les dérives de l’Opus sont connues de tous et de nombreux articles de presse en rendent compte.

Faisant preuve d’une véritable charité chrétienne, l’organisation porte plainte. Mais dura lex, sed lex, le Tribunal de grande instance de Paris déboute totalement l’Opus Dei. La prescription est bien de trois mois, il n’y a pas de loi divine qui permette à l’Opus de déroger à la règle.

L’affaire aurait pu s’arrêter là.

Mais l’Opus Dei interjette appel. S’attachant sans doute toujours à mettre en ce qu’il prêche sur son site : « La vraie charité se distingue de la sociabilité naturelle et va bien au-delà des liens nés du sang ou de la camaraderie entre amis dans le temps libre ou les loisirs ; elle se distingue aussi de la compassion que nous pouvons éprouver devant la solitude ou la misère d’autrui. » Car l’Opus Dei et son avocat, Maître François Meyer, ne l’ignorent plus à ce stade : Xavier Martin Dupont est atteint d’un cancer et subit des chimiothérapies particulièrement éprouvantes. Un petit procès de plus pour la compassion…

La Justice, même si elle lui donne raison jusque là pense également très fort à Xavier Martin Dupont qui se voit refuser l’aide juridictionnelle alors qu’il est sans ressources. Que du bonheur…

Il est encore temps pour l’Opus Dei de méditer les bonnes paroles de l’un des apôtres : « Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est Amour. »

Likes(47)Dislikes(11)