PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Ceci est une négligence caractéristique…

mercredi 18 juin 2014 à 12:11

fail

Souvenez vous, nous étions en 2011, Franck Riester préparait les législatives de 2012. Comme l’immense majorité des politiques, Franck Riester achète son pain chez le boucher, et fait faire son site web par une agence de communication dont on parle étrangement beaucoup aujourd’hui et que nous avions déjà repéré en 2011 : Idéepole du groupe Bygmalion.

Nous relevions à cette époque une petite négligence caractérisée sur le site du rapport es-HADOPI, une loi très populaire comme il aimait à le dire sur le perchoir de l’Assemblée.

Le site web était réalisé sur la base du système de gestion de contenu Contao, tout comme le site de Jean-François Copé à 500 000 euros, et pissait des emails à foison.

Aujourd’hui, si le site web est toujours en ligne, il n’est dans les mentions légales plus fait état de l’entreprise en charge de sa réalisation. Mais un autre détail est venu chatouiller notre curiosité.

Petit mode d’emploi pour tuer toute la planète… (et sans Google !)

Capture d’écran 2014-06-18 à 11.24.12

Sur cette page, on trouve un email de contact « franckriester@riester2012.fr ». Quand on se rend sur le domaine http://riester2012.fr, on se rend compte qu’il n’y a plus de site web… comme on s’y attendait. On vérifie donc que le domaine, sur lequel est hébergé le mail de contact du site officiel du député est toujours déposé… et là… surpriiiiise ! (ou pas).

Capture d’écran 2014-06-18 à 11.14.52Traduction : le domaine est libre, il n’est plus déposé.

Vérification :

Capture d’écran 2014-06-18 à 11.16.38

Le domaine est libre, n’importe qui peut l’acheter, se l’approprier…. Oui mais après ?

Après c’est l’histoire d’une compromission majeure classique par récupération de nom de domaine. Il suffit de recréer une adresse franckriester@riester2012.fr avec le nom de domaine pas tout neuf mais tout disponible indiqué sur le site officiel de Franck Riester, pour à loisir :

Bref… c’est avec une certaine lassitude que l’on répétera une fois de plus dans ces pages : on ne fait pas faire un site web par une agence de comm’ car les clés finissent toujours sur le paillasson.

NB : l’usurpation d’identité est un délit puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende (CP Article 226-4-1)

Likes(39)Dislikes(1)

Ma vie moderne

mardi 17 juin 2014 à 18:47

inside-matrix

Ce matin, je sens que la journée va être très bonne : mes Google actions ont bondi dès la première heure, dixit l’écran Google news qui vient de me réveiller et me l’annonce à haute voix. J’adore cet écran : immense, enchâssé dans le mur, avec son design en aluminium brossé : l’holo 3D te donne l’impression d’être immergé dans l’image.

Tiens, j’entends le café qui coule, mes bio-capteurs de mouvements ont dû prévenir la machine à expresso. Il semble que le temps soit radieux, grand soleil sur tout le pays, 25°, c’est ce qu’affiche la météo google dans le coin droit de l’écran. J’ai accès depuis peu à des nouvelles apps avec l’hyper haut débit offert par le ballon Google stationné au dessus de chez moi, et ça a totalement changé ma vie : les films en holo-3D-HD7-V3 sont incomparables. Mais vu les débits qu’il faut pour en profiter, mieux vaut un accès par ballon Google. Je ne paye presque rien, en plus. Le deal avec Google est très intéressant puisqu’il suffit de leur donner toutes les données connectées de la maison en échange d’un accès. Mes données biologiques aussi, mais c’est normal, mes implants sont tous issus des Google-Labs.

Tiens, en y pensant, je vais aller voir ce que prédit Singularité. C’est l’IA Google qui est enfin née il y a 3 ans. On estime ses capacités cognitives 1000 fois supérieure à n’importe quel humain. Elle apprend en permanence et ses connaissances représentent plusieurs milliers d’années d’histoire humaine de plusieurs millions d’êtres humains. Elle est désormais en mesure de prévoir les événements planétaires à plusieurs jours. Parfois plusieurs semaines, et Google affirme que d’ici quelques mois elle sera en mesure d’être à 100% de fiabilité précognitive sur plus d’un an. Il y aura 10 000 morts violentes aujourd’hui selon elle, et l’économie restera stable. Singularité a amené beaucoup de choses, particulièrement dans le domaine médical. J’ai acheté les implants et suivi le programme « immortalité » depuis qu’il est sorti. C’est assez cher, mais j’ai les moyens, et je ne me vois pas vieillir et mourir comme tous ces pauvres gens qu’on voit encore marcher dans les rues ou sur le bord des routes. Je n’ai que 35 ans, et je compte bien vivre jusqu’à  200 ans. Peut-être plus, ou ne pas mourir, allons savoir ?

Ah, ça y’est la sonnerie du café m’indique que tout est prêt. L’écran des informations continues de la douche montre des joueurs de foot : il semble que notre équipe soit en mesure d’atteindre les demi-finales du mondial. 450 morts par attentats dans un pays du moyen-orient, je ne connais pas son nom et l’oublie juste après que le présentateur vedette Google IA passe à un autre sujet. Il y a encore des grèves dans des usines en Asie et en Afrique : l’ONU a décidé d’envoyer des troupes pour soutenir les gouvernements qui commencent à être dépassés par les ouvriers. Je compatis avec ces gens qui souffrent à l’autre bout du monde. Je ne peux rien pour eux, mais malgré tout je comprends, et je vote toujours à gauche, parce que je suis contre les inégalités sociales. La finance exagère toujours, c’est vrai. Mais comment faire sans ? Bon, il me reste 12 minutes avant de partir d’après mes Google-Glass que je viens de chausser en sortant de la douche. Je m’imprime deux croissants, une tartine de confiture, récupère la tasse de café encore fumante, engouffre le tout et déclenche ma Google-Car. J’adore cette voiture. Elle se place devant le pas de ma porte, et quand je sors de chez moi, la portière de gauche s’ouvre silencieusement. Les caméras de la maison sont connectées au réseau Google surveillance, mais j’inspecte quand même les alentours, on ne sait jamais. Rien en vue. Je m’engouffre dans l’automobile qui démarre silencieusement. Il fait vraiment beau. Une magnifique journée.

J’ai en horreur les derniers kilomètres jusqu’à mon entreprise. Il faut traverser un quartier déshérité. C’est très dur de voir ces gens condamnés à termes, obligés de marcher, subir les affres du temps, se transmettre des maladies. Je compatis. Mais ils pourraient aussi faire quelque chose, chercher à mieux gagner leur vie, prendre un peu sur eux pour tenter au moins de bénéficier de la Singularité et des tous les bienfaits technologiques qui en découlent. C’est difficile, pour moi et des millions d’autres cadres d’entreprises, de faire ce constat d’échec social. Mais c’est la faute des gouvernements successifs qui n’ont pas su gérer les changements en cours, faire profiter du « grand basculement » au plus grand nombre. Ces politiques sont vraiment incompétents, corrompus et sans vision d’avenir.

Ca y’est, j’arrive dans le quartier des entreprises, le portail de contrôle s’ouvre en détectant ma Google-car et mon empreinte ADN, puis se referme très rapidement une fois la voiture passée : des petites malins essayent de pénétrer parfois en suivant les véhicules. Le dernier qui a essayé s’est fait couper en deux. C’est même passé aux info. C’est triste, mais ça devrait dissuader les autres. J’arrive devant Utratech Corp et me met à courir : mes Google-glass émettent le bip le retard que je déteste entendre : 10 secondes. Bon, ça va aller, en accélérant, j’arriverai à l’heure. Je suis devant la porte au moment où le bip se met à devenir plus strident. La porte coulissante s’ouvre en chuintant. Les 10 têtes des androïdes Google se tournent dans un même mouvement vers moi : ils savent tous que j’ai 2 secondes de retard. Je salue l’assemblée et m’installe : connexion.

Ce soir je commanderai une cyber-prostituée à l’effigie de Klonza 7, la dernière chanteuse en vogue et imprimerai des pizzas. Les nouveaux modèles de prostituées sont vraiment performants. Je suis vraiment chanceux. J’adore ma vie moderne. Vraiment.

Likes(94)Dislikes(5)

Vous étiez 16 millions à voter devant l’écran

lundi 16 juin 2014 à 21:36

A la lecture des commentaires négatifs de l’article de Kitetoa sur la Coupe du monde au Brésil, un sentiment étrange advient. Certains vont penser qu’il ne reflète pas celui du plus grand monde, mais quand même…

hypnose

Les lecteurs de Reflets ont tendance à ne pas adhérer avec les grandes tendances de l’époque, à ne pas s’en « laisser conter » comme on dit. Le lecteur de Reflets n’est pas un con moyen : c’est ce qu’on se dit, parce qu’on doit être un peu plus prétentieux que la moyenne ou naïf, tout dépend comment on regarde la chose. Bref, le lecteur qui ne veut pas qu’on lui en conte, est content qu’on lui dénonce des malversations du système en place. Sur la surveillance numérique, par exemple. Ca lui plaît : il fait partie des gens à qui on « ne la fait pas ». C’est bien. Reflets est un bon journal, avec des lecteurs avertis qui ont compris que le monde n’est pas celui décrit par TF1. Et d’un seul coup, une distorsion survient : plein de lecteurs viennent hurler leur amour de TF1. Qu’est-ce ? Mais qu’est-ce donc ?

Ils sont 16 millions : ça va être duraille

Pour faire court, parce que ce billet est un billet d’humeur, comme on dit, vous avez été 16 millions à voter pour Martin Bouygues l’autre soir (désolé, le rédacteur n’a pas retenu la date). Le dit Martin Bouygues s’en est félicité, aidé des 4 millions de tweets de la soirée, qui disons-le, soulignent bien la médiocrité des utilisateurs du web 2.0, tant vanté depuis une décennie. Parce qu’au final, ce que Kitetoa tentait d’exprimer, est une chose toute simple : vous votez pour une société à laquelle vous adhérez en regardant ce mondial de football. Pas parce que c’est du foot. Pas parce que c’est du sport. Mais parce que c’est un système totalement corrompu, celui-là même que vous contestez dans les urnes ou chaque jour de l’année dans vos commentaires ou vos discussions.

Ce système, celui de la FIFA, et du Mondial, est celui de la finance internationale, du néo-libéralisme débridé, de l’écrasement des plus faibles par une poignée de milliardaires à la solde d’une seule chose : le pouvoir sur les masses.

Il est donc possible de renvoyer les fringues fabriquées au Bengladesh à la tête de l’auteur, de relativiser absolument tout pour justifier cette énormité morbide qu’est la Coupe du monde, mais rien n’enlèvera la réalité crasse des 16 millions de téléspectateurs  pro-Bouygues de TF1 du premier match de l’équipe de France au Brésil. Et cette réalité est celle-ci : en finançant Bouygues et ses sponsors par votre adhésion téléspectatrice, vous faites bien plus pour conforter ce système en place qu’en allant voter ou manifester. En réalité, vous le validez.

Et au final : vous n’avez que ce vous méritez.

Donc se plaindre, ensuite, est nul et non avenu. Le mieux est de baisser la tête, surtout quand l’événement sera conclu et que vous aurez à subir une fois de plus les décisions de ceux qui maitrisent le destin des nations : les multinationales.

Vous étiez 16 millions.

Ils sont quelques centaines.

Dommage, quand même.

Likes(120)Dislikes(13)

Sautez bien de joie à chaque but du mondial, vous célébrez un mort ou un torturé

samedi 14 juin 2014 à 15:41

karinny

Abrutis. Franchement, il n’y pas d’autre mot. Abrutis par le pain et les jeux que leur délivrent le système afin de faire oublier la catastrophe économique ambiante. Abrutis comme la bêtise crasse provoquée par les flonflons, le matraquage médiatique. Les fanatiques de foot sont des abrutis. Ils se gavent de bière devant des écrans dans lesquels des types courent après une baballe. Ils hurlent. Grand bien leur fasse… s’ils ne venaient pas empiéter sur nos vies. Le fanatique de foot est souvent un peu bas du front et aime se battre. Le foot n’est alors qu’un prétexte pour tuer un autre fanatique de football ou, s’il n’y en a pas en face, un policier, un passant, peu importe. Pour éviter les « débordements », les contribuables, qu’ils aiment le foot ou pas, peu importe, sont conviés à participer financièrement au déploiement régulier de forces de l’ordre autour des stades. Vous nous direz, c’est un cas particulier qui est développé ici. Les « hooligans ». Il y a des papas qui emmènent leurs enfants au stade et qui ne sont pas du tout comme ça.

Oui. Et c’est à ces abrutis-là que nous voudrions parler aujourd’hui.

A chaque but marqué, à chaque action qui vous fera hurler, sauter de joie, prenez un instant pour regarder l’ensemble. Le contexte. Elargissez votre champ de vision. Pensez à tous les innocents qui sont arrêtés, torturés pour votre bon plaisir. C’est le cas de Karinny de Magalhães, reporter pour média NINJA, membre du collectif de journalistes indépendants dont on vous a parlé dans cet article de Reflets. Et tant que vous en êtes à relire des articles, relisez celui-ci de Kitetoa.com, ou encore celui-là.

Et oui, en ce moment même, au Brésil, on arrête, on tue, on torture des gens pour que les media de masse puissent servir leur grand-messe tranquillement.

Mais rassurez-vous, le cortège de morts a déjà commencé pour la prochaine coupe du monde. On ne chôme pas dans ce domaine. Oui, pour la coupe du monde au Qatar, on vide le Népal qui se meurt. Les Népalais et surtout les Népalaises souffrent de ce recrutement de semi-esclaves pour construire les stades qui accueilleront des millionnaires qui vont courir derrière une baballe. Et les Népalais semi-esclaves au Qatar se meurent aussi. Dans l’indifférence générale.

Allez, célébrez ce merveilleux moment qu’est la coupe du monde de football. De toutes manières, vous ne pouvez rien faire à votre petit niveau pour lutter contre tout ça, n’est-ce pas ?

Oh wait…

Likes(232)Dislikes(153)

Hackfest Tails les 5 et 6 juillet 2014

vendredi 13 juin 2014 à 10:22

tailsTails est une distribution Linux libre et open source orientée protection de la vie privée. C’est un système d’exploitation parfaitement autonome qui peut tourner sans avoir besoin d’être installé, depuis un cd, une carte SD ou une clé USB.  Tails regroupe une collection d’outils permettant à toute personne soucieuse de préserver ses données personnelles, de protéger son identité sur Internet, ou de contourner des dispositifs d’interception et de censure.

Un projet comme Tails devrait être un outil indispensable pour des journalistes soucieux de protéger leurs source, pour les personnes amenées à se déplacer dans des zones à risque, pour des professionnels manipulant des données sensibles, pour Paul Bismuth et son avocat… tout le monde un jour peut avoir besoin de Tails.

Très accessible au commun des mortels, Tails est aujourd’hui devenu un outil incontournable et vous invite à son Hackfest que nous relayons ici avec grand plaisir. C’est ouvert à tous et que vous soyez développeur, graphiste, simple curieux, vous aurez certainement des compétences et des idées à mettre au service de la cette communauté qui devrait être déclarée d’intérêt public :

Visiter le site de Tails

  _________    ______   _____
 /_  __/   |  /  _/ /  / ___/
  / / / /| |  / // /   \__ \ 
 / / / ___ |_/ // /______/ / 
/_/ /_/  |_/___/_____/____/  

Joignez-vous à nous pour la HackFest 2014 de Tails !
5 et 6 juillet 2014 -- Paris, France

Description et objectifs
========================

Rejoignez-nous pour rendre accessibles à quiconque l'anonymat en ligne
et la confidentialité dans le monde numérique. Que votre spécialité
soit la documentation technique, le développement logiciel, le design,
l'administration système... ou si vous être tout simplement
intéressé : venez en apprendre plus sur les challenges auxquels Tails
fait face, et comment vous pouvez faire partie de la solution.

La HackFest Tails rassemblera quiconque s'intéresse à rendre Tails
plus utilisable et plus sûr. Cet événement ouvert sera un joyeux
mélange d'apprentissage, de dessin, de programmation, de partage et
de fête.

Logistique
==========

* Où : l'événement se déroulera à l'IRILL, Paris, France
  (https://www.irill.org/about/information-for-guests).

* Dates : samedi 5 juillet 2014 - dimanche 6 juillet 2014

* Horaires : 10h-22h

* Inscription: si vous voulez participer, envisagez s'il-vous-plaît de
  nous en informer. C'est optionnel, mais ça aide
  à organiser l'événement.

* Contact : <tails-hackfest-2014@boum.org>, #tails-hackfest sur
  irc.oftc.net

* Détails, agenda et mises à jour :

https://tails.boum.org/blueprint/HackFest_2014_Paris/

Qu'est-ce que Tails ?
=====================

Tails est un système d'exploitation live, qui peut être démarré, sur
quasiment n'importe quel ordinateur, depuis un DVD, une clé USB, ou
une carte SD. C'est un Logiciel Libre, basé sur Debian GNU/Linux.

Son but est de préserver la vie privée et l'anonymat. Il aide à :

 * utiliser Internet de manière anonyme et contourner la censure ;
   toutes les connexions sortantes vers Internet sont obligées de
   passer par le réseau Tor ;
 * ne pas laisser de traces sur l'ordinateur utilisé, sauf si
   l'utilisateur le demandez explicitement ;
 * utiliser des outils de cryptographie reconnus pour chiffrer
   fichiers, emails et messagerie instantanée.

Tails est fait pour être utilisable : chaque fonctionnalité, chaque
logiciel sont prêts à être utilisés, documentés en détail, et traduits
dans de nombreuses langues.

Tails coopère : tout ce que Tails produit est publié comme Logiciel
Libre, et partagé avec d'autres projets, autant que possible.

Des gens utilisent Tails pour écrire des livres et monter des films.
Des gens utilisent Tails pour discuter à l'abri des oreilles
indiscrètes, pour naviguer sur le web anonymement, et pour partager
des documents sensibles. De nombreuses personnes dépendent de Tails
pour effectuer leurs tâches quotidiennes, quand ce n'est pas, tout
bonnement, pour rester en vie.

Au plaisir de vous rencontrer les 5 et 6 juillet ! Sans nul doute,
vous trouverez une chouette façon de contribuer à Tails, quel que soit
votre spécialité !

Hôte et sponsors
================

Nous remercions vivement Debian, l'IRILL, Mozilla et le projet Tor
pour leur soutien à cet événement !

Likes(27)Dislikes(0)