PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Ebook : « Notre étrangeté est libre » de Gabriella Coleman, traduit en français

jeudi 2 janvier 2014 à 15:10

notre-etrangete-est-libre

C’est la nouvelle année, les cadeaux se sont accumulés sous les sapins. Pour Reflets et ses lecteurs, le papa Noël s’appellent Elodie Chatelais (@ElodieChatelais) et Gabriella Coleman (@BiellaColeman). La première a traduit l’ebook de la seconde (Our Weirdness Is Free) et l’a fourni à Reflets pour que nous puissions le proposer au téléchargement.

C’est donc Noël, si vous faites un don à Reflets (indiquez que c’est l’eebook qui vous a décidé), vous pourrez télécharger l’ebook « Notre étrangeté est libre » de Gabriella Coleman, traduit par Elodie Chatelais et mis en forme par Myriam Lorant (@Arnegundis).

Vous pouvez aussi juste le télécharger, aucun chaton ne mourra.

telecharger

Le prix est comme notre étrangeté, il est libre.

gabriela-coleman

 

 

Orange sur le point d’intenter une action en justice contre on ne sait pas trop qui

mercredi 1 janvier 2014 à 16:09

cable-mapsReuters nous informe que l’opérateur historique serait sur le point d’intenter une action en justice suite aux révélations du Spiegel, qui dévoilait au grand public l’espionnage d’un câble dont nous vous avons maintes fois parlé sur Reflets. C’est assez amusant car il s’agit précisément de ce câble, qui longe la péninsule arabique et traverse toute la Méditerranée… c’est vous dire à quel point avons été surpris d’apprendre que nous n’étions pas les seuls à wiretaper ce câble, ça pour une surprise…

Le SEA-ME-WE 4 c’est un peu le câble dont rêvent tous les Tour Operators, le truc avec des destinations sympas où les USA n’ont pas assez d’infrastructures réseau pour pouvoir aspirer des données. Peu importe, la NSA s’est octroyée le droit d’aller directement taper dans les infrastructures des autres… le Patriot Act ils appellent ça.

Allez, à la prochaine publication du Spiegel, nous apprendrons qu’Orange a retiré sa plainte devant une demande appuyée de la DGSE qui a physiquement implanté le nécessaire pour que la NSA puisse Lustrer avec elle.

 

#Apple’s #DropoutJeep : continuez, tout va bien

mercredi 1 janvier 2014 à 14:36

iShitJe sais, cet article est vulgaire et il ne sert à rien…et pourtant ! Pourtant j’ai essayé de me motiver pour écrire un truc intelligent sur Dropout Jeep, le super mouchard de la NSA que tellement il est bien que même Apple nie l’avoir implémenté dans IOS. Mais en fait non… ça ne sert à rien. Je n’en ai rien à foutre, je n’arrive pas à m’intéresser à ce truc et encore moins aux victimes parfaitement consentantes ou aux effets dans le temps de ce renoncement généralisé.

Certes on pourrait épiloguer de longues heures sur la nullité de ces développeurs « onsavépa » d’Apple qui laissent des trous béants dans leur OS à l’insu de leur plein gré… mais ça non plus, ça ne sert à rien, si ce n’est avoir sur le dos les Apple Fan Boys venus vous expliquer que « IOS c’est OSX et que OSX, c’est FreeBSD » et que donc c’est ultra secure… mais voilà, même si le troll est fun sur le papier, je m’en cogne comme de l’an 40… je m’en lustre® la rondelle.

Mangez des pommes, continuez à donner vos empreintes vocales et vos empreintes digitales super sécure stockées dans un CPU tout tellement bien chiffré, que même vous, vous ne savez pas ce qu’il y a dedans, ce qui en rentre ou ce qui en sort.

Vous reprendrez bien un peu d’iSlide ?

iSLide

La preuve …

apple-nelson

 

Vieille branche ?

vendredi 27 décembre 2013 à 11:47

Capture d’écran 2013-12-27 à 10.10.02Pour le moment, impossible de dire s’il s’agit d’un effet de bord de la révision annoncée des processus de l’ANSSI en matière de délégation sur la signature des certificats x509 de l’administration, suite à la tempête dans un verre d’eau qui avait affecté un certificat détecté comme frauduleux par Google et impactant un réseau privé de l’administration française.

Toujours est-il qu’aujourd’hui, s’il vous prenait l’envie de vous inscrire sur les listes électorales en utilisant le service en ligne de l’administration, il vous faudrait accorder votre confiance à l’aveugle, et prendre le risque de vous faire usurper votre identité à un niveau relativement critique. Mon-service-public.fr est justement l’un de ces sites sur lesquels les utilisateurs doivent avoir une confiance ne souffrant d’aucune faille. Il semble que Chrome, le navigateur de Google, dans sa version courante (Version 31.0.1650.63), ne fasse pas franchement confiance à l’AC DILA Infra qui a signé ce certificat x509. Pour rappel la DILA est la Direction de l’information légale et administrative, qui a une délégation de l’AC JO Racine, dépendant elle même de l’IGC/A.

Capture d’écran 2013-12-27 à 11.13.22

Capture d’écran 2013-12-27 à 11.13.33

Le certificat rejeté par Google Chrome porte le fingerprint SHA-1 : 92 4B A0 59 C5 73 FD 22 1D 18 71 7A D5 90 AF 2D C5 3A 94 8E

Par contre, du côté de Firefox (v26.0), tout semble passer comme une lettre à la poste…

sp4

Et Firefox accepte bien le même certificat sans broncher…

sp4

La faute ne semble pas incomber à la DILA, elle semble plutôt être la victime d’une mise à jour un peu radicale des certificats dans Google ou d’une refonte des processus à la hache de l’ANSSI (un peu moins probable), qui aurait scié la mauvaise branche.

Alors ne tirez pas de conclusions rapides, il y a certainement une explication rationnelle, ce n’est pas forcément la NSA ou une autre officine qui cherche à vous espionner, mais c’est tout de même un désagrément relativement malencontreux.

… Bref, la confiance, c’est compliqué, c’est un peu le truc où l’état n’a pas franchement le droit à l’erreur.

sp2

sp3

 

 

Chronique d’une plongée dans l’abîme

mardi 24 décembre 2013 à 12:45

bdc-add

Oh, ça ne s’est pas fait en un jour. Mais on n’a pas été déçus du résultat… Historique d’une plongée dans l’abîme de la connerie…

Acte 1

Bon, reprenons… L’Agence a perdu 70 % de ses effectifs et tous n’ont pas été virés, loin de là. Les clients principaux envisagent de réduire la voilure. La crise économique semble installée pour durer. Et que nous propose ce matin le Directeur de la Création ? De redécorer les locaux de la Création : “Il faut mettre un grand coup de blanc, rendre l’endroit plus fun, mettre des touches de couleur, de belles lampes parce que les néons, ça file mauvaise mine et ça, c’est pas bon pour le moral”

J’avoue que cette histoire m’intrigue. Probablement mon mauvais esprit, mais j’ai toujours considéré que pour bosser, un bureau, un ordinateur et une chaise, c’était largement suffisant.

Mais bon, visiblement, les locaux ne sont pas au goût du Directeur de la Création. Il lui faut peut-être marquer son territoire de manière immédiatement visible. Avant de faire grimper les chiffres (signer de nouveaux clients ne veut pas forcément dire faire plus de bénéfices, c’est assez bien expliqué dans Gérer une boite de com’ pour les nuls).

Ou alors, c’est simplement que dans la Com’ il faut des bureaux clinquants…

Attention ami lecteur, ne te méprends pas, je ne veux pas dire que les bureaux de la Créa étaient lépreux. Loin de là. Je veux dire que le Directeur de la Création ne les trouve peut-être pas assez “fun”. Dans la Com’, ce que l’on encense un jour est honni le lendemain et ainsi de suite avec de grandes probabilités pour que des boucles soient crées et qu’un Directeur de la Création – au hasard – démonte quelque chose qu’il avait porté aux nues avant de trouver ça fabuleux à nouveau. Pour un temps (faut pas pousser, hein).

Bref, les locaux sont aujourd’hui pourris et il faut “un grand coup de blanc”.

Acte 2

Et voilà, ce qui avait été évoqué se concrétise. On est tous dispatchés ici ou là dans l’Agence. La Créa’ se vide pour laisser la place aux peintres. Adieu décor branchouille, bienvenue peinture blanche. Il paraît qu’il y en a pour dix jours… Wait and see.

Acte 3

Tiens, c’est rigolo, le Directeur de la Création avait parlé d’un grand coup de blanc et les murs sont en train de devenir jaune. Une sorte de jaune délavé assez étrange. Une seule certitude, pas un seul membre de la Création ne le trouve beau. Je dis ça, parce que si j’avais donné mon seul avis, tu aurais pu, ami lecteur, me rétorquer que les goûts et les couleurs, toussa, toussa…

Là, c’est un avis partagé.

Acte 4

Les rumeurs vont bon train. Pourquoi ce jaune délavé, qu’est-ce qu’on nous prépare ?

Il parait que quelques créatifs vont plancher sur une fresque.

On en saura probablement plus sous peu, il y a une réunion prévue…

Acte 5

Ce matin, petite réunion de la Création. En mode d’introduction, le Directeur de la Créa’ nous a lancé : « vous vous demandez peut-être pourquoi on a repeint en jaune. Je vais vous expliquer tout ça ».

On a pas été déçus…

« On ne remporte pas de budgets, mais si ça peut aider, tant mieux. On est la première « créa » de paris à être feng shui, il va falloir communiquer là-dessus. Et si en plus ça met de l’harmonie entre nous… ». C’est entre autres joyeusetés le discours qu’à tenu notre nouveau Executive Creative Director. A force de vomir sur tout le monde il faut bien trouver un moyen de « mettre de l’harmonie entre nous… ». Et pour ça, vu là où il nous a amenés, il faudra bien un véritable marabout…

Le réaménagement de la Créa’ était donc Feng Shui. Surpriiiiiiiiiiise…

En quelques jours les « créatifs » de l’agence on vu leur plateau repeint en jaune, les tables être « réorientées » et les équipes habituées à travailler ensemble éclatées aux quatre coins de l’étage. Car, il faut le savoir, on est, selon sa date et heure de naissance de l’Ouest ou de l’Est, et il existe pour chacun « des secteurs favorables ou défavorables » dans le local. Chacun doit donc être placé en fonction. Adieu donc l’optimisation géographique habituelle des équipes en fonction de leurs budgets. De toutes façons, puisqu’on en rentre plus, dit-il…

Pas de budgets qui rentrent, mais des budgets qui sortent puisque cette métamorphose -forcément approuvée par le nouveau DG- a été opérée par une spécialiste de cette « discipline » et qui opère, dit-elle, « une synthèse de l’école de la Boussole et de l’école de la Forme, les deux approches les plus classiques du Feng Shui ». Une méthode « scientifiquement prouvée », selon le Directeur de la Création. Ceci dit, à un membre de ses troupes qui demandait combien avait coûté la blague, l’Executive Creative Director a répondu avec classe « pas whatmille » (traduire : pas cher) « et en plus c’est pris en charge par l’Afdas », l’organisme de gestion de la formation professionnelle des métiers de la pub. Ceci dit, répondant à une autre question de ses nouveaux harmonisés, le Directeur de la Créa’ confirme que la spécialiste en feng shui ne remboursera pas sa prestation si l’harmonie ne survient pas. Le contraire eut été étonnant.

Il faut dire que l’experte, Christine Miège a travaillé dur. Son rapport est très personnalisé : « Toutes les solutions préconisées ici sont adaptées spécifiquement à votre habitation et ne sauraient convenir à un autre espace ». Manque de bol, les copier/coller pour cette reprise d’une étude antérieure n’ont pas été fait parfaitement. Le plateau de l’agence devient ici une « habitation », plus loin un « appartement », puis devient une « boutique », pour enfin devenir une « galerie ». Le Directeur de la Création s’appelle quant à lui tour à tour Gérard D. ou Nadine R. Christine Miège invite par ailleurs les salariés de l’agence à « dormir la tête tournée vers » certaines orientations. Pratique pour déculpabiliser les adeptes du roupillon post-déjeuner.

Ces menues coquilles n’enlèvent toutefois rien au projet qui permettra, on en doute pas une seconde, de « mettre en cohérence » le « bâtiment » et « l’énergie du responsable ». Pour ce faire, Christine Miège a mené une « étude géobiologique » de l’immeuble où se trouve l’agence. Ses « qualités énergétiques » ont également été étudiées. On ne sait jamais… Le tout pour atteindre « l’équilibre des différents types d’énergies (Qi) qui existent dans un lieu et [...] les faire circuler harmonieusement ».

Résultat de ces études « scientifiques » ? « La forme en triangle du plan est une forme assez déstabilisante (trop d’énergies Feu); elle engendre des «manques» et des extensions. : ici, le local présente un excès de Bois, un excès de Métal, un manque de Terre, de Feu et d’Eau. Cet aspect «Feu peut-être réduit en «effaçant symboliquement les portes des deux bureaux des extrémités ». » Attention tout de même : « Les escaliers dans le secteur 9 déstabilisent votre notoriété et l’ensemble est trop chargé en Métal ».

Pour contrer ces effets négatifs, une liste de recommandations parfaitement farfelues a été dressée. Repeindre en jaune pâle, ajouter « une symbolique d’eau calme dans le secteur 4 », du bleu là-bas, du vert ici, « 3 pierres au sol à l’endroit indiqué par la croix sur le plan » (pourvu que le personnel d’entretien ne mette pas les cailloux à la poubelle), « une illustration d’arbre ou de plante grimpante qui va du sol au plafond (ou des bandes vertes verticales ) » dans un des deux seuls bureaux fermés des deux responsables (le reste devant obligatoirement être un open space pour libérer le énergies). Ne pas oublier de mettre « un bol de cristaux dans le secteur 8 ». Mais surtout, c’est essentiel : écrire « le nom CREA en lettres rouges dans le secteur 8, sur le mur ».

Quant aux salariés, il devront apporter, leur a précisé leur chef, « une symbolique positive » d’eux. Un objet par exemple.

Quant au service informatique de l’Agence il se lamente, laissant ainsi échapper ses ondes négatives : « on a passé un temps faramineux avec le Directeur de la Création et sa boussole pour orienter chaque poste de travail. Maintenant, tout le monde a soit le soleil en direct sur son écran, soit du passage dans le dos ».

Pas très feng shui comme remarque.

Je ne sais pas pourquoi, mais je sens que cette histoire de Feng-Shui va encore générer de nombreux moments de poilade. Ceci dit, je commence à me demander s’il est très bon pour mon équilibre mental de travailler dans ces conditions…

Acte 6

Je croyais que l’on avait touché le fond dans cette réunion avec le Directeur de la Création. Il avait l’air si content de pouvoir mettre de l’harmonie entre nous avec sa fenshuisation de l’espace dans lequel on travaille… Et il avait l’air de tellement y croire… Le plus pathétique était peut-être le fait qu’il ait l’impression de nous faire une sorte  de cadeau. Sur le compte de notre budget formation. Mais passons. Bref… J’errais sur le plateau en contemplant l’endroit désormais ouvert à une circulation fabuleuse d’ondes positives quand  on m’annonça une prochaine réunion avec la dame qui avait oeuvré. Elle allait “répondre à toutes nos questions”.

Dans un mail, le DC nous explique que tout ça est scientifiquement prouvé et ajoute en pièce-jointe, comme pour tenter de le démontrer, les documents de l’étude réalisée par son experte en Feng-Shui.

C’est un vrai plongeon dans un abîme de perplexitude et d’effarement qui nous attend. Le document est un ramassis de copier/coller d’anciennes “études” et ressemble étrangement à un discours de charlatan de première bourre.

Intrigué, je me rends sur le site de notre experte es Feng-Shui.

Pour que nous puissions comprendre par nous-mêmes, l’experte dresse un plan “fictif” d’une entreprise. A nous d’analyser ce qui ne va pas. Et là… on peut mesurer la profondeur ineffable de l’abîme sus-cité.

Je cite :

“Les zones Argent. Remarquez au rez-de-chaussée les toilettes et le le lavabo : l’argent, symboliquement, s’enfuit par les canalisations d’autant plus que la porte est généralement entr’ouverte. Au 1er étage, cette zone est vide et en désordre. Seuls signes d’abondance : des chaises vides et des dossiers posés en vrac… Ces maladresses d’aménagement sont renforcées par le “manque” en Carrière qu’il faudra compenser en dynamisant cette zone.”

Et voila… Maintenant vous avez compris pourquoi vous avez du mal à finir vos mois. Non, non, rien à voir avec la crise financière mondiale. Non. Simplement, la porte des toilettes était ouverte. Transmis au président de la République. Plus besoin de “refonder” le capitalisme ou de lutter contre la finance sans visage. Suffit de fermer la porte des toilettes. Vivement la réunion avec la dame, que l’on puisse bénéficier d’autres bons conseils de ce genre, à bon compte.

Acte 7

Ouf, nous voilà rassurés. Après cette réunion avec l’experte qui a redistribué les troupes à grands coups de boussoles et d’études énergétiques des gens, on sait désormais que tout cela est très sérieux.

Vous pensiez, vous qui n’avez pas le “team spirit”, que le Feng-Shui n’avait pas grand chose à envier au culte Vaudou ?

Et bien non. Foi d’experte : « Il y a des forces, des énergies. Le Feng-Shui, ce n’est pas quelque chose d’ésotérique, c’est un travail sur les énergies. Tout est énergie. Il y en a des positives et des négatives. Il y a par exemple des commerce où personne ne rentre jamais. Je suis sûre qu’il y a des endroits où vous êtes entré et où vous vous êtes senti bien ou mal. Moins l’endroit est équilibré, plus on a besoin de faire des efforts d’adaptation. Depuis l’aube de l’humanité, les hommes s’adaptent. Autant adapter l’endroit ».

Qu’on se le dise, donc, les forces, les énergies qui circulent dans toutes les pièces de la planète, celles que vous avez tous forcément ressenties, n’ont rien d’ésotérique. Passons sur le fait que la dame ne savait très bien ce que voulait dire “ésotérique”. Ces forces existent, c’est son postulat. Dès lors, il faut les “traiter”.

Rien à voir non plus avec les signes astraux, c’est une “science millénaire asiatique et donc, que l’on ne peut pas comprendre”, selon les termes mêmes de notre Directeur de la Création. On s’était bien demandé il y a un mois pourquoi dans un mail toujours aussi comminatoire, notre DC nous avait demandé notre date, heure et lieu de naissance. Maintenant on sait : « On fait un bilan énergétique et on sait tout de vous! » nous a expliqué l’experte. Mince ! Moi qui tenais à ma vie privée…

« Le feng shui, c’est l’accuponcture des locaux », nous a-t-elle asséné lorsque nous commencions à l’interroger sur sa “science millénaire”…

Il y a bien eu un ou deux pisse-froids pour estimer que tout cela était tout même un peu sujet à caution.

« Vous êtes des créatifs, vous avez donc du bon sens ? », a commencé à répondre l’experte, avant d’être coupée par cette réplique mémorable : « oui. Et justement, mon bon sens me dit que vous êtes en train de nous raconter des conneries ». Sans se démonter, la dame a déroulé son explication sur les lieux dans lesquels on se sent bien ou mal. Le bon sens ne peut **que** nous amener à conclure que c’est en raison des ondes qui circulent. Le chi… La preuve ? « on travaille avec des hôpitaux et ça renforce le poids des traitements. Si les médecins acceptent de travailler sur le renforcement des traitements, c’est que ça marche ».

C’est intéressant. Je suis d’ailleurs persuadé, et mon ami “no team spirit” également, que la Sécurité Sociale ou l’AP adoreraient savoir combien a été dépensé dans ces hôpitaux pour domestiquer le chi.

Une question me turlupinait. Avec quel outil mesure-t-elle l’énergie dans les locaux?

« Principalement avec le bon sens. Il y a des énergies qui donnent mal au dos. Par exemple quelqu’un qui a mal au dos et qui se rend compte qu’il a des étagères derrière lui toute la journée. La tranche des planches est dirigée vers le dos et ça joue ».

Me voilà renseigné.

Restait à savoir quel était le délai pour ressentir les effets bénéfique de la feng-shuisation des locaux :

« quand on est dans un courant d’énergie, c’est immédiat. En règle générale il faut 3 jours à 3 semaines pour ressentir les effets » des modifications du local.

Et pour le retour du chiffre d’affaires promis ?

« C’est parfois très rapide. Parfois moins ».

Comme ça, c’est clair.

Même si le DC m’avait bien dit que je ne pouvais pas comprendre puisque c’était asiatique, je n’ai pas pu m’empêcher de demander si le Feng-Shui avait quelque chose à voir avec le Yi King. Réponse après une courte hésitation : « non ».

J’étais peut-être le seul a avoir compris la portée de ma question, mais en tout cas, avec cette réponse, j’étais définitivement fixé sur la qualité de notre experte.

Visiblement elle n’a pas fait taire toutes les angoisses des salariés et la grogne montant, on nous annonce une réunion avec le DG. Perspective alléchante, je ne vous le cache pas…

Epilogue

Je me faisais une joie d’écouter le nouveau DG nous expliquer sur la base de quoi il avait validé l’idée de feng-shuiser les bureaux de la Création, en payant la prestation d’une experte – de cette qualité – sur les fonds de la formation.

Je l’imaginais, tel un homme politique, tentant de justifier une politique en échec, des promesses électorales non tenues, avançant un mensonge plus gros que le précédent pour justifier l’injustifiable.

Mais il aurait fallu pour cela qu’il assume ses prises de décisions. Car visiblement, le mécontentement qui règne dans le service l’a un peu effrayé.

Il n’est pas venu.

Peut-être à cause des remontées des salariés à leurs représentants, au comité d’hygiène, etc. ?

Pour autant, seuls deux salariés ont osé prendre la parole publiquement pour mettre en doute les conclusions de l’experte et la démarche de feng-suisation. Ceci dit, des esprits libres et courageux sont venu leur dire hors présence de leur hiérarchie : “t’as bien fait de dire ce que tu as dit, c’est n’importe quoi cette histoire”.

Bref. Quoi qu’il en soit notre DG n’est jamais venu à cette réunion mais a délégué un membre de la DRH.

Lequel était bien en peine de répondre aux questions que quelques “no-team spirit” addicts, pas du tout harmonisés par le Feng-Shui, n’ont pas manqué de poser :

- “C’est vraiment payé sur les fonds de la formation ?”

- “Oui, mais ça ne viendra pas réduire le budget auquel vous avez droit pour vos formations”.

- “Dans le cas où le “bilan énergétique” d’un salarié ne serait pas en accord avec celui du Directeur de la Création, cela peu-il avoir une influence sur la perception que le DC pourrait avoir de ce salarié ou de son travail ?”

- “Et si on avait demandé à un marabout de venir éloigner les mauvais esprits et de faire revenir le chiffre d’affaires, est-ce que cela aurait semblé aussi pertinent à la direction ? Sinon, pouvez-vous expliquer pourquoi ?”

- “Je ne sais pas. Je vais faire remonter vos questions au DG”.

- “Dans combien de temps peu-ton espérer ses réponses ?”

- “Une quinzaine au plus”.

Bien entendu, personne n’a jamais eu la moindre réponse…

Elle est pas belle la vie dans la Com’ ?