PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Géométrie variable de l’espace politique français

dimanche 20 octobre 2013 à 18:08

(Tout s’accélère ces dernières semaines au sein du microcosme des partis politiques français. Au point que l’on peut se demander si ce n’est pas une reconfiguration pleine et entière qui s’opère sous les yeux ébahis des Français à qui l’on ne demande pas grand chose, en réalité. Si ce n’est de la fermer et de répondre aux sondages.)

manuel-valls-nicolas-sarkozy

Petite synthèse.

La présidente du Front National a récemment déclaré que son parti n’était pas un parti d’extrême droite : quiconque continuerait à le qualifier ainsi pourrait se voir désormais traîné en justice. L’UMP critique un budget 2014 et une « réforme » des retraites qui auraient pu être les siens si ses dirigeants avaient été au pouvoir. Le PS expulse du sans-papier mineur et scolarisé avec humanité, défend en permanence des « valeurs » républicaines, fustige les porteuses de voile islamique et bombe le torse à chaque fait-divers par le biais de son ministre de l’intérieur Manuel Valls, clone du Nicolas Sarkozy des années 2005-2007. Les écologistes s’accrochent au pouvoir comme de vulgaires affairistes qui découvrent les joies des petits-fours-caviar-champagne offerts par les réceptions ministérielles, avalent leur chapeau toutes les trois semaines et ne font pas plus d’écologie que n’importe quel social-libéral converti aux thèses de Bruxelles sur la concurrence libre et non-faussée. Le front de gauche ressemble de plus en plus à une sorte de rassemblement populiste rugissant, qui appelle à « faire le ménage », à peu près comme le FN, mais version « ami des immigrés et des sans-papiers ». Une extrême droite qui ratisse large, soutient les thèses économiques de l’extrême gauche, une extrême gauche qui utilise les mêmes méthodes de communication que l’extrême droite, un parti socialiste qui fait de l’UMP et une UMP qui ne sait plus quelle place prendre (plus à droite, plus au centre, plus à l’extrême centre, plus en dessous, au dessus ?), des écologistes atomisés par le pouvoir : tout ça devient quelque peu troublant…

La thèse du calcul électoral

Certains pensent que le PS a fait quelques petits calculs qui pourraient être les suivants : tenir une politique la plus proche de celle de l’UMP pour couper l’herbe sous les pieds du premier parti de droite et dans le même temps cautionner la thèse du premier parti d’extrême droite, le FN, celle de l’UMPS. Faire une politique UMP en étant le PS énerve plein de gens qui vont se dire « ah ben oui, elle a raison Marine Le Pen, et puisque c’est comme ça, ben je vote plus pour aucun des deux, je vote pour elle ». Ensuite, au moment des élections, le FN est très haut, et là on fait marcher le « Front républicain » pour sauver la démocratie. Ainsi, de nombreux électeurs, abstentionnistes, déçus de la gauche (ils votent nettement moins que ceux de la droite, à gauche), se jettent aux urnes voter pour élire le sauveur PS, parce que la droite, très très proche du FN, voire en alliance avec, ça n’est pas possible. Et la ronde continue. Ouf, la démocratie (avec un petit « d ») est sauvée. Certains pensent que ce calcul existe, en tout cas, en discuter ne peut pas faire de mal.

La thèse de l’impuissance et de la collision

Certains pensent que le PS, comme l’UMP, n’ont absolument aucun pouvoir autre que celui de vagues politiques intérieures alimentées par des faits divers : immigration, justice, insécurité, terrorisme, laïcité (protection de la nation contre l’islamisme radical) et des bricoles autour des taxes et impôts, bref des trucs qui ne changent pas grand chose si ce n’est occuper les foules et tenter de faire croire que l’on agit, que l’on est en mesure d’exercer le pouvoir. Derrière cette façade, ces grands partis sont constitués d’énarques et autre petits marquis de la République, amis dévoués de puissants patrons qui travaillent à maintenir le système en place tel qu’il est, voire à accentuer un peu plus certains phénomènes pour vendre littéralement l’Etat. La main sur le cœur, en prétendant qu’on ne pouvait pas faire autrement ». Autoroutes, système de santé, poste et télécommunications, éducation, eau, énergie, tout doit y passer. A la fin, l’Etat gère une armée professionnelle très réduite, quelques domaines régaliens, et pour le reste il faudra demander aux PDG ce qu’ils veulent…ou pas. Les marquis et les énarques, eux, de toute manière sont dans les conseils d’administration ou dans les cabinets d’avocats d’affaires qui les aident.

Collusion des élus avec le monde des affaires : la thèse est connue, et certaines affaires comme la plus récente, celle de Cahuzac, révèlent l’état d’esprit de l’ »ami du peuple », le PS : il est désormais possible de se voir, en tant que citoyen, infliger une amende de 45 000 € si l’on publie les informations patrimoniales (consultables en préfecture) d’un élu de la République. La transparence française ainsi actée par François Hollande président-du-changement indique très clairement l’état d’esprit et la nouvelle géométrie de l’espace politique qu’il souhaite marquer de son empreinte au cours de son quinquennat.

La thèse du vide, du néant et de la fin du monde

Certains pensent que tous ces politiques n’ont absolument plus aucune idée sur quoi que ce soit, que le monde en permanente mutation leur échappe, que des instances supra-nationales hypertrophiées leur permettent d’être dans un confortable suivisme camouflant leur totale indécision. Chômage, pauvreté, injustices, ascenseur social en panne, exclusion, santé, toute la liste de ce que ces politiques sont censés combattre ou améliorer a depuis belle lurette été jetée aux orties : ils ne savent pas comment faire, parce que tous leurs choix se sont révélés calamiteux et qu’il est trop tard pour revenir en arrière. C’est la fin du monde qui pointe, en tout cas du monde moderne, civilisé, protecteur, remplacé par une forme de société-jungle innommable où chacun tire son épingle du jeu comme il le peut, avec l’armée prête à sortir ses tanks en cas d’émeute.

Avec cette thèse, l’Elysée sera un bunker ou ne sera plus…

Ca peut mal finir quand même

La communication politique, plus vaine et ridicule que jamais est devenu un espace du néant. Action détestable du gouvernement ou de ses représentants, réactions, prise de parole, justifications, et toujours,  le rappel des valeurs. Il n’aura jamais été autant question de valeurs que ces dernières années : valeur du travail, valeur de la laïcité, valeurs de la République. Ceux là-même qui les salissent en permanence, empêtrés dans de sombres affaires de corruption, pris en flagrant délit de mensonges ou de reniements sont les premiers à venir donner la leçon aux citoyens sur les valeurs. Il y a un moment où tout cela va mal finir. Un ministre de l’intérieur qui, des trémolos dans la voix, vient parler des valeurs de la République alors qu’il empoche tous les mois une indemnité de 1750 €  comme conseiller municipal d’une grosse mairie (celle d’Evry) en plus de son indemnité de 9000 € et quelques de ministre (indemnité de base, de fonction et de résidence), devrait se méfier : les citoyens, des fois, ça prend les armes. Comme dans une chanson. Dans la chanson, il y a des armes et des citoyens qui les prennent, les armes. Est-ce qu’il en connaît les paroles et leur signification, le ministre donneur de leçon sur la République, qui bénéficie d’un emploi fictif ?

flattr this!

#FreeAnouzla : Maroc Telecom… tu es vraiment trop con

samedi 19 octobre 2013 à 13:54

La censure de Maroc Telecom visant les sites fr.lakome.com et lakome.com prend une tournure confinant au ridicule et à l’inadmissible. Comme nous l’avions expliqué il y a plusieurs années pendant les débats sur Hadopi et Loppsi, toute tentative de  blocage de sites web entraine des effets de bord indésirables. Maroc Telecom va aujourd’hui en faire la douloureuse expérience en se mettant à dos pas mal de monde. L’opérateur national marocain, non content de bloquer l’accès aux sites de Lakome et depuis cette nuit à Reflets.info (!), se voit confronté à un classique sur-blocage… et quel sur-blocage !

Capture d’écran 2013-10-19 à 13.15.54Le service de cloud Heroku, semble être l’une des premières victimes collatérales visibles, et évidemment avec elle, tous les sites qui y sont hébergés (une prouesse pour cette plateforme chère à de nombreux web entrepreneurs du Maroc et d’ailleurs). De nombreux services hébergés dans « le cloud » et utilisant des CDN risquent assez logiquement d’être impactés par le zèle ridicule de l’opérateur national marocain.

Le groupe Facebook de La Weboma qui regroupe la webosphère marocaine commence à s’indigner de cette situation totalement absurde résultant directement d’un acte irresponsable de la part de Maroc Telecom. Ce dernier voudrait proposer un véritable tollé sur le Net marocain qu’il ne pourrait probablement pas mieux s’y prendre

Dans sa grande mansuétude, Reflets propose à Maroc Telecom un très instructif petit récapitulatif / antisèche de guide de la censure pour les nuls (oeuvre de Juriscom et en son temps diffusé par nos confrères de PCinpact)… dommage que l’opérateur ne puisse plus accéder à notre site.

83715-rapportg-filtrage-securite-vie-privee-juriscom

VISITEZ LE SITE FREE ANOUZLA

flattr this!

Graines de Troc : des semences libres à partager

samedi 19 octobre 2013 à 10:30

biotuxA l’heure où le vivant n’as jamais été autant la proie de la folie des brevets, une initiative qu’il faut saluer comme il se doit vient a vu le jour, il s’agit de Graines de Troc. Le site, constitué en association depuis 2012, a pour objet d’être une plateforme d’échange des semences et observe des pratiques proches de celles du logiciel libre basées sur le partage, la réutilisation, la modification et la redistribution… du vivant :

Le partage est une manière économique, libre et solidaire de faire (re)découvrir les trésors de la nature à nos enfants, à nos voisins… Alors que les graines reproductibles abondent dans nos jardins, les semences hybrides de l’industrie semencière constituent un véritable racket annuel des paysans et jardiniers.

Graines de Troc encourage également le bio et la réutilisabilité des semences, condition sine qua non au partage accessible à tous (comme le logiciel libre évitera d’utiliser du code privateur de liberté). Œuvrant pour la biodiversité, le site précise les bonnes pratiques à observer pour partager des semences:

  • n’utiliser aucun engrais chimique : le bio c’est si bon !
  • ne pas introduire de semences hybrides F1 (non reproductibles).

Graines de Troc propose pour l’instant sur sa carte deux grainothèques libres que nous espérons voir se reproduire un peu partout en France et même ailleurs. Si vous souhaitez créer la votre et participer à cette expérience aussi utile que ludique, voici comment bien démarrer. En espérant que quelques industriels en prendront de la graine et participeront à terme eux aussi à la préservation de la biodiversité.

Comme l’a maintes fois souligné Richard Stallman, nous serions bien bêtes de ne libérer que des logiciels.

flattr this!

Allo Amesys, Bull, Alten, le gouvernement français ? Savez-vous ce que vous avez fait au Maroc ?

vendredi 18 octobre 2013 à 18:15
bloodyamesys
A l’heure où le site d’informations Lakome est censuré au Maroc, sans doute sur ordre du pouvoir en place, la question de l’installation d’un Eagle pour surveiller toute la population marocaine nous revient à l’esprit.
Un outil de ce type, au Maroc, est un outil rêvé pour filtrer l’information à laquelle les dirigeants laisseront les marocains accéder. Dans les mains d’un pouvoir zélé, un Eagle est une véritable arme d’asservissement. Cet outil, vendu avec la bénédiction des autorités françaises comme du matériel grand public est aujourd’hui actif sur le territoire marocain.
Si aucun élément ne nous permet pour le moment d’affirmer qu’il est bien utilisé pour censurer les sites arabophones et francophones de Lakome, il faut conserver à l’esprit qu’il est potentiellement en mesure de traquer et d’identifier tout marocain souhaitant accéder à ces sites. Il représente donc un risque potentiel important pour des personnes désireuses de s’informer, qui pourront alors être taxées arbitrairement, comme Ali Anouzla, le dirigeant de Lakome (privé de liberté depuis le 17 septembre 2013), de faire l’apologie du terrorisme.
Peut-on raisonnablement accepter l’idée que les dirigeants d’un pays mettent en place un outil leur permettant d’avoir accès à tous les échanges (mails, chats, consultations Web, téléphonie IP, etc.) de ses citoyens ? Est-ce éthiquement acceptable ?
Bull et Amesys ont installé un tel outil au Maroc, plus précisément à Rabat. Nom de code : Pop Corn.
Cette installation est sans doute désormais prise en mains par AMESys, (Advanced Middle East Systems), dirigée par Stéphane Salies, lui-même actionnaire de Crescendo, la holding qui détient Bull et Amesys. Les opérations sur place sont toujours, sans doute, sous contrôle de Renaud Roques, responsable des développeurs d’Eagle.
Lors de la mise en place de Pop Corn, la SSII Alten a activement participé avec une ribambelle de jours/hommes achetés par Amesys.
Nombreux sont ceux qui réclament une réglementation plus contraignante pour encadrer la vente de ces produits. Y compris des dirigeants de sociétés actives dans ce secteur comme Thibault Bechetoille (Qosmos), un moyen de faire du whitewhashing à peu de frais.
La question n’est peut-être pas là. Il s’agit simplement d’un problème d’éthique. Celle-ci n’est ni de droite, ni de gauche, ni capitaliste, ni libérale, ni communiste, ni religieuse. Elle touche au bon sens. Doit-on produire de tels outils massifs ? Avec une visée claire qui est de surveiller et d’identifier les utilisateurs d’Internet ?
Comment peut-on mettre ce type d’outils sur le marché ? Comment peut-on vendre ce type d’outils à des Etats policiers, des dictatures ? Un petit plus pour la balance commerciale peut-il effacer les ennuis terribles qui vont s’abattre sur les opposants politiques et les militants des Droits de l’Homme dans ces pays ?
A toutes ces questions, ni le cabinet de Jean-Marc Ayrault, ni Bull, ni Alten, interrogés ce matin par email, n’ont souhaité répondre. Plus précisément, nous avons demandé au service de presse du premier  ministre de fournir l’autorisation ministérielle nécessaire pour la vente d’un Eagle au Maroc. Silence sur toute la ligne.

flattr this!

François : pas en mon nom !

vendredi 18 octobre 2013 à 18:14

hollande-cocaineMon cher François,

Je te dis « tu » parce que c’est la coutume, au PS, on s’appelle « camarade » et on se dit « tu ». Je n’ai jamais milité au PS, mais j’imagine qu’il est préférable d’adopter les us et coutumes de ton environnement pour m’adresser à toi.

Mon cher François, disais-je, tu es en passe de réussir là où l’on ne t’attendait pas. Ce n’est pas une nouveauté. Les socialistes, lorsqu’ils sont arrivés au pouvoir en 81 avait fait de même. Ils ont réussi (un peu plus tard) sur le plan économique, alors qu’on les attendait sur le social. Toi, tu es en passe de pousser vers l’abstentionnisme la majorité des sympathisants de gauche. Ou pire, de les envoyer vers les extrêmes. A gauche ou à droite. J’avoue, c’est fort. Parce que, camarade, lorsque tu es arrivé au pouvoir, c’était une route pavée de pétales de roses (pas pu m’empêcher, désolé). Nous sortions d’un cauchemar de cinq ans. Cinq ans de sarkozysme, ça vous radicalise une population. Oh, bien sûr, il y a ceux qui se sont radicalisés à droite, mais franchement, je pense que la plupart des citoyens de ce pays (et ton élection le démontre par les chiffres), se sont rabattus sur le candidat opposé au fossoyeur du contrat social qui nous unissait. Bref, tu étais porteur de tous les espoirs -et ils étaient nombreux, immenses- d’une population. Pas forcément socialiste, mais au moins opposée à la politique de Nicolas Sarkozy. Qu’as-tu fait de ces espoirs ? Tu les as déçus.

A trop vouloir faire de la social-démocratie, à trop prendre en compte les desiderata de ton ancien ennemi, le monde de la finance, du MEDEF, que sais-je, tu as braqué tes électeurs qui te le disent dans les sondages d’opinion. Même ton soutien à Amesys et Bull, à Qosmos, tout cela, cela ne m’a pas étonné.

Mais tout cela, franchement, je m’y attendais. Cela ne m’a pas empêché de voter pour toi. Bien obligé si l’on voulait se débarrasser du petit teigneux.

Je savais, car il y a longtemps que j’ai compris que les hommes politiques se font élire pour gagner ou conserver leur pouvoir, pour régler leurs problèmes et ceux de leurs amis plutôt que ceux de ceux qui les ont élus. Je savais que tu te ferais bouffer par la finance. Que tu aurais peur. La taxe sur les transactions financières qui exclue le high frequency trading en est une bonne illustration. La majeure partie des transactions sont le fait des algos. Les exclure, c’est réduire à néant le projet sans que cela puisse être vu par le grand public. Bien joué.

En votant pour toi, je me disais, au moins, le nombre de mails de RESF va baisser. On va oublier le tout répressif, le populisme à 2 cents d’euros. On va jeter la clef de la haine au fond du puits.

Et bien non.

Tu t’indignes que l’on appelle à la démission de Valls? Franchement ?

Même les jeunes, présentés comme apathiques  et non politisés, sont dans la rue. Ils crient ce que toi et tes camarades avez crié dans votre jeunesse. Le ras-le-bol de la répression aveugle, de la haine, du rejet de l’autre. Souviens-toi camarade : « touche pas à mon pote ».

Je sais, c’est loin.

Mais en cherchant bien, tu retrouveras bien un peu de cette candeur de jeunesse au fond de toi.

J’ai bien noté le travail des spin doctors ces deux derniers jours. Tu fais des efforts. Mais ces efforts sont ceux d’un directeur de la communication. Et ça, les citoyens, ils le l’avalent plus. Va faire un tour par toi même sur Twitter pour sentir le pouls. Tu verras, les gens sont vraiment en colère. Ils commencent à détester les hommes politiques. Tu contribues à cela et ça, c’est très mauvais pour la Démocratie.

Oui, ces deux derniers jours, il y a eu tout ce travail pour décrédibiliser la famille Dibrani dans son ensemble. Les journalistes ont assez bien relayé. Pas mal essayé. Et puis il y a eu l’annonce d’une enquête administrative (déminons, la presse passera peut-être à autre chose en attendant le rapport). Ça n’a pas marché, parce que les jeunes sont descendu dans la rue. Et puis, un peu à court d’idées, il y a eu l’annonce d’une « sanctuarisation » de l’école. Pas bête. On ne viendra plus chercher les enfants dans les écoles pour les expulser. On ira les chercher chez eux ?

François, une maskirovka aussi frelatée que celle là, ce n’est pas possible. On dirait que tu as totalement perdu de vue les idéaux de gauche, ces grandes idées philosophiques qui différencient ton camp de celui d’en face. Souviens-toi, la dépénalisation de l’homosexualité, c’est la gauche. Fillon et ses copains, eux votaient contre. Souviens-toi, l’abolition de la peine de mort, c’était la gauche. Le RPR votait plutôt contre. Souviens-toi, le mariage pour tous, c’était… toi. L’UMP votait plutôt contre. En 81, la régularisation massive d’étrangers, c’était la gauche.

De quoi as-tu peur ? En accordant la nationalité française à quelques centaines de milliers de personnes, la France va-t-elle disparaître ? Une sorte de fusion nucléaire qui ensevelirait notre « civilisation »?

Ce ne serait pas une belle idée de gauche, que de dire que toute personne dont les enfants sont scolarisés en France ont vocation à rester sur le territoire, avec ses enfants, bien entendu ? Je ne te parle même pas de régularisation.

Bref, tout ça pour te dire, mon cher François que ton gouvernement qui fait autant preuve d’inhumanité que celui de François Fillon. N’oublions pas, au passage, que c’est François Fillon, celui-là même qui tente par du whitewashing de faire oublier qu’il est l’artisan de la politique de Nicolas Sarkozy, que c’est lui qui l’a appliquée pendant cinq ans.

Et franchement, mon cher François, je dois te dire que je ne peux pas apporter ma voix à un gouvernement faisant preuve d’inhumanité. Qu’il se laisse avaler par le monde de la finance, je te l’ai dit, cela ne m’a même pas étonné. Mais qu’il se laisse aller aux mêmes démons que l’UMP ou le FN, ça, c’est trop pour moi.

1810leonarda14

photo publiée sur http://www.mediapart.fr/node/350187

flattr this!