PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Mise à jour

Mise à jour de la base de données, veuillez patienter...

Covid-19 : des trous de nez aux trous de mémoire

mardi 15 septembre 2020 à 10:44

Compter, ce n'est pas toujours simple...

Depuis le mois de mai, le ministère de la Santé a mis en place un système de recensement des personnes dépistées positives au virus. Contact Covid, Si-Dep, Contact Tracing, portail e-Sin, toutes ces nouvelles plateformes numériques traquent la maladie pour mieux contrôler l’épidémie. Décryptage concret du dispositif avec les alertes de La Rochelle.

Chiche ! On se fait tester pour être sûr… - © Reflets

Alors, ça fait mal ? C’est la première question que l’on m’a posée au sortir de l’épreuve d’un test RT-PCR. Fier comme un vainqueur de Koh-Lanta côté Ouest, j’ai répondu "non, même pas mal". Mais pour obtenir des infos sur la façon dont on comptabilise les cas positifs, alors là, oui, l’opération m’a semblé longue et pénible. Rappel des faits: nous sommes le 30 juillet à La Rochelle, les portes du centre de loisirs de Port-Neuf restent closes après qu’un animateur a été révélé porteur du virus. Le 3 août, un communiqué émanant de l’ARS (Agence régionale de santé) de la Nouvelle-Aquitaine signale cette situation de cas groupés et en précise les circonstances.

La presse locale relaie aussitôt l’information : trois animateurs et trois enfants, soit six cas au total, sont déclarés positifs à la Covid-19. L’urgence absolue est déclarée puisque, selon les termes officiels, un cluster est "le fait d’identifier au moins trois cas confirmés ou probables, dans une période de sept jours, et qui appartiennent à une même communauté ou ont participé à un même rassemblement". Tout l’arsenal dédié à la surveillance d’une contagion locale se voit déployé et chaque intervenant est prié d’utiliser les moyens techniques mis à sa disposition. Les médecins de ville signalent les cas isolés via la plateforme Contact Covid sur leurs comptes Ameli-pro, la Caisse primaire d’assurance maladie se charge d’étendre la recherche de cas contact selon le protocole établi par les...

Manifestation des gilets jaunes à Paris le 12 septembre 2020 - Acte 96

samedi 12 septembre 2020 à 19:35

Opération Bernard Arnault au Bon Marché

Les gilets jaunes faisaient leur rentrée ce 12 septembre. Certains ont déambulé dans le magasin Le Bon Marché avec des masques de Bernard Arnault pour demander une justice fiscale tandis que d'autres battaient le pavé. Les lacrymos ont plu place Wagram.

"Bernard Arnault" en Gilet Jaune pour une opération spéciale au Bon Marché - © Reflets

Les Gilets Jaunes entendent relancer leur mouvement après le confinement et les vacances, à Paris comme en province. « Ce n’est pas “la rentrée” ou “le retour” des “gilets jaunes”, ça, c’est une construction médiatique ! On nous a mis au placard, fracassés, déglingués. Mais la colère est là, dans les foyers, dans les entreprises autour des machines à café. Elle n’est peut-être pas jaune, mais elle est là. Ceux qui ont tenu à bout de bras la France pendant les deux mois de confinement, ce sont des aides-soignants, des caissiers, des éboueurs, ce sont des “gilets jaunes” ! » a déclaré Jérôme Rodrigues, une des figures du mouvement.

Opération Bernard Arnault au Bon Marché

Un des animateurs du groupe Gilets Jaunes opérations spéciale nous a donné rendez-vous dans un square discret du 7ème arrondissement de Paris pour une action, sans plus de détails. A notre arrivée, nous apprenons qu'un groupe de Gilets Jaunes veut s'infiltrer dans la grande surface de luxe "Le bon marché" propriété de LVMH, le groupe de Bernard Arnault.

Gilets jaunes au Bon Marché - © Reflets
Gilets jaunes au Bon Marché - Reflets

A 11h, coup de sifflet. Les manifestants revêtent leur gilet et un masque de Bernard Arnault. Il sont une bonne trentaine à arpenter les rayons en silence. La sécurité, particulièrement nerveuse, se précipite et tente de les nasser. La police est appelée. Après avoir joué au chat et à la souris avec les agents de sécurité du magasin, les Gilets Jaunes se laissent raccompagner vers la sortie aux cris de...

Saturation des labos : et si on utilisait les tests groupés ?

vendredi 11 septembre 2020 à 19:51

Cette solution de dépistage du coronavirus serait un gain de temps et ferait faire des économies.

Les tests PCR groupés pourraient être la solution pour faire face à la saturation des laboratoires d'analyses médicales et aux tensions dans l'approvisionnement en réactif pour dépister la Covid 19. Ils permettraient de tester plus et de de gagner un temps précieux pour isoler les porteurs du virus.

La France réalise actuellement un million de test PCR de détection de la covid 19. Mais la stratégie de dépistage mise en place semble montrer ses limites : délai d'attente de plusieurs jours pour avoir ses résultats (sauf si on s'appelle Jean Castex), fortes tensions pour les réactifs au niveau mondial, machines utilisées pour les PCR saturées.

Reflets avait interrogé Catherine Hill, épidémiologiste à l'Institut Gustave Roussy.

Elle nous avait expliqué l'importance d'un dépistage massif, notamment pour trouver les asymptomatiques qui peuvent contaminer d'autres personnes.

Des chercheur californiens ont compilé une douzaine d’études françaises et étrangères qui ont testé systématiquement des populations définies et la proportion de personnes asymptomatiques parmi l’ensemble des personnes testées Covid-19 positives. « En moyenne, on arrive à 52 % d’asymptomatiques mais qui peuvent contaminer d’autres personnes, analyse Catherine Hill. On peut discuter ces études, c’est peut-être un peu moins. En tout cas, c’est certainement beaucoup plus que les 20 % estimés au départ. »

Une étude sur les 100 premiers cas de Covid-19 à Taïwan révèle qu’une personne atteinte par le virus est contaminante avant de présenter des symptômes. Ces 100 personnes ont contaminé 22 autres personnes.

« Les études montrent ainsi que le risque de contamination est maximum entre 5 jours avant l’apparition des symptômes et 5 jours après les premier symptômes. Cela confirme une fois...

Startup-Nation : vendre du vent pour espérer des électeurs

mercredi 9 septembre 2020 à 16:45

Un pari risqué de La République en marche

Si les startups sont passées maîtres dans l'art d'enfumer les investisseurs à base de concepts aussi opaques que creux, les politiques peuvent-ils appliquer ces méthodes à la gestion d'un État pour attirer les électeurs ?

LREM en pitch permanent

Il n'y a plus un sujet qui ne déclenche la mise en place d'un numéro vert : comprenez « le support client ». Dernier en date, le ministre de l'agriculture, Julien Denormandie vient de mettre en place un numéro gratuit pour les propriétaire de chevaux mutilés. Le « care »... C'est essentiel pour une startup politique qui allait « disrupter son écosystème » comme jamais aucun parti ne l'avait fait. C'était bien parti, avec un beau crowdfunding à Londres auprès de personnes fortunées. L'Elysée devait être un incubateur de première bourre. Mais les choses se sont compliquées. De Benalla aux gilets jaunes, en passant par la covid, les écueils se sont succédé. Pas faute d'avoir pitché comme un dératé dans tous les supports de presse possibles.

Interview d'Emmanuel Macron au journal d'extrême-droite Valeurs actuelles et quelques-unes de ses couvertures - D.R.
Interview d'Emmanuel Macron au journal d'extrême-droite Valeurs actuelles et quelques-unes de ses couvertures - D.R.

La startup, par principe, vend une promesse qui peut s'avérer du vent. Le produit, comme l'entreprise, est en construction permanente, peut, et doit, évoluer au fil des besoins des utilisateurs, des demandes des investisseurs. Dans la startup LREM, on est « agiles », « scalables ». Exemple, quand on sort à peine d'un confinement inédit, que l'on décide de renvoyer tous les gamins à l'école pour que les parents puissent travailler à nouveau, on a des « solutions ».

Prenez le ministre de l'éducation nationale, Jean-Michel Blanquer... Le 30 août, alors que...

Université du PS : c’est pas la mer à Blois

mardi 8 septembre 2020 à 08:53

Depuis 1993, militants et dirigeants du parti se réunissent traditionnellement en fin de l’été

Cette année, l’université d’été du PS s’est tenue à Blois. Adieu donc La Rochelle qui fut pendant plus de vingt ans la ville d’accueil du traditionnel grand meeting de la gauche.

Trouble... - D.R.

Et pourtant les convaincus étaient nombreux à souhaiter discourir de l’avenir du parti en respirant l’air iodé de l’Atlantique, à La Rochelle. A commencer par Lionel Jospin en personne, qui, d’un coup de pédalo entre sa maison de l’Ile de Ré et le vieux port de la cité, est venu activement supporter le maire Rochelais durant la dernière campagne municipale.

Stupeur ; après plus de 18 ans de silence et d’absence sur la scène politique, Lionel Jospin réapparaissait, rose à la boutonnière et sourire en coin. Nous subodorions presque que cette visite surprise ne tenait en rien au hasard mais qu’elle pouvait préfacer la sortie imminente d’un livre écrit en grand secret. L’idée d’une auto-promo réalisée en avant première de l’université d’été nous avait même traversé l’esprit. Faut-il être médisant pour oser imaginer un truc pareil ?

Changement de cap donc, ce sera Blois ou rien. A croire qu’Olivier Faure, l’actuel secrétaire du PS, n’apprécie définitivement plus les terres de ses ancêtres. Il est bon de se remémorer certaines de ses déclarations passées: « jusqu’ici La Rochelle était beaucoup le IN, encore plus le OFF, et c’était un échange qui au fil du temps s’était transformé en concours d’éloquence au mieux, et en bal des égos au pire… ».

Bref, la navigation à l’estime, ce n’est apparemment pas son truc à lui. Puis Il faut aussi convenir que ces dernières élections municipales n’ont pas manqué d’exacerber les passions et les frictions entre les écologistes du mouvement...