PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Venez fêter le 14 juillet avec les GAFAM

dimanche 12 juillet 2020 à 18:46

Un feu d'artifice pour un enterrement de première classe de la santé publique à la française !

Airbus et Renault qui cèdent aux sirènes de Google, c'est bien dommage, mais ce ne sont, après tout, que des entreprises privées (comment ça, l’Etat est actionnaire ?), et nous ne pouvons qu’assister impuissants à cette colonisation numérique qui absorbe petit à petit l'économie du pays, mais que va-t-il se passer quand cela touchera au cœur de ce qui fait notre nation ?

Microsoft everywhere - D.R.

Imaginez qu’on soit en train de GAFAMiser ce qui fait (encore) la fierté de notre modèle républicain et de notre contrat social : notre système de santé publique.

C’est pourtant bien ce qui est en train de se passer avec Microsoft. Sous nos yeux, perdu dans la cacophonie ambiante provoquée par une crise économico-sanitaire sans précédent, toutes les données médicales des français vont passer sous pavillon américain.

Petit résumé pour ceux qui prennent la série en cours de route, afin de pouvoir participer à la fête nationale, vous aussi, et remercier les GAFAM de leur bienveillance.

s01e01 - Microsoft récupère les données de santé de toute la population française

(All your base are belong to us - titre US) - première diffusion le 17/05/2020

spoilers : Microsoft contourne l’appel d’offre et fait des spécifications qui font que seul Microsoft peut répondre au besoins fonctionnels exprimés par Microsoft. Malin. Les clés de chiffrement sont confiées à Microsoft. Pas con. Le traitement avancé de la data se fera aux USA. Pratique. Profitant de la crise du covid qui mobilise toute l’attention, le coup d’envoi du projet Health Data Hub est lancé. Yalla. Cerise sur le gâteau, tout l’écosystème “HealthTech” de notre brave startup nation, appelé à éclore en utilisant ces datas, sera “microsoftisé”. Assimilate. La CNIL panique un peu et même le conseil constitutionnel finira par s’en mêler tellement ça pue la magouille à plein nez.

#StarTrek #Borg #Democracy #Assimilate...

Gouvernement Castex : le cirque Zavaglione en tournée

vendredi 10 juillet 2020 à 16:56

Emmanuel Macron dans le sillage de Bush, Sarkozy et Trump

Le message que le président de la république a voulu faire passer est clair : je fais ce que je veux, même n'importe quoi, et si cela vous déplait ou vous choque, peu importe.

Colin Powell à l'ONU - D.R.

Le mensonge, une fois révélé, est porteur d'une perte de confiance. Impossible d'être cru par la suite, lorsque l'on a ouvertement menti. Qui porterait le moindre crédit aux déclarations de Collin Powell ou de George Bush s'ils venaient expliquer, preuves à l'appui, qu'Emmanuel Macron détient des armes de destruction massive et menace la sécurité des Etats-Unis ou du reste de l'Europe ? C'est sur un énorme mensonge de ce type que les USA sont partis en guerre contre l'Irak avec la Grande-Bretagne, de manière illégale. A l'époque, Colin Powell, secrétaire d'Etat de l'administration Bush (ministre des affaires étrangères) brandit à l'ONU une fiole contenant une poudre blanche en expliquant que Saddam Hussein détient des armes chimiques de destruction massive. Après cette guerre illégale, et présentée comme préventive (une justification utilisée avant cela par l'Allemagne nazie), les militaires Américains et les inspecteurs des Nations-Unis, vont chercher en vain ces armes (*). Elles n'ont jamais existé.

En France, Nicolas Sarkozy avait entamé la mutation du rôle de président. On lui doit d'ailleurs le terme d'hyper-président. Celui qui a tous les pouvoirs, certes, mais pas seulement. Nicolas Sarkozy, c'est un président qui qualifie son premier ministre de "collaborateur", qui prend ses décisions sans se soucier de l'opinion publique. Au contraire, plus c'est clivant, mieux c'est. Il...

Nancy : le maire signe le permis de construire du projet Emblème le 29 juin

mercredi 8 juillet 2020 à 11:53

Le lendemain du deuxième tour des élections municipales qui s'est tenu le 28 juin 2020, le maire de Nancy, Laurent Hénart, battu par le candidat de gauche Mathieu Klein, a signé le permis de construire modificatif du controversé projet Emblème dont nous vous avions longuement parlé ici, puis . Le parquet a ouvert une enquête préliminaire sur ce projet immobilier. A peine battu, le maire a jugé utile de signer en catastrophe le permis de construire modificatif...

Permis de construire modificatif - D.R.
Permis de construire modificatif - D.R.

Martine Landry : relaxe de la militante d'Amnesty International

mercredi 8 juillet 2020 à 11:36

Nous vous avions parlé de Martine Landry en octobre 2018 à l'occasion d'un long reportage sur la vallée de la Roya et de ses passeurs d'humanité.

Martine Landry était devenue malgré elle un symbole de l’absurdité des poursuites judiciaires à l’encontre de ceux qui aident les migrants. « L’affaire » pourrait prêter à sourire : la justice lui reprochait d’avoir convoyé deux mineurs depuis le poste frontière italien jusqu’au poste frontière français à Menton, bref d’avoir emmené des mineurs de la police italienne à la police française. Il faut se représenter le lieu pour comprendre l’absurdité de la chose : une route sur les hauteurs de la ville, d’un côté le poste frontière italien, de l’autre les douanes françaises. Une centaine de mètres séparent les deux bâtiments. Au milieu, un panneau France. C’est dans cet espace que plusieurs associations, dont Amnesty International à laquelle appartient Martine Landry, effectuent des observations sur la légalité des reconduites vers l’Italie.

Martine Landry devant le panneau de la frontière - Photo : Reflets
Martine Landry devant le panneau de la frontière - Photo : Reflets

A la veille de son procès en appel prévu aujourd'hui, le parquet général a annoncé son retrait, confirmant ainsi de fait la relaxe prononcée par le tribunal correctionnel de Nice en juillet 2018.

Soirée mousse et marché fantôme au ministère de l’intérieur

lundi 6 juillet 2020 à 15:41

Le ministère refuse de communiquer les conditions d'un marché pour des visières

Si ce n'est pas pour relayer la communication gouvernementale, inutile d'interroger la plupart des ministères. Les services de presse ne répondent pas.

Site du ministère de l'Intérieur - Copie d'écran

C’est l’histoire d’une entreprise française qui a reçu une couverture médiatique conséquente. JPJ Mousse. Articles dans la presse locale, nationale, la télévision s’intéresse même à elle, visite du député, tweet du député… Tout le monde célèbre ce fabriquant de mousse de protection qui pendant la pandémie, a fabriqué des visières et en a notamment vendu au ministère de l’intérieur pour protéger les assesseurs pendant le second tour des élections municipales.

Tweet du député de l'Yonne - Copie d'écran
Tweet du député de l'Yonne - Copie d'écran

Mais lorsque l’on demande dans quel cadre s’est faite cette vente, tout le monde se mure dans le silence. Secret-défense ? Le montant impose un marché public et la publicité du résultat. Mais dans le cadre de la pandémie il est possible que cet achat ait fait l'objet d'un contrat de gré à gré, souligne Frédéric Allaire, professeur de droit public que nous avions consulté pour notre documentaire Radar, la machine à cash. Mais pourquoi le ministère de l'intérieur refuse-t-il de l'indiquer ? Mystère. Cela devient une habitude, les services de presse des ministère sont devenu des machines à relayer une communication gouvernementale et ne répondent plus aux questions qui ne la servent pas. « Envoyez un mail, on vous répondra »... Mais « on » ne répond quasiment jamais...

Le site de JPJ Mousse et les articles racontant sa belle histoire mentionnent un appel d’offres du ministère de l’Intérieur. De fait, à un peu plus de 5 euros la visière ou, au prix le...