PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Détenus, mais pas confinés

mardi 14 avril 2020 à 15:27

Le monde carcéral face à la pandémie

Dès le début du confinement, les prisons ont tenté de réduire les risques de contamination, notamment la suspension de tous les parloirs. Mais, à l’intérieur, la surpopulation carcérale et l’absence de mesures sanitaires strictes mettent en danger les détenus et le personnel pénitentiaire. Les prisons françaises se préparent à une crise sanitaire sans précédent.

Promenade dans une prison - OIP

« Rien n’est fait pour protéger les détenus » témoigne Maud*. Son compagnon est incarcéré à la prison de Toulouse pour une longue peine. « Il n’y a pas de masques, pas de gants, pas de gel hydro-alcoolique, les détenus continuent de se voir en promenade, dans les couloirs, et les douches sont toujours collectives » liste-t-elle. « Aucune mesure n’a été prise pour les protéger. Le virus en prison, c’est comme jeter une allumette dans une botte de foin, il se propagera à toute vitesse ».

Et le Covid-19 est déjà entré dans les prisons françaises. D’après les chiffres officiels, 63 détenus ont été testés positifs, ainsi que 145 membres du personnel pénitentiaire. Deux prisonniers et un surveillant en sont déjà décédés. Mais, comme ailleurs, l’absence de tests ne permet pas de prendre la mesure de la contamination. A l’heure actuelle, les gardiens n’ont aucun équipement pour se protéger et protéger les détenus. Dans des cellules de 9 mètres carrés, à deux ou trois, le respect des gestes barrières et la distanciation sociale sont impossibles. Dès l’annonce du confinement, les établissements pénitentiaires ont tenté de prendre des mesures, comme la suppression des parloirs et l’interdiction de tout intervenant extérieur. Désormais, seuls les surveillants entrent dans les prisons. « C’est la grande peur des détenus, que les gardiens fassent entrer le virus en prison » explique Charline Becker, coordinatrice pour la région Sud-Est à l’OIP, l’Observatoire International des prisons....

Profession député chauffeur-livreur

lundi 13 avril 2020 à 15:41

Jean-Louis Thiériot, député LR et conseiller départemental de Seine-et-Marne, raconte son quotidien

Livrer des masques, répondre aux inquiétudes des petites entreprises et des indépendants, contacter des banques pour faciliter des prêts, tenter d'y voir clair sur la situation dans son département, voilà son quotidien. Le député dénonce aussi le manque de transparence de l'Agence régionale de santé et son incapacité à gérer efficacement la crise.

Jean-Louis Thiériot, député chauffeur-livreur - D.R.

Comment se passe la vie d’un député en ce moment? Quel est votre état d’esprit?

Je suis en colère, je suis dégoûté. Et pourtant je suis un modéré. Il y a des gens qui meurent, des tragédies humaines… Les soignants ont trop peu de masques pour se protéger, le FFP2 seuls à même de filtrer l’air surtout. Les surblouses manquent cruellement, de même que les surchaussures et les charlottes. C’est lamentable. Je sais que tout n’est pas de la responsabilité du gouvernement. On s’est plantés dans l’anticipation de la crise: ça a commencé sur Sarkozy, ça s’est poursuivi sous Hollande et ça a continué avec Macron. A la clinique Saint-Jean près de chez moi, on demande aux soignants de mettre les masques dans des sacs poubelles pour les réutiliser dans 10 jours en espérant que le virus sera mort. Parce que la direction n’est pas sûre d’être réapprovisionnée. Et quelqu’un m’a dit que c’était la même chose à l’hôpital de Melun, mais je n’ai pas pu le vérifier. En ce moment, c’est surtout ma casquette de conseiller départemental qui est utile. Là, on a des moyens, des services. Le député, il ne peut pas faire grand-chose… Notre département avait commandé des masques FFP2 et 700.000 masques chirurgicaux. Les FFP2 ont été réquisitionnés par l’État. C’est un scandale! 500.000 masques ont été donnés à l’ARS, l’Agence régionale de santé, et 200.000 ont été mis à disposition des conseillers départementaux pour les donner directement aux professionnels qui en manquent.

Donc vous avez distribué...

Les quartiers défavorisés ne respecteraient pas le confinement

dimanche 12 avril 2020 à 16:25

Alors que chez les privilégiés...

L'absence de respect des règles, c'est toujours chez les autres et il y a toujours un parangon de vertu pour accabler le voisin.

Banlieue - D.R.

Ça cogite ferme chez les éditocrates, les toutologues, les nouveaux experts en médecine et en virologie, et même chez les élus. Que faire des « quartiers sensibles » où, c'est une évidence, les gens sont rétifs à toute autorité, à toute règle... Dans ces terrains perdus de la république, où celle-ci a été grand-remplacée par la délinquance, comment faire respecter les règles du confinement ? Certains ont des idées, comme ces élus relayés par le Figaro qui s'adressent au premier ministre : « Afin que ce confinement puisse être pleinement respecté et face aux violences qui ont lieu lors des contrôles, nous souhaiterions connaître votre opinion sur le déploiement d’unités adaptées de l’armée dans un certain nombre de quartiers sensibles pour lesquels les forces de l’ordre ne sont plus assez nombreuses pour permettre à l’ordre républicain d’opérer. L’armée pourrait venir en appui de ces dernières, avec les règles d’engagement qui sont les siennes, tout en prévoyant une présomption de légitime défense pour les militaires, puisque les forces de l’ordre sont manifestement hors d’état de faire appliquer la loi ». Et voilà. C'était simple. Leur balancer l'armée, les chars, l'aviation s'ils résistent. Et s'ils résistent trop, leur tirer dessus en légitime défense...

Bien sûr il y a bien quelques journalopes islamo-gauchiasses pour rappeler que les quartiers pauvres, quelle que soit la ville et le pays, sont toujours les plus touchés par l'épidémie....

Visitez la chapelle Sixtine ou la cathédrale de Séville... sans touristes

dimanche 12 avril 2020 à 15:50

Des joyaux du patrimoine mondial sont accessibles en visite virtuelle 360°

Marre du confinement ? Notre balade virtuelle du jour vous propose d'aller à la rencontre de l'architecture de de l'art chrétien.

Chapelle Sixtine - Wikipedia - domaine public

En ce jour de Pâques, pourquoi ne pas aller se balader dans des églises ? Que l'on soit croyant ou pas, l'architecture et l'art sont souvent remarquables et font partie de notre patrimoine culturel. Les ressources disponibles sont nombreuses et pour la plupart d’entre elles, de qualité. J’aimerais commencer en vous conseillant un site Internet qui se décline aussi en une application pour Smartphones: www.belleseglises.com. C’est un retraité passionné de patrimoine Louis-Bertrand Raffour qui l'a créé. Lui et les internautes qui veulent s’associer à ce travail mettent à jour ces pages très bien documentées qui recensent des centaines de magnifiques églises de France quelles que soient leur taille ou leur style: ça va par exemple de l’église en pur style roman auvergnat de sainte Marie de Nasbinals sur la route de saint Jacques de Compostelle, jusqu’à l’immense cathédrale gothique sainte Croix d’Orléans, en passant par la chapelle Notre Dame de Clarté de Perros Guirrec, un écrin de granit de style flamboyant breton qui mêle tradition et modernité. En témoigne son chemin de croix réalisé par l’immense peintre Maurice Denis dans les années 30. Ce site est vraiment une mine d’or. Chacune des fiches proposées s’organise autour de l’histoire de l’édifice, des détails sur son architecture, sur les œuvres ou mobilier remarquable qu’il abrite, le tout associé à de nombreuses photos.

Tombeau de Christophe Colomb

J’aimerais aussi vous recommander une déambulation...

Des agents du ministère de l'éducation à Mayotte pourront porter des matraques

samedi 11 avril 2020 à 18:27

Équipes Mobiles de Sécurité à Mayotte - D.R.
Équipes Mobiles de Sécurité à Mayotte - D.R.
Voilà un intriguant décret passé inaperçu en période de coronavirus. Le 7 avril 2020, un décret publié au journal officiel précise l'autorisation de détention et de port d'armes pour les agents des équipes mobiles de sécurité du ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse dans le Département de Mayotte. "Le ministère de l'éducation nationale et de la jeunesse peut acquérir et détenir des matraques de type bâton de défense ou tonfa, matraques téléscopiques et tonfas téléscopiques, relevant de la catégorie D, en vue de leur remise aux agents des équipes mobiles de sécurité, qui exercent leurs missions dans le Département de Mayotte".

Premier point, qui sont ces équipes mobiles de sécurité du ministère de l'éducation nationale ? L'académie de Limoges nous donne un aperçu.

Les équipes mobiles de sécurité académiques ont principalement pour missions :

d'accompagner et aider les établissements en cas de fortes tensions ou en temps de crise liée à l'insécurité ; d'assurer la protection et la sécurité des personnes et des biens au sein des établissements et à leurs abords ; d'améliorer la prise en charge des élèves aux conduites problématiques. L'équipe de l'académie de Limoges comprend des personnes, aux profils et compétences complémentaires :

des personnels appartenant à l'Éducation nationale ; des spécialistes de la sécurité recrutés avec l'aide du ministère...