PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Presse et démocratie : l'effondrement

lundi 21 juin 2021 à 14:22

L'une se meurt doucement, l'autre mute dangereusement

Que conclure quand un quotidien national comme Libération ne tire plus qu'à 41.245 exemplaires ? Que penser d'un régime qui envoie des grenades sur des jeunes souhaitant organiser une rave party, mutilant à vie l'un d'entre eux ? La presse et la démocratie ont besoin l'une de l'autre.

Emmanuel Berthier, préfet de Bretagne, pour qui une intervention avec une main arrachée s'est déroulée "sans anicroche" - © Préfecture de Bretagne

Quel est le rôle de la presse dans une dictature ou un état policier ? Celui d'un outil de propagande. Que serait une démocratie sans presse indépendante ? Un régime qui se transformerait beaucoup plus vite en oligarchie, ou pire. On parle beaucoup, et à juste titre, d'effondrement pour évoquer une forme de fin du monde telle que nous la connaissons en raison des problématiques climatiques et économiques. Le capitalisme courant vers sa fin tout en dévorant aveuglément tout ce que la planète peut produire, jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien. Mais une démocratie sans presse ou une presse sans démocratie, conduiraient aussi assurément vers l'effondrement. Or, clairement, on assiste lentement mais très sûrement à l'effondrement des deux et nous restons pétrifiés, inactifs.

Les chiffres de la presse papier sont franchement pathétiques. Libération, par exemple a tiré en moyenne à 41.245 numéros au mois d'avril 2021 selon l'ACPM. En 2020, Libé avait 34.464 abonnés numériques. Dans les kiosques le journal se vendait à 10.937 exemplaires. Quelque 6.610 personnes étaient des abonnés individuels auxquels il faut ajouter 8.390 en portage. Le Monde, quotidien de référence ne va pas beaucoup mieux. En avril, le tirage quotidien moyen était de 135.871 exemplaires. Sur l'année 2020, la diffusion totale, y compris en accès numérique atteignait 393.109. Sur 67 millions de personnes en France...

Il faut dire que la presse a tout fait pour se saborder....

Les jardins partagés, plus que de la culture

jeudi 17 juin 2021 à 13:50

Le sociologue Damien Deville montre leur rôle social et politique

« Jardiner la ville en crise, penser une écologie de la précarité ». Dans son travail, le sociologue montre que les jardins familiaux sont des lieux permettant de renouveler les manières de créer du lien. Ils sont des espaces structurant de nouvelles opportunités et de nouveaux réseaux de relations.

Jardin familial - © Cyril Marcilhacy

Chercheur diplômé en développement territorial, en géographie et en anthropologie de la nature, Damien Deville a conduit une thèse qui lie jardins et précarité. Il est aussi engagé à Europe Écologie où il participe à l’animation de la «Mission territoire» auprès du Bureau exécutif du parti.

Vous avez conduit une thèse «Jardiner une ville en crise, penser une écologie de la précarité» en prenant pour exemple la ville d’Alès dans le Gard, pourquoi cette étude?

Damien Deville : Je me suis intéressé à la manière dont les jardins familiaux ont été produits au fil du temps, les liens qu’ils entretiennent avec la crise urbaine à Alès, et les différentes fonctions des jardins familiaux pour des familles en situation de précarité. Cette ancienne cité minière est confrontée à des difficultés sociales et économiques. Premières victimes de la désindustrialisation de la commune, les classes ouvrières sont soumises à différents niveaux de précarité. Certaines familles ont alors choisi de porter des projets de jardin dans la ville. Ma recherche a eu pour objectif de répondre à la question de recherche suivante: les jardins sont-ils des espaces permettant aux familles de s’adapter ou non à la précarité? J’avais pour hypothèse de départ que les personnes désirait un jardin familial pour des questions économiques, pour contribuer à l’autonomie alimentaire de leur famille.

Comment se positionne la ville d’Alès ?

A Alès, il y a deux types de jardins. Des jardins associatifs dont la surface...

Cocaïne : l'ambassade de France de Bogota était-elle toute blanche ?

mardi 15 juin 2021 à 10:30

Difficile de démêler les fils après les révélations du FBI...

Selon un document rendu public par le FBI des trafiquants auraient mis en place un système pour exporter 2 kilos de cocaïne par semaine via la valise diplomatique en Colombie. La France dément, les États-Unis se murent dans le silence.

Les photos échangées par les trafiquants - Document du FBI

Au détour d'un document rendu public la semaine dernière dans le cadre de l'enquête internationale Trojan Shield, un agent du FBI expliquait que des trafiquants avaient la possibilité d'exporter deux kilos de cocaïne chaque semaine (probablement vers l'Australie) via des enveloppes scellées de la valise diplomatique de l'ambassade de France à Bogota. Trojan shield a consisté à distribuer près de 12.000 téléphones à des groupes criminels, permettant des échanges chiffrés. De nombreux exemples d'utilisation de ces téléphones pour organiser des trafics étaient fournis dans ce document. Un seul évoquait la complicité possible de personnels d'une ambassade, c'est à dire, par rebond, d'un pays.

Voici le passage en question :

Le 23 mars 2020, l'utilisateur du JID 58f4a9, qui a été identifié par des messages An0m comme étant Baris Tukel, a demandé à l'utilisateur du JID cfdf8a, qui a été identifié comme étant Shane Geoffrey May, quel était le prix de la cocaïne en ce moment. Tukel a également demandé si May avait "cette adresse de building block" [Définition de building block]. May a répondu que la cocaïne se situait autour de 200.000 et a demandé à Tukel s'il avait des nouvelles. Tukel a écrit : "Ok, j'ai un petit boulot qui est apparu pour le building block", "Il y a 2 kg placés dans des enveloppes diplomatiques françaises scellées en provenance de Bogotta [sic]" et "Ils ont déjà reçu...

Marche des libertés à Paris : succès mitigé

samedi 12 juin 2021 à 20:00

Pas d'incidents et peu de monde

Ambiance bon enfant pour la manifestation contre l'extrême-droite à Paris ce samedi 12 juin. On était sans doute loin des 70.000 manifestants annoncés par les organisateurs mais bien au dessus des 9.000, selon la police.

Un peu de douceur dans un monde envahi par des brutes d'extrême-droite... - © Reflets

La place de la République n'était pas pleine en fin de manifestation samedi 12 juin. L'appel massif à marcher pour s'opposer aux idées d'extrême-droite qui s'affichent désormais sur toutes les ondes et dans la bouche d'à peu près tous les politiques, n'a pas été un véritable succès. Les organisateurs annonçaient 70.000 personnes, la police 9.000.

Il y avait plus de monde que pour la manifestation des policiers devant l'Assemblée Nationale et beaucoup moins de forces de l'ordre que lors de la manifestation en soutien aux Palestiniens. La décision du conseil d'État interdisant les nasses at-t-elle été entendue par le préfet ? Cette manifestation s'est déroulée dans le calme, sous le soleil, les forces de l'ordre restant, à Paris, très en retrait.

Fin de manifestation : le boulevard Magenta avec des manifestants épars de République à Gare de l'Est - © Reflets
Fin de manifestation : le boulevard Magenta avec des manifestants épars de République à Gare de l'Est - Reflets

L'éternel guitariste de l'extrême... - © Reflets
L'éternel guitariste de l'extrême... - Reflets

Logique... - © Reflets
Logique... - Reflets

Pas sûr que tout le monde ait un fasciste en lui... - © Reflets
Pas sûr que tout le monde ait un fasciste en lui... - Reflets

Douceur du mois de juin, contre l'extrême-droite, même les petites filles marchent. - © Reflets
Douceur du mois de juin, contre l'extrême-droite, même les petites filles marchent. - Reflets

Hasta la victoria, siempre. - © Reflets
Hasta la victoria, siempre. - Reflets

Fin de manifestation place de la République. - © Reflets
Fin de manifestation place de la République. - Reflets

En route pour le grand soir. - © Reflets
En route pour le grand soir. - Reflets

Darmanin : la recherche du problème sécuritaire à tout prix

vendredi 11 juin 2021 à 18:42

L'enquête GENESE va-t-elle remplacer une précédente qui ne « donnait pas satisfaction » ?

Le rapport d’enquête « Cadre de vie et sécurité » 2019 qui abordait les questions de "ressenti" de sécurité jusqu'ici, ne place pas la sécurité comme un problème important pour les Français. Est-ce pourquoi l'enquête GENESE est lancée ? Darmanin ordonne par ailleurs un audit en quelques jours sur « la situation du pays en matière de faits violents ». Une obsession ?

Gerald Darmanin - D.R.

Comme nous le faisait remarquer en commentaire un lecteur après notre article sur l'enquête GENESE, le rapport d’enquête « Cadre de vie et sécurité » 2019 abordait la question du ressenti des problèmes de sécurité et il ne s'agit pas d'une priorité pour les Français, loin de là. En 2019, lorsque le ministère de l'Intérieur interroge les Français sur ce sujet, la délinquance arrive en sixième position sur huit comme « problème le plus préoccupant dans la société française ». Loin derrière le terrorisme bien entendu, la pauvreté, le chômage, l'environnement ou la santé.

« La "préoccupation sécuritaire" hors attentats – mesurée comme la proportion de personnes ayant désigné la délinquance comme le problème le plus préoccupant de la société – est très peu influencée par les caractéristiques personnelles des répondants. Hommes ou femmes, quel que soit l’âge, le statut d’activité, le niveau de vie ou le lien à la migration, la proportion de personnes considérant la délinquance comme le problème le plus préoccupant de la société française est dans la moyenne, sauf parmi les étudiants et élèves où elle est plus faible (7% en 2019). Le lieu d’habitation en revanche impacte légèrement les réponses : les personnes vivant en Île-de-France, Centre-Val-de-Loire et Provence-Alpes-Côte-d’Azur ainsi que celles vivant dans les quartiers prioritaires de la ville placent plus souvent que la moyenne la délinquance en tête des problèmes les plus préoccupants. L’...