PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Ennemis de la République...

jeudi 24 juin 2021 à 23:50

Ces régionales ont ouvert la course aux présidentielles. La campagne devrait être particulièrement éprouvante pour les Français.

Cette échéance a permis de donner une idée du paysage politique de la France en cette dernière année du mandat d'Emmanuel Macron. Le parti présidentiel a pris une baffe mémorable avec une moyenne nationale de 10,6%. La grande gagnante est l'abstention qui représente 66,1% des votants, du jamais vu sous la 5ᵉ République. Et le second tour, sans grands défis, ne devrait pas apporter un surcroit de mobilisation.

Image initialement twittée par Julien Bayou, très vite reprise par les détracteurs de l'alliance de gauche en Île-de-France

Une région néanmoins semble attire les regards. En Île-de-France, les candidats de gauche, Clémentine Autain soutenue par la France Insoumise (10,23%) et Audrey Pulvar soutenue par le PS (11,07%) se sont ralliés derrière la candidature de Julien Bayou (12,97%). Cette alliance pourrait devenir un modèle pour une gauche déboussolée en quête d'une voie pour 2022. Une alliance très à gauche, avec une Audrey Pulvar en froid avec son parti, notamment pour ses positions sur les réunions non mixtes et une Clémentine Autain plébiscitée par une bonne partie de l'électorat insoumis et plus généralement de gauche. Pour EELV, un retour au réel avec l'absence de ces voix que le résultat des élections européennes semblait leur promettre.

Et à en croire les réactions de leurs adversaires politiques, cette alliance est le mal à abattre.

Sur France Inter, Valerie Pécresse a dénoncé une "gauche sectaire et radicale" et a appelé à : "tout faire pour faire barrage à cette alliance qui a perdu sa boussole républicaine".

"La FI a dépassé le pacte républicain" "Ils défendent les réunions racisées, n'ont pas voté la charte de la laïcité, refusent l’interdiction du burkini, défendent une écologie punitive" "Ils provoqueraient une faillite économique et républicaine dans la région."

Jean Paul Huchon, ancien ministre socialiste et ancien président de la région a appelé à combattre cette alliance et annoncé qu'il votera "...

Une antisèche sur la garde-à-vue pour le patron du JDD

mercredi 23 juin 2021 à 14:08

La rédaction du Journal du Dimanche aurait-elle de l'humour ou voudrait-elle coacher son patron Hervé Gattegno ? Alors que le directeur des rédactions de Paris-Match et du Journal du Dimanche est englué dans l'affaire Sarkozy - Takieddine - Mimi Marchand, dans sa newsletter quotidienne Le Journal de Demain datée du 17 juin, la rubrique "L'antisèche" est titrée : "Au fait, qu'est-ce qu'une garde-à-vue ?"

Hervé Gattegno ferait effectivement bien de réviser... Cet ardent défenseur de Sarkozy avait envoyé un journaliste de Paris-Match recueillir le revirement de Takieddine concernant le versement d'argent par Kadhafi à Nicolas Sarkozy. Mais la Justice soupçonne que ce changement de version aurait été obtenu contre argent sonnant et trébuchant et que tout cela serait une opération de com. En langage judiciaire, on parle de subornation de témoin.

Ce coup fourré présumé vaut à cinq personnes d'être mises en examen et à Mimi Marchand de dormir en prison pour avoir enfreint son contrôle judiciaire. Un contrôle judiciaire qui leur interdit entre autres de rencontrer... Hervé Gattegno. Pour l'instant, ce dernier n'a pas été inquiété. Mais une antisèche sur la garde à vue semble effectivement bienvenue.

Une antisèche bien pratique qui tombe à point
Une antisèche bien pratique qui tombe à point

Le numérique serait un puissant antivirus : la piqûre du Sénat qui fait très mal

mardi 22 juin 2021 à 10:52

Un rapport qui manie très bien la désinformation et le solutionnisme technologique

La délégation sénatoriale à la prospective a pour mission d'éclairer les consciences sur les transformations de la société et de l'économie. L'un des derniers rapports présenté vient d'élever le numérique au rang de solution vaccinale. Décryptage d'une vision très décomplexée de la pandémie…

Les spécialistes en apprennent tous les jours sur la maladie, mais là, c'est gonflé ! - © Reflets

Recours aux outils numériques dans la prévention et la gestion des pandémies, le titre de l'étude initiale ne laissait planer aucun doute sur l'angle choisi ou la teneur du débat. Un singulier avant-propos en précisait même les contours: « Le recours à des techniques plus intrusives (…) serait la contrepartie d'une liberté retrouvée plus vite ».

V1: une première version sans fard pour la conférence de presse - Capture écran
V1: une première version sans fard pour la conférence de presse - Capture écran

Sitôt présentée à la presse, sitôt revue et corrigée, cette version V1 fut remplacée par une V2 grand public, à peine moins agressive. Les sénateurs ayant sans doute jugé utile d'ajouter un peu d'eau dans leur vin pour éviter d'enflammer les réseaux sociaux. L'intitulé du rapport s'est adouci de vertus libertaires : Crises sanitaires et outils numériques, répondre avec efficacité pour retrouver nos libertés. Et chacun s'empressa de rappeler que si la délégation à la prospective prospectait, les prospectives n'avaient aucune portée législative.

V2: la seconde version un tantinet moins agressive - Capture écran
V2: la seconde version un tantinet moins agressive - Capture écran

Conscients des limites de l'exercice, les trois rapporteurs, Véronique Guillotin, Christine Lavarde et René-Paul Savary, ont malgré tout souhaité frapper haut et fort: « Nous avons fait le choix d’une proposition volontairement provocatrice ». Reste que quelques esprits chagrins de la presse n'ont pas compris de quoi il retournait vraiment. Mais enfin, comment fallait-il leur expliquer à tous ces...

Presse et démocratie : l'effondrement

lundi 21 juin 2021 à 14:22

L'une se meurt doucement, l'autre mute dangereusement

Que conclure quand un quotidien national comme Libération ne tire plus qu'à 41.245 exemplaires ? Que penser d'un régime qui envoie des grenades sur des jeunes souhaitant organiser une rave party, mutilant à vie l'un d'entre eux ? La presse et la démocratie ont besoin l'une de l'autre.

Emmanuel Berthier, préfet de Bretagne, pour qui une intervention avec une main arrachée s'est déroulée "sans anicroche" - © Préfecture de Bretagne

Quel est le rôle de la presse dans une dictature ou un état policier ? Celui d'un outil de propagande. Que serait une démocratie sans presse indépendante ? Un régime qui se transformerait beaucoup plus vite en oligarchie, ou pire. On parle beaucoup, et à juste titre, d'effondrement pour évoquer une forme de fin du monde telle que nous la connaissons en raison des problématiques climatiques et économiques. Le capitalisme courant vers sa fin tout en dévorant aveuglément tout ce que la planète peut produire, jusqu'à ce qu'il ne reste plus rien. Mais une démocratie sans presse ou une presse sans démocratie, conduiraient aussi assurément vers l'effondrement. Or, clairement, on assiste lentement mais très sûrement à l'effondrement des deux et nous restons pétrifiés, inactifs.

Les chiffres de la presse papier sont franchement pathétiques. Libération, par exemple a tiré en moyenne à 41.245 numéros au mois d'avril 2021 selon l'ACPM. En 2020, Libé avait 34.464 abonnés numériques. Dans les kiosques le journal se vendait à 10.937 exemplaires. Quelque 6.610 personnes étaient des abonnés individuels auxquels il faut ajouter 8.390 en portage. Le Monde, quotidien de référence ne va pas beaucoup mieux. En avril, le tirage quotidien moyen était de 135.871 exemplaires. Sur l'année 2020, la diffusion totale, y compris en accès numérique atteignait 393.109. Sur 67 millions de personnes en France...

Il faut dire que la presse a tout fait pour se saborder....

Les jardins partagés, plus que de la culture

jeudi 17 juin 2021 à 13:50

Le sociologue Damien Deville montre leur rôle social et politique

« Jardiner la ville en crise, penser une écologie de la précarité ». Dans son travail, le sociologue montre que les jardins familiaux sont des lieux permettant de renouveler les manières de créer du lien. Ils sont des espaces structurant de nouvelles opportunités et de nouveaux réseaux de relations.

Jardin familial - © Cyril Marcilhacy

Chercheur diplômé en développement territorial, en géographie et en anthropologie de la nature, Damien Deville a conduit une thèse qui lie jardins et précarité. Il est aussi engagé à Europe Écologie où il participe à l’animation de la «Mission territoire» auprès du Bureau exécutif du parti.

Vous avez conduit une thèse «Jardiner une ville en crise, penser une écologie de la précarité» en prenant pour exemple la ville d’Alès dans le Gard, pourquoi cette étude?

Damien Deville : Je me suis intéressé à la manière dont les jardins familiaux ont été produits au fil du temps, les liens qu’ils entretiennent avec la crise urbaine à Alès, et les différentes fonctions des jardins familiaux pour des familles en situation de précarité. Cette ancienne cité minière est confrontée à des difficultés sociales et économiques. Premières victimes de la désindustrialisation de la commune, les classes ouvrières sont soumises à différents niveaux de précarité. Certaines familles ont alors choisi de porter des projets de jardin dans la ville. Ma recherche a eu pour objectif de répondre à la question de recherche suivante: les jardins sont-ils des espaces permettant aux familles de s’adapter ou non à la précarité? J’avais pour hypothèse de départ que les personnes désirait un jardin familial pour des questions économiques, pour contribuer à l’autonomie alimentaire de leur famille.

Comment se positionne la ville d’Alès ?

A Alès, il y a deux types de jardins. Des jardins associatifs dont la surface...