PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Cocaïne : l'ambassade de France de Bogota était-elle toute blanche ?

mardi 15 juin 2021 à 10:30

Difficile de démêler les fils après les révélations du FBI...

Selon un document rendu public par le FBI des trafiquants auraient mis en place un système pour exporter 2 kilos de cocaïne par semaine via la valise diplomatique en Colombie. La France dément, les États-Unis se murent dans le silence.

Les photos échangées par les trafiquants - Document du FBI

Au détour d'un document rendu public la semaine dernière dans le cadre de l'enquête internationale Trojan Shield, un agent du FBI expliquait que des trafiquants avaient la possibilité d'exporter deux kilos de cocaïne chaque semaine (probablement vers l'Australie) via des enveloppes scellées de la valise diplomatique de l'ambassade de France à Bogota. Trojan shield a consisté à distribuer près de 12.000 téléphones à des groupes criminels, permettant des échanges chiffrés. De nombreux exemples d'utilisation de ces téléphones pour organiser des trafics étaient fournis dans ce document. Un seul évoquait la complicité possible de personnels d'une ambassade, c'est à dire, par rebond, d'un pays.

Voici le passage en question :

Le 23 mars 2020, l'utilisateur du JID 58f4a9, qui a été identifié par des messages An0m comme étant Baris Tukel, a demandé à l'utilisateur du JID cfdf8a, qui a été identifié comme étant Shane Geoffrey May, quel était le prix de la cocaïne en ce moment. Tukel a également demandé si May avait "cette adresse de building block" [Définition de building block]. May a répondu que la cocaïne se situait autour de 200.000 et a demandé à Tukel s'il avait des nouvelles. Tukel a écrit : "Ok, j'ai un petit boulot qui est apparu pour le building block", "Il y a 2 kg placés dans des enveloppes diplomatiques françaises scellées en provenance de Bogotta [sic]" et "Ils ont déjà reçu...

Marche des libertés à Paris : succès mitigé

samedi 12 juin 2021 à 20:00

Pas d'incidents et peu de monde

Ambiance bon enfant pour la manifestation contre l'extrême-droite à Paris ce samedi 12 juin. On était sans doute loin des 70.000 manifestants annoncés par les organisateurs mais bien au dessus des 9.000, selon la police.

Un peu de douceur dans un monde envahi par des brutes d'extrême-droite... - © Reflets

La place de la République n'était pas pleine en fin de manifestation samedi 12 juin. L'appel massif à marcher pour s'opposer aux idées d'extrême-droite qui s'affichent désormais sur toutes les ondes et dans la bouche d'à peu près tous les politiques, n'a pas été un véritable succès. Les organisateurs annonçaient 70.000 personnes, la police 9.000.

Il y avait plus de monde que pour la manifestation des policiers devant l'Assemblée Nationale et beaucoup moins de forces de l'ordre que lors de la manifestation en soutien aux Palestiniens. La décision du conseil d'État interdisant les nasses at-t-elle été entendue par le préfet ? Cette manifestation s'est déroulée dans le calme, sous le soleil, les forces de l'ordre restant, à Paris, très en retrait.

Fin de manifestation : le boulevard Magenta avec des manifestants épars de République à Gare de l'Est - © Reflets
Fin de manifestation : le boulevard Magenta avec des manifestants épars de République à Gare de l'Est - Reflets

L'éternel guitariste de l'extrême... - © Reflets
L'éternel guitariste de l'extrême... - Reflets

Logique... - © Reflets
Logique... - Reflets

Pas sûr que tout le monde ait un fasciste en lui... - © Reflets
Pas sûr que tout le monde ait un fasciste en lui... - Reflets

Douceur du mois de juin, contre l'extrême-droite, même les petites filles marchent. - © Reflets
Douceur du mois de juin, contre l'extrême-droite, même les petites filles marchent. - Reflets

Hasta la victoria, siempre. - © Reflets
Hasta la victoria, siempre. - Reflets

Fin de manifestation place de la République. - © Reflets
Fin de manifestation place de la République. - Reflets

En route pour le grand soir. - © Reflets
En route pour le grand soir. - Reflets

Darmanin : la recherche du problème sécuritaire à tout prix

vendredi 11 juin 2021 à 18:42

L'enquête GENESE va-t-elle remplacer une précédente qui ne « donnait pas satisfaction » ?

Le rapport d’enquête « Cadre de vie et sécurité » 2019 qui abordait les questions de "ressenti" de sécurité jusqu'ici, ne place pas la sécurité comme un problème important pour les Français. Est-ce pourquoi l'enquête GENESE est lancée ? Darmanin ordonne par ailleurs un audit en quelques jours sur « la situation du pays en matière de faits violents ». Une obsession ?

Gerald Darmanin - D.R.

Comme nous le faisait remarquer en commentaire un lecteur après notre article sur l'enquête GENESE, le rapport d’enquête « Cadre de vie et sécurité » 2019 abordait la question du ressenti des problèmes de sécurité et il ne s'agit pas d'une priorité pour les Français, loin de là. En 2019, lorsque le ministère de l'Intérieur interroge les Français sur ce sujet, la délinquance arrive en sixième position sur huit comme « problème le plus préoccupant dans la société française ». Loin derrière le terrorisme bien entendu, la pauvreté, le chômage, l'environnement ou la santé.

« La "préoccupation sécuritaire" hors attentats – mesurée comme la proportion de personnes ayant désigné la délinquance comme le problème le plus préoccupant de la société – est très peu influencée par les caractéristiques personnelles des répondants. Hommes ou femmes, quel que soit l’âge, le statut d’activité, le niveau de vie ou le lien à la migration, la proportion de personnes considérant la délinquance comme le problème le plus préoccupant de la société française est dans la moyenne, sauf parmi les étudiants et élèves où elle est plus faible (7% en 2019). Le lieu d’habitation en revanche impacte légèrement les réponses : les personnes vivant en Île-de-France, Centre-Val-de-Loire et Provence-Alpes-Côte-d’Azur ainsi que celles vivant dans les quartiers prioritaires de la ville placent plus souvent que la moyenne la délinquance en tête des problèmes les plus préoccupants. L’...

La ZAD du L.I.E.N reprend le maquis

jeudi 10 juin 2021 à 16:00

La sortie du déconfinement, c'est aussi le déconfinement des luttes

Sur un terrain privé niché au cœur de la garrigue du nord de Montpellier, les collectifs "SOS Oulala" et "Gare aux garrigues" ont organisé un week-end de rencontres nommé "Confluence des luttes du sud". Les gens recherchent les moindres coins d'ombres et récupèrent des soirées du samedi. L'assemblée prévue à 15 h ne s'est étrangement pas tenue. Mais des groupes, de-ci, de-là, semblent s'assembler à l'arrière-plan. Reportage.

Les ruines de la M.E.R, la première occupation réalisée dans le cadre de la ZAD du L.I.E.N

Dimanche 6 juin. Le rappeur sur scène vient de finir son chant en Occitan. Il laisse passer les applaudissements et enchaine sur un autre texte.

Je bosse avec les mots avec ou sans dents

Poisson barbare ascendant

Les pieds dans l'eau de l'Hérault, la gueule de barbe

Ne tarde pas à perdre le nord et à me mettre à parler dans ma barbe

Garde le Sud pour me rappeler qu'il n'y a pas d'identité sans massacres

Pas d'histoires sans guerres ni débâcles

Depuis quelques mois, la ZAD du L.I.E.N est en sous-marin. Sa première forme était la M.É.R, "Maison de l'écologie et des résistances", une petite bâtisse expropriée et vouée à la destruction puis réoccupée le 6 octobre 2020 par le collectif "SOS Oulala". Une initiative qui n'avait pas dû plaire au préfet malgré les appels à l'union nationale de Macron face au nouveau confinement.

Un occupant d'alors témoigne :

Le matin du 22 octobre vers 6 heures, des forces commando, équipées de béliers et de fusils mitrailleurs, ont encerclé la M.É.R et lancé un assaut violent, sans sommations, en défonçant les portes, contre dix militant·es écologistes non-violent·es, encore endormi·es en sous-vêtements dans leurs sacs de couchage.

Cathy, membre du collectif ajoute dans un témoignage à La Mule Du Pape :

Face à cette non-violence, quelle a été la réponse apportée ? Des hommes armés qui au petit matin, défoncent les portes, défoncent les barres de bois. […] Je me suis rendue dans...

An0m : si tu ne peux pas casser le chiffrement, fabrique le chiffrement

mercredi 9 juin 2021 à 09:29

Le FBI et une coalition internationale ont offert aux malfaiteurs une app chiffrée

Bilan des courses : 800 arrestations dont six policiers corrompus, 32 tonnes de drogue saisies, des armes, des millions de dollars... Et on apprend au passage que la valise diplomatique de l'ambassade de France en Colombie a servi à envoyer de la cocaïne. C'est définitivement une semaine d'annonces chargée pour le ministère de la Justice américain.

An0m avant que le site ne soit "saisi" par le FBI

Après avoir médiatisé lundi la saisie d'un portefeuille de bitcoins du groupe DarkSide, qui avait paralysé Colonial Pipeline, le ministère de la justice américain a refait un « live » mardi. Cette fois, le ministère et le FBI ont annoncé avoir fourni à des milliers de criminels un système leur permettant -pensaient-ils- de communiquer de manière sécurisée. En quelque sorte, le FBI et des dizaines d'autres pays, ont choisi, non pas de casser la cryptographie utilisée par les criminels, mais de leur construire un système supposément sûr alors qu'en fait, les autorités lisaient tout en clair en temps réel.

L'Australie, mais aussi de nombreux pays européens étaient associés à ce projet et Europol a publié un communiqué de presse sur le sujet :

« Le FBI, la police nationale néerlandaise (Politie) et l'autorité policière suédoise (Polisen), en coopération avec la Drug Enforcement Administration (DEA) américaine et 16 autres pays, ont mené avec le soutien d'Europol l'une des opérations répressives les plus importantes et les plus sophistiquées à ce jour dans la lutte contre les activités criminelles chiffrées.

Depuis 2019, le Federal Bureau of Investigation, en étroite coordination avec la police fédérale australienne, a développé et exploité secrètement une entreprise de dispositifs chiffrés, appelée An0m. Celle-ci s'est développée jusqu'à fournir un service à plus de 12.000 téléphones théoriquement inviolables pour plus de 300 groupes...