PROJET AUTOBLOG


Reflets

Site original : Reflets

⇐ retour index

Reflets va produire des documentaires d'investigation

lundi 11 mars 2019 à 11:57

Nous comptons sur votre soutien

Les cases pour l'investigation à la télévision disparaissent. Dans ce cas, pourquoi ne pas faire nous-mêmes et porter à l'écran des sujets qui nous tiennent à coeur ?

Campagne de crowdfunding Reflets - Extra Muros

Lorsque nous avons créé ce journal avec Bluetouff, nous avons fait de Reflets un terrain d'expérimentation. Partir de rien avec un budget de zéro euro et faire de Reflets un journal en ligne qui compte dans le paysage, c'était un pari un peu fou et nous savions que nous allions tâtonner, essayer des choses qui marcheraient, ou pas. Nous avons publié près de 3000 articles depuis 2011, diffusé plusieurs heures d'émissions de radio creusant des thématiques en profondeur. Nous avons mis des lolcats dans des papiers sérieux.

De la même manière que nous avions créé Reflets parce que nous n'étions pas satisfaits à titre personnel du paysage de la presse, nous avons constaté avec le collectif de pigistes Extra Muros [Full disclosure : Antoine Champagne est membre de ce collectif] qu'il y a de moins en moins de cases pour l'investigation en télévision. Tout comme nous avions conclu avec Bluetouff qu'il suffisait de faire un journal pour combler les manques, nous avons décidé avec Extra Muros de produire des documentaires d'investigation.

Ils seront diffusés en libre accès via Reflets.info et Thinkerview (et peut être d'autres sites, on en discute actuellement). Nous pensons qu’il y a une vraie demande, à laquelle la télé traditionnelle ne répond plus. Reste à voir si l'enthousiasme naîtra avec notre premier documentaire… Pour le financer, nous lançons une campagne de crowdfunding. Nous espérons que vous souhaiterez devenir des acteurs de...

Paroles de femmes françaises évacuées de Baghouz

lundi 4 mars 2019 à 19:19

Elles veulent rentrer en France

A Baghouz, sur un demi kilomètre carré, les combattants de Daesh sont encerclés. Ces deux derniers mois, environ 6000 personnes en sont sorties. Il y a dix jours, les FDS ont capté quelques mots de femmes de djihadistes français.

Femme française à Baghouz - Copie d'écran - D.R.

Il y a une petite dizaine de jours, les camions qui évacuent les civils et les combattants de Daesh de Baghouz, retranchés sur un demi-kilomètre carré, ont déposé quelques femmes françaises et leurs enfants.

Les Forces démocratiques syriennes, en l'occurence des Kurdes, ont capté quelques images de ces convois. Liseron Boudoul, reporter de guerre, nous a fait parvenir cette parole brute. Les femmes arrivent en camion, sont séparées des hommes et restent avec leurs enfants. Elles sont ensuite réparties dans des camps. Les conditions de vie sont très dures. Pas assez de tentes, le froid, la pluie.

Dans les deux dernières vidéos, vous découvrirez deux femmes. L'une dit avoir suivi son mari, l'autre dit être venue seule. Selon elles, les conditions sanitaires à Baghouz sont déplorables et elles n'aspirent qu'à rentrer en France pour vivre une vie normale avec leurs enfants.

Ceci étant, Baghouz étant considéré en ce moment comme le dernier bastion de Daesh, il s'agit probablement des femmes de combattants endurcis qui sont soit restés jusqu'à la fin (qui approche à grand pas), soit sont morts dans les combats. C'est à dire les jusqu'au-boutistes. "Nous on veut rien faire de mal, on ne veut pas faire d'attentats ou quoi, on veut juste retrouver une vie paisible". Comme si elles découvraient en 2019 que Daesh n'est pas un environnement paisible pour élever des enfants.

Le retour en France des "revenants" n'est...

La démocratie comme outil de consentement

vendredi 1 mars 2019 à 15:56

Oyez, imbéciles, les experts vont vous expliquer…

Il n'y a pas d'alternative à la mondialisation effrénée et au néo-libéralisme. Estimez-vous heureux, vous avez la "démocratie" en échange...

Margaret Thatcher - D.R.

Le nouveau monde voulu par Emmanuel Macron a comme un air de déjà-vu. Celui défini au siècle dernier par Margaret Thatcher : « there is no alternative » (TINA). Il n’y a pas d’alternative à une économie de marché, au capitalisme, et par extension à la doxa néo-libérale. Il faudrait « réformer » pour « s’adapter » parce que « le monde change » avec « la mondialisation ». Faut-il réformer juste pour réformer ? Cette injonction à réformer, tous les politiques la font leur. Mais finalement, est-ce vraiment nécessaire ? Ne peut-on conserver ce qui fonctionne ? Est-il vrai que tout doive-t-être réformé ? Ne reste-t-il rien qui fonctionne ? Peut-on réformer « autrement » ? Vers plus de solidarité, d’économie locale ?

La démocratie semble finalement être devenue un outil de consentement des masses : vous avez la démocratie, maintenant, laissez-nous gouverner et réformer comme il nous plaît, semblent dire les hommes et les femmes politiques. C’est pour votre bien. Nous savons ce qui est bon pour vous.

L’exemple le plus frappant et le plus récent de ce sentiment d’omniscience a été donné par Gilles Le Gendre, le patron des députés La république en Marche le 17 décembre 2018 sur le plateau de Public Sénat. En pleine crise des gilets jaunes, Gilles Le Gendre a tranquillement expliqué que le gouvernement n'avait pas « suffisamment expliqué » et qu’il payait le fait « d'avoir probablement été trop intelligent, trop subtil, trop technique dans les mesures de pouvoir d'achat »...

Grand débat : le Secours Catholique donne la parole aux plus démunis

mercredi 20 février 2019 à 11:49

Quand les "oubliés" s'expriment

Le Secours Catholique avait prévu de faire remonter la parole des plus démunis à l'occasion du mouvement des gilets jaunes. C'est finalement dans le cadre du grand débat national que cela a été organisé. Reportage.

Grand débat national à Selles-sur-Cher - Denis Meyer - Reproduction interdite

Le 22 janvier dernier, la neige n’a pas pas découragé les bénéficiaires et les bénévoles du Secours Catholique de Selles-sur-Cher, une petite commune de 4600 habitants du Loir-et-Cher. Il sont environ vingt-cinq à participer à l'une des multiplies propositions de l’association proposées dans toute la France.

Au siège de l’ONG, le mouvement des Gilets Jaunes n’est pas passé inaperçu, bien avant l’idée de grand débat national. « Nos délégations nous ont fait remonter que des bénéficiaires et des bénévoles de notre association étaient engagés ou soutenaient les Gilets Jaunes, raconte Claude Bobey, son directeur animation et engagement. Nous avons décidé de faire une proposition d’animation à toutes nos délégations pour que la parole des plus pauvres soient prise en compte. Et puis est venue cette idée de débat national. Donc on s’est greffé dessus. Car nous craignions que les plus démunis ne se rendent pas dans les rencontres en mairie. »

Eve Casanova, la déléguée départementale, a fait le déplacement pour animer le débat. Sur le paperboard, elle écrit au feutre bleu : « En quoi ce qui s’exprime dans le mouvement social actuel me concerne et me touche dans mon quotidien ? »

« On est des oubliés ici, lance Agnès. Pour le transport notamment. C’est un frein pour tout le reste de notre vie. » La question de l’égalité dans ce département rural est au centre des préoccupations.

Pour ce public plutôt âgé ou souffrant de handicap, l’accès aux soins est un vrai problème « Depuis...

Emmanuel Macron a déjà enterré le mouvenent des gilets jaunes

mardi 19 février 2019 à 23:55

Ce qui est une erreur politique majeure

Le président est persuadé que le mouvement va mourir et qu'il suffit de tenir. En refusant de trouver une solution politique, en jouant le pourrissement, Emmanuel Macron prépare simplement la prochaine crise qui sera pire que celle-ci.

Le guitariste de l'extrême - © Reflets

C'est plié. Si l'on en croit les indiscrétions publiées dans le Canard Enchaîné de ce mercredi 20 février, Emmanuel Macron et derrière lui tous ses soutiens, sont persuadés que le mouvement des gilets jaunes est sur sa fin. Le fin stratège de l'Elysée estime que les dérapages des figures visibles du mouvement, l'infiltration des manifestations par les extrêmes, de gauche, de droite et par les black blocs, les violences et les dérives antisémites prononcées de certains gilets jaunes, vont signer le mort du mouvement. Le tout étant de tenir le temps nécessaire.

Ce gros con, lui, a tort... - © Reflets
Ce gros con, lui, a tort... - Reflets

Macron ne veut plus faire la distinction entre les bons et les mauvais gilets jaunes. « Les gens qui continuent a manifester sont les plus radicalises, a-t-il dit a ses troupes. Ce sont des gens politises, conduits par des extremistes de droite et de gauche. Il ne faut pas mollir face a eux. » Meme reaction du president de lʼAssemblee, Richard Ferrand : « Il faut qu'on sorte de lʼidee qu'il y a les gentils gilets jaunes et les casseurs. Dans les manifestations du samedi, il ya des casseurs et leurs complices. »

Ces analyses subtiles vont se transformer en éléments de langage pour toute la macronie, selon le Canard Enchaîné.

C'est déjà un peu le cas. Cela fait plusieurs semaines que Christophe Castaner, Laurent Nuñez ou Benjamin Griveaux, instrumentalisent les violences ou les actes antisémites en tenant de réduire le mouvement des gilets jaunes à...