PROJET AUTOBLOG


Crowd42

Site original : Crowd42

⇐ retour index

Quelques exemples d’utilisation de la commande cat

lundi 9 septembre 2013 à 04:09

gtermCat est une des commandes Unix les plus populaires et utilisées. Elle permet de concaténer plusieurs fichiers et afficher leurs contenus. Mais certaines personnes abusent de l’utilisation de cat et tombe dans le useless use of cat (utilisations inutiles de cat). Ce qui a tendance à irriter les puristes, à tel point qu’un prix fut créé pour récompenser les utilisations les plus inutiles !

Dans ce petit tutoriel, je vais vous exposer quelques exemples d’utilisation de cat, certains d’entre eux sont clairement des UUOC, c’est fait exprès pour vous montrer l’étendue des possibilités qu’offre cat, même les plus mauvaises.

Afficher le contenu d’un fichier

C’est l’utilisation basique et la plus répandue de cat :

$ cat fichier.txt

Pareil pour afficher le contenu de deux fichiers :

$ cat fichier1.txt fichier2.tx

Créer un nouveau fichier

Vous pouvez utiliser cat pour créer un nouveau fichier et remplacer son contenu s’il existe :

$ cat >nouveau_fichier.txt
Hello World

Attention, si ce fichier existe déjà, son contenu sera écrasé et remplacer par celui que vous venez de saisir ! Donc pour écrire à la fin du fichier, on utilise plutôt le signe de redirection >>, comme le montre l’exemple suivant :

$ cat >>nouveau_fichier.txt
nouveau texte

Ce qui donne :

$ cat nouveau_fichier.txt
Hello world
nouveau texte

Concaténer deux fichiers

Vous avez deux fichiers hello.txt et world.txt et vous souhaitez les concaténer dans un seul fichier ? Pas de problème, il suffit d’exécuter la ligne de commande suivante :

$ cat hello.txt world.txt > hello_world.txt
$ cat hello_world.txt
hello
world

Numérotation des lignes d’un fichier

Cat permet aussi d’afficher les lignes d’un fichier précédées de leurs numéros :

$ cat - n fichier.txt
1 Hello World
2 ceci est un exemple
3 blabla

Si fichier.txt contient des lignes vides, on peut indiquer à cat de les ignorer :

$ cat -b fichier.txt
1 Hello World
2 ceci est un exemple

3 blabla

Afficher le nombre total des lignes

On peut se servir de cat pour afficher le nombre des lignes dans un fichier, en dirigeant son résultat dans la commande wc :

$ cat fichier.txt | wc -l
100

Ou encore pour afficher le nombre total des caractères :

$ cat fichier | wc -c
1200

Ne pas afficher les sauts de ligne vide inutiles

Si votre fichier contient des sauts de lignes vides répétitifs et que vous souhaitez ne pas les afficher en exécutant cat, l’option -s permet de ne pas les afficher. Supposant par exemple que notre fichier.txt ressemble à ça :

bla blabla

blablabla

blabla bla

Le résultat de notre commande devrait ressembler à ça :

cat -sn fichier.txt
bla blabla

blablabla

blabla bla

Voilà, ce sont quelques exemple très basique d’utilisation de cat. Bien évidemment, je vous encourage à lire le manuel de la commande, afin de découvrir toutes les options et possibilité qu’elle offre

Cet article Quelques exemples d’utilisation de la commande cat est apparu en premier sur crowd42.

Supprimer un fichier définitivement de votre ordinateur sur Debian GNU/Linux et Ubuntu

mercredi 28 août 2013 à 04:43

Quand vous supprimez un fichier de votre ordinateur, et même en vidant la corbeille ou formatant le disque dur, ce dernier en garde toujours une trace. C’est d’ailleurs grâce à ça que des outils permettent de récupérer les données que vous avez perdu ou effacer par erreur.

Mais parfois, on tient à ce que le fichier qu’on vient de supprimer ne soit plus récupérable. C’est le cas par exemple quand on vend notre ordinateur, ou quand vous travaillez sur une machine qui n’est pas la votre, vous aimerez bien ne laissez pas de document sensible derrière vous. Heureusement, plusieurs logiciels qui permettent d’effectuer cette tâche existent sur la toile, parmi eux Nautilus Wipe et Shred

Mais avant de vous parler de Nautilus Wipe et de Shred, une petite explication -sans rentrer dans les détails techniques -s’impose. Quand vous supprimez un fichier de votre disque dur, ce dernier ne supprime que la référence vers le fichier et garde son contenu intact, et continuera à le faire, jusqu’à ce que l’espace où il est sauvegardé, soit réutilisé. En fait, il faut réécrire dans l’espace occupé par ledit fichier plusieurs fois, afin d’être sûr qu’il n’y a plus de trace de lui sur le disque dur !

Nautilus Wipe et Shred agissent à peu près de la même façon. Le premier est une extension pour le gestionnaire de fichiers Nautilus, un paquet est disponible dans les dépôts de Debian GNU/Linux et Ubuntu.

apt-get install nautilus-wipe

Après l’installation, lancez Nautilus et sélectionnez le ou les fichiers que vous voulez supprimer, faites un clic droit puis “Ecraser” :

nautilus-wipe

Avant de confirmer l’action, vous pouvez modifier quelques options :

nautilus-wipe

Nautilus Wipe permet aussi de nettoyer le disque dur ou juste une partition, de tous les fichiers qui furent supprimés de façon non sécurisés. Pour ça, il suffit de cliquer sur “Écraser l’espace disque disponible” :

nautilis wipe

L’opération peut durer plusieurs dizaines de minutes, tout dépendra de l’espace libre sur votre disque dur.

Shred quant à lui, présente l’avantage d’être exécutable en ligne de commande, en plus du fait qu’on peut l’intégrer à Nautilus. Shred est installé par défaut dans Debian GNU/Linux et Ubuntu, il fait partie du paquet Coreutils. Voici un exemple d’utilisation de Shred :

shred -n 50 -z -u fichier

Voilà, maintenant vous serez capables de supprimer vos fichiers sensibles en toute sécurité ;)

Cet article Supprimer un fichier définitivement de votre ordinateur sur Debian GNU/Linux et Ubuntu est apparu en premier sur crowd42.

Nouvelle édition du Software Freedom Day à Casablanca

lundi 26 août 2013 à 05:03

software-freedom-day

Comme chaque année depuis 2009, Casablanca célébrera le 21 septembre à la faculté Ben m’sik, le Software Freedom Day. Un événement mondial dont l’objectif est de promouvoir le logiciel libre. Cette manifestation a reçu le soutien des grands acteurs du logiciel libre : Free Software Foundation, Canonical, Red Hat… etc. Au Maroc c’est l’entreprise Nextma, une société de services en logiciels libres, qui a sponsorisé l’événement ces dernières années.

Au menu de cette nouvelle édition, des conférences, des présentations flash ainsi que des ateliers. Mais ce n’est pas tout, cette année un concours sera organisé, pour récompenser la meilleure application pour tablette android. Trois catégories de participants ont été prévues : les entreprises, les freelances et les étudiants. Si vous êtes intéressés, vous avez jusqu’à 15 septembre pour déposer votre réalisation.

Ce concours est organisé par l’Association Marocaine pour la Promotion du Logiciel Libre (AMP2L) et la société D.b.m.Data business & marketing. le règlement du concours est disponible (pdf) ici.

Pour plus d’info, veuillez visiter cette page.

Cet article Nouvelle édition du Software Freedom Day à Casablanca est apparu en premier sur crowd42.

Ajouter un mot de passe à Grub2 pour mieux protéger votre distribution Ubuntu

dimanche 25 août 2013 à 05:32

Attention : cet article présente des manipulations peuvent casser votre système, ou vous empêcher d’ouvrir votre session, si elles sont mal exécutées !

Après avoir publié mon récent billet Restaurer votre mot de passe root oublié sous Ubuntu et Debian GNU/Linux, et à en croire les emails que j’ai reçu, beaucoup se sont étonnés que les distributions GNU/Linux, se sont pas aussi protégées out of the box comme ils le pensaient. En effet dès que les gens ont un accès physique à ta machine, les plus malins trouveront toujours un moyen pour contourner les mesures de sécurité mises en place. Mais pas de panique, il existe plusieurs méthodes qui permettent de renforcer la protection de votre distribution.

Parmi ces techniques, je peux vous citer par exemple le mot de passe pour bios (qu’on peut facilement bypasser !), le chiffrement des partitions ou encore protéger le bootloader (grub2) par un mot de passe. C’est cette dernière technique que je vais détailler aujourd’hui. Je reviendrai sûrement les jours (semaines ?) qui viennent à la deuxième.

Comme c’est marqué dans le titre de l’article, c’est Grub2 qui est concerné ici, si vous n’êtes pas certains de la version installée sur votre distro, exécutez cette commande :

grub-install -v

Si c’est la version 1.99 ou ultérieure qui est installé, alors vous pouvez continuer la lecture de ce billet, autrement faite une upgrade du grub.

Avant de commencer, faites une sauvegarde du fichier /etc/grub.d/00_header comme ça en cas de souci, vous pouvez réparer les dégâts.

Éditer /etc/grub.d/00_header, à la fin du fichier ajouter les lignes ci-dessous :

cat << EOF
set superusers="crowd42"
password user motDePasse
EOF

Si vous d’autres personnes utilisent votre ordinateur, et que vous ne souhaitez pas leur filer les identifiants du compte admin(superuser) qu’on vient de créer, alors vous voudrez peut-être leurs créer des comptes. Dans ce cas, voici les lignes que vous devez ajouter :

cat << EOF
set superusers="crowd42"
password crowd42 motDePasse
password foo motDePasseDeFoo
password bar motDePAsseDeBar
EOF

Cependant, un risque subsiste. En effet, les mots de passe sont sauvegardés en clair, ce qui est pas très prudent. Heureusement, les développeurs de Grub2 y ont pensé et ils ont intégré une fonction qui résout ça.

grub-mkpasswd_pbkdf2

Ensuite, nous allons copier/coller le hash retourné par la commande précédente dans notre fichier /etc/grub.d/00_header :

cat << EOF
set superusers="crowd42"
password pbkdf2 crowd42 grub.pbkdf2.sha512.10000.D911754F2299C60356FB0092A3ABA16D0B754BDCE227DD35CAAC6D10B6
EOF

Reproduisez cette action avec tous les autres utilisateurs que vous avez ajouté à Grub2, on est jamais à l’abri d’une mauvaise surprise ;)

Ajouter un mot de passe à Grub2 pour mieux protéger votre distribution Ubuntu

Cet article Ajouter un mot de passe à Grub2 pour mieux protéger votre distribution Ubuntu est apparu en premier sur crowd42.

Vous cherchez un service DNS fiable et rapide ? Essayez ceux de OpenNic Project

mardi 20 août 2013 à 06:16

Quand un régime un peu trop allergique à la liberté d’expression sur Internet, décide de censurer un site, il le fait souvent en activant le filtrage au niveau des DNS des FAI. La vidéo ci-dessous explique le fonctionnement des DNS, pour mieux comprendre cette technique de censure.

Cependant, le contournement de cette technique de filtrage est à la portée de Monsieur tout le monde. D’ailleurs, même si vous vivez dans la plus grande et transparente démocratie du monde, pour des raisons de fiabilité, il est plus que recommandable de changer les DNS que les FAI fournissent habituellement.

Les alternatifs ne manquent pas, je vous ai déjà parlé de celui fourni par les hacktivistes de Telecomix. Mais apparemment, et sauf erreur de ma part, ce service ne semble plus être maintenu. Et vous avez sûrement entendu parler des DNS de Google. Cependant, et sauf si vous tenez à partager avec lui l’historique de votre navigation, je vous conseille de l’éviter. Un autre service populaire aussi populaire que celui de Google chez les internautes, c’est OpenDNS. Je l’ai utilisé longtemps, jusqu’à ce que je lise ce billet de Stéphane Bortzmeyer. Sans compter tous les resolvers, mis en place par des personnes auto-hébergés et qui les partages.

Et puis il y a OpenNic Project, un projet détenu et gouverné par une large communauté d’utilisateurs, dont l’objectif est d’offrir un service fiable, rapide et gratuit. En fait, on peut comparer OpenNic à l’ICANN, car non seulement ses DNS permettent de résoudre les TLD de la dernière, mais les serveurs root dont il dispose, permettent de résoudre plein d’autres TLD créés par la communauté comme : .geek, .libres, bbs, null, gopher… etc. Et si vous souhaitez ajouter votre propre TLD (genre .trucmachin), c’est tout à fait possible. La seule condition exigée pour qu’il soit approuvé,  c’est qu’il dispose de son propre serveur root qui le résout.

Pour changer vos DNS sur Debian GNU/LInux, Ubuntu, Fedora ou toute autre distribution qui utilise NetworkManager, il suffit d’appuyer sur Alt-F2 et de saisir et exécuter nm-connection-editor :

nm

Choisissez votre connexion, puis cliquer sur Modifier. Dans le menu déroulant Méthode sélectionnez Adresses automatiques uniquement. Enfin, dans le champ Serveurs DNS, saisissez ceux que vous avez récupéré sur la page d’accueil du site. OpenNic a la gentillesse de vous proposer les DNS les plus proches géographiquement de vous !

NM1

Il ne vous reste maintenant qu’à enregistrer les modifications et de vous reconnecter. Si vous avez une question, n’hésitez pas à la poster dans les commentaires :)

Cet article Vous cherchez un service DNS fiable et rapide ? Essayez ceux de OpenNic Project est apparu en premier sur crowd42.